mardi 5 novembre 2013

Le premier mardi c'est permis (21) : Les doigts de pied en bouquet de violettes

Aujourd’hui point de rigolade, je vais tenter d’enrichir votre vocabulaire. J’ai en effet honteusement profité du rendez-vous mensuel de Stephie pour me pencher sur un petit dictionnaire coquin de l’amour et du sexe. Au menu 369 expressions pour dire « la chose ».  Mes lectures érotico-porno récentes (et le plus souvent navrantes) m’ont conforté dans l’idée que si les mots du sexe sont partout, ils sont toujours les mêmes. Une poignée de mots précis, concrets et sans fioritures dont je vous épargnerai la liste mais que vous connaissez sans doute par cœur. Le champ lexical érotique est de nos jours archi-limité alors que depuis la nuit des temps les métaphores s’inscrivent aux sources du vocabulaire sexuel. La volonté clairement affichée de tenir à distance la métaphore pour que le « parler cru » soit directement accessible à tous est une forme d’appauvrissement  de la langue. Il y a pourtant tellement de possibilités pour qualifier l’acte sexuel. Vous voulez sans doute des exemples pour juger sur pièce ? Allez, c’est parti. Mais attention, je préviens les oreilles chastes que parmi les phrases et expressions qui vont suivre, certaines sont susceptibles d’heurter leur sensibilité. Je dis ça, je dis rien.

On commence avec une expression qui, en ce qui me concerne, a tout de l’autoportrait (ma modestie légendaire va encore en prendre un coup mais j’assume) : « Être ferme des rognons » qui signifie être solide au combat amoureux, faire durer le plaisir.

A l’inverse, une jolie métaphore pour les éjaculateurs précoces : « Allez trop vite à l’offrande et faire choir le curé. » Une  phrase qui date de la fin du 17ème siècle.

Dans le domaine animalier, difficile de ne pas tomber dans le grassement vulgaire. En cherchant bien, on peut trouver quelques images plus raffinées (quoique…) :
- « Faire miauler ou ronronner le chat » fait évidemment référence à la jouissance féminine.
- « Laisser le chat aller au fromage » est plus recherchée et plus complexe puisqu’elle s’emploie pour signifier qu’une fille a perdu son pucelage, le « fromage »  incarnant ici le sperme qui, en argot, est souvent et sans surprise assimilé à un laitage (lait, yaourt, etc.).

Lorsque l’on emploie un vocabulaire artisanal et professionnel pour qualifier la chose, je trouve que c’est toujours sans finesse. Avouer que « rectifier le joint de culasse », « se vider les burettes » ou « bétonner la caverne », ça manque de classe. Je préfère de loin quand on donne dans le bucolique. « Allez aux fraises » par exemple, que je ne connaissais pas et qui me plait beaucoup (la fraise imageant tantôt le clitoris tantôt les pointes des seins) ou encore « éternuer dans les broussailles » (lorsque l’homme éjacule sur la toison pubienne).

Chez les gourmands, on oscille entre le délicat (« vider son carafon d’orgeat ») et le cru de chez cru que je trouve bien trop rentre-dedans (si je puis de dire) comme « casser une croûte de cul » ou « mettre l’andouille au pot » (expression que l’on doit à Rabelais). Dans le genre, le célèbre « dégorger le poireau » ne brille pas non plus par sa finesse, c’est le moins que l’on puisse dire.

Après, il y a certaines expressions totalement incompréhensibles sans explication de texte. Prenez par exemple « faire voir la feuille à l’envers ». Dans son Dictionnaire érotique moderne (1864), Alfred Delvau donne la définition suivante : « faire l’amour à une femme dans les bois, parce qu’étant sur le dos et levant les yeux au ciel, elle ne peut apercevoir que le dessous des feuilles d’arbres. » Une expression vraiment pas commune que l’on retrouve pourtant chez Rétif de la Bretonne (Les contemporaines, 18ème siècle) et Zola (La terre, 1887). Autre expression obscure à première vue, « aller au gratin » qui signifie, toujours dixit Delveau, « faire l’amour avec une prostituée sans payer, par délicate allusion au gratin que laisse un mets au fond de la casserole et qui trouve toujours un amateur quand tout le monde est servi. » (amis de la poésie bonsoir….).

Allez, je ne peux pas en rester là sans vous donner mon expression préférée, une expression que je ne connaissais absolument pas mais qui m’a parlé et fait rire dès que je l’ai découverte : « Faire éternuer le cyclope ». Une métaphore « éjaculatoire » dont on trouve l’explication dans le très sérieux « Dictionnaire du français non conventionnel » de Cellard et Rey : « la métaphore part de l’analogie du méat urinaire avec un petit œil. Le gland est lui-même une tête chauve dont le méat est l’œil unique. » Voila des éclaircissements limpides !

Pour finir un mot sur « Avoir les doigts de pied en bouquet de violettes » que l’on retrouve dans le titre de l’ouvrage et qui représente une bien jolie façon de définir l’orgasme. C’est quand même plus poétique et  recherché que le banal « prendre son pied », non ?


Les doigts de pied en bouquet de violettes : Dictionnaire coquin de l’amour et du sexe en 369 expressions de Sylvie Brunet. Éditions de l’opportun, 2013. 386 pages. 13 euros.

Si Marilyne l'accepte malgré son sujet "tendancieux", ce billet signera ma participation de novembre au projet non-fiction.






57 commentaires:

  1. Tiens, je connaissais "faire pleurer le cyclope", mais éternuer est plus drôle ! Moi qui aime les expressions insolites et les explications sur leur origine, je dois dire que je suis tenté ! Ca me fait penser aux "Nuits d'une demoiselle" de Colette Renard qui est déjà un texte délicieux.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne connais pas "Nuits d'une demoiselle", tu m'intrigues.

      Supprimer
  2. Mais tu l'as lu d'un trait ? Ce n'est pas un peu lassant de s'empiffrer de toutes ces expressions ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non il ne faut pas le lire d'un trait sinon c'est l'indigestion assurée. A déguster par petites touches...

      Supprimer
  3. En bon pragmatique que je suis, rien ne vaudra mieux que d'appeler un chat un chat ;-)
    (prépare-toi à voir exploser... tes stats !)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sur un tel sujet, je préfère que le pragmatisme se teinte d'une légère couche de poésie (enfin si on peut appeler ça de la poésie...).

      Supprimer
  4. Certaines font sourire, d'autres sont poétiques, mais d'autres encore sont peu ragoutantes ! Avoir des bouquets de violettes, c'est mignon... mais les violettes étant d'un mauve-violet ou même blanc, ça peut craindre aussi une septicémie !!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est malin, avec ton histoire de septicémie tu m'as mis en tête des doigts de pied violacés... beurk !

      Supprimer
  5. "Amis de la poésie" oui. Il y a de jolies tournures, on ne peut pas dire le contraire ! :P

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "jolies" je ne suis pas certain que ce soi le mot^^ Au moins elles sont toutes très imagées.

      Supprimer
  6. A lire le titre, je n'aurais pas pensé à un livre coquin.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est sûr que le titre donne peu d'indices par rapport au contenu.

      Supprimer
  7. J'adore ce genre d'expressions un peu surannées !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi aussi je suis fan de ce genre d'expressions.

      Supprimer
  8. "Faire voir la feuille à l'envers", j'aurais deviné! De là à croire que je suis une adepte des culbutes sylvestres, il y a un grand pas qu'il ne faut pas franchir trop vite... ;-) Excellent ton billet! Tu me donnes envie de le lire, ce bouquin.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'aurais jamais osé dire que tu es une une adepte des culbutes sylvestres. Je pense plutôt que tu es une lectrice assidue de Rétif de la Bretonne.

      Supprimer
  9. Avec ton expression : "Ferme des rognons" !!! Tu m'as fait mourir de rire, je m'en souviendrais en ce qui te concerne... :D ^^

    Cristina n'oublie pas ce genre de chose ;) ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je savais que je prenais des risques en écrivant cela. Que veux-tu je suis incorrigible^^.

      Supprimer
  10. Personnellement, je suis absolument ravie d'apprendre que tu es "ferme des rognons", comme la copine du dessus ! Je n'en doutais pas mais cette révélation égaye ma journée ! ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le principal c'est que tu n'en aies jamais douté.

      Supprimer
  11. C'est bien de savoir que qu'on vaut Jérôme et je me réjouis pour ta compagne...Je dois dire qu'entre Liliba et toi vous vous surpassez sur le sujet aujourd'hui. Je dois dire que l'histoire de gratin me laisse coite ! Par contre j'aurais aimé qu'on m'explique le titre qui doit forcément avoir aussi son explication coquine j'imagine...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le titre est tout simplement synonyme de "prendre son pied".

      Supprimer
  12. Mais c'est (presque) tout rose et violette par ici aujourd'hui !! Décidément, Jérôme, tu me donnes de plus en plus envie de te rencontrer en vrai pour voir l'animal ! ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Me rencontrer en vrai ? Pourquoi pas mais tu risques d'être déçue, je n'ai rien d'une bête de foire^^

      Supprimer
  13. Et bien Jérôme tu vois l'effet que tu fais avec ses expressions ?^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, si j'avais su... je l'aurais fait quand même ;)

      Supprimer
  14. Anne rhooo on se calme !!!! ^^ Tu m'as fait rire comme d'habitude à chaque fois que tu abordes ce sujet délicat, tu le fais avec beaucoup de délicatesse ! Va pour "ferme des rognons", ça va te coller à la peau !!! Warf !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour le compliment (je parle bien sûr de la délicatesse). C'est ma grosse hantise à chaque fois, j'ai toujours peur de glisser de la délicatesse au grassement vulgaire sans m'en rendre compte.
      Quant aux rognons... il va falloir que j'assume maintenant^^

      Supprimer
  15. J'aime bien l'espression "dégorger le poireau", moi ! c'est fin, ça se mange sans faim... :p
    sinon, j'avoue que"faire éternuer le cyclope" a ma préférence également...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "faire éternuer le cyclope" a été ma plus belle découverte dans ce dictionnaire.

      Supprimer
  16. LOL pour le "rentre-dedans (si je peux me permettre) :-)
    Et pour tout en fait, délicieux billet très original qui fait vraiment sourire :-)
    Je retiendrais aussi le "faire éternuer le cyclope" tiens !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je me suis bien amusé à rédiger ce billet, comme toujours quand il s'agit du rendez-vous de Stephie

      Supprimer
  17. Comment égayer sa journée, en lisant ce billet bien sûr !
    Je crois que je ne verrai jamais plus de rognons sans penser à toi... ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Désolé... j'espère que tu ne manges pas souvent des rognons^^

      Supprimer
  18. Que de tournures fleuries ! On en voit des vertes et des pas mûres !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Elles ne sont malheureusement pas que fleuries, certaines sont juste triviales !

      Supprimer
  19. Excellent ; très beau billet qui m'a fait sourire ; je le mets dans mes favoris ...

    RépondreSupprimer
  20. merci pour le sourire alors que le ciel est tout gris... non non, ce n'est pas une expression érotique
    Luocine

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas de quoi, c'est un plaisir d'éclaircir quelque peu ta journée.

      Supprimer
  21. Quel chouette billet :) Merci pour cette sympathique sélection d'expressions fleuries ! :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci, le choix fut difficile et la sélection drastique ;)

      Supprimer
  22. Excellent ce billet ! Je l'ai lu hier sur mon smartphone dans le métro avec le rictus de la hyène hilare (en prenant soin de cacher mon écran des regards indiscrets), et je me suis régalée à le relire là. Je retiens l'expression "être ferme des rognons.^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est sans doute une expression qui va me poursuivre longtemps^^ Bien content de t'avoir fait sourire en tout cas.

      Supprimer
  23. Les termes métaphoriques pour les choses du sexe sont parfois très inventives. Certains écrivains devraient lire des dicos comme celui-ci !
    J'aime bien quand les termes se font poétiques souvent la littérature orientale est très inventive en ce sens.
    Je m'interroge sur la pub qui passe à la radio ... y a t-il un message subliminal "Moi j'adore le poireau..." hum hum...
    Bon WE

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tiens je ne la connais pas cette pub. Mais ça ne m'étonnerait pas qu'il y ait un message subliminal^^

      Supprimer
  24. Voilà un billet plein de finesse (si, si !) dont je m'étonne de connaître quelques tournures ! Serais-je une dévergondée langagière sans le savoir ?! ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sans le savoir, sans le savoir, c'est vite dit^^ Je suis certain que j'en connaissais moins que toi.

      Supprimer
  25. Ah pétard, comment j'ai fait pour rater ton billet ?!

    RépondreSupprimer
  26. Évidemment que j'accepte, tu nous gâtes, que de références littéraires ^^
    ( mazette, je ne connaissais pas le cyclope :))

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le cyclope est devenu mon préféré, elle me parle tellement cette expression !!!!

      Supprimer
  27. Contrairement à In Cold Blog, j'adore ces expressions et contournements du mot cru, et plus encore lorsqu'elles peuvent passer inaperçues pour le néophyte (le petit plaisir snob de savoir déchiffrer les codes de certains textes en quelque sorte) Il me faut ce dictionnaire !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'avais pas pensé au petit plaisir snob mais il y a de ça en effet.

      Supprimer
  28. L'expression "éternuer dans les broussailles" m'a fait éclater de rire !
    Merci pour ce bon moment !

    RépondreSupprimer

Je modère les commentaires pour vous éviter les captcha pénibles de Google. Je ne filtre rien pour autant, tous les commentaires sans exception seront validés au plus vite, promis !