mardi 27 octobre 2020

Les ombres que nous sommes - Sandrine Caillis

- Mais toi, Camille, tu ne sais pas trop de qui tu es amoureux parce que tu ne sais pas trop encore qui tu es. 

Camille. L’ambivalence de son prénom et les railleries qui l’ont accompagnée dès l’enfance ne présageaient rien de bon. Aujourd’hui collégien, Camille voudrait devenir transparent. Fuir les contacts humains, être invisible aux yeux des autres. Garçon solitaire et renfermé, Camille va voir la carapace dans laquelle il avait trouvé refuge depuis des années se fissurer après un cours de théâtre. Le mur construit entre ses congénères et lui, qu’il pensait indestructible, s’effondre brutalement et l’ado se retrouve exposé comme jamais auparavant. Pour le pire ou le meilleur, il va faire face à une « succession de séismes et de répliques » dont il sera l’épicentre.

Difficile de savoir qui on est à 15 ans. Difficile de trouver sa place, de s’accepter et d’être accepté quand on se cherche comme Camille. Les événements vont le pousser à se questionner sur ses relations aux autres, ses amis, ses amours, ses désirs, sa sexualité. Sans trouver la moindre réponse définitive. La révélation d’une part de féminité le trouble et le pousse à la réflexion : « J’ai pensé que bien sûr, il y avait aussi mille et une façons d’être un garçon. La brutalité n’était pas nécessaire. L’indélicatesse non plus. La masculinité n’était pas synonyme de lutte acharnée pour la domination. » 

Un premier roman tout en finesse qui ne tombe jamais dans les clichés et n’enfonce pas de portes grandes ouvertes. Camille s’interroge, il ne sait pas qui il est. Le passage d’une enfance au cadre rassurant à une adolescence ayant tout d’un saut dans le vide sans élastique est une épreuve intense à surmonter. Il n’est pas simple d’avancer sans repères solidement ancrés, de naviguer à vue, de gagner en confiance quand tout semble aussi fragile. Beaucoup de subtilité et de sensibilité dans ce texte très joliment écrit, portrait touchant d’un ado en construction. Les ombres que nous sommes vient de remporter le prix Axl Cendres et c’est amplement mérité.

Les ombres que nous sommes de Sandrine Caillis. Editons Thierry Magnier, 2020. 204 pages. 12,90 euros. A partir de 15 ans.




Une nouvelle pépite jeunesse partagée avec Noukette







mercredi 21 octobre 2020

Pot-Bouille - Cédric Simon et Éric Stalner (d’après le roman d’Émile Zola)

Octave Mouret débarque à Paris à vingt-deux ans. Provincial d’aspect soigné et bien élevé, il s’installe dans une chambre au quatrième étage d’un immeuble bourgeois. Derrière l’impeccable façade, le jeune homme découvre des locataires aux mœurs moins policées qu’il n’y paraît. Loin de jouer les vierges effarouchées, il se sent vite comme un poisson dans l’eau parmi ce bal des faux-culs. Multipliant les conquêtes, jouant d’un cynisme à toute épreuve, cet opportuniste aux dents longues est prêt à tout pour grimper dans un ascenseur social semblant privilégier les âmes les moins pures. 

Une adaptation fidèle de Zola qui vaut à la fois pour la restitution du Paris Hausmannien et pour sa formidable galerie de personnages, tous aussi peu fréquentables les uns que les autres. On intrigue, on trahit, on manipule et on fornique à qui mieux mieux dans cet univers où le vernis de l’honnêteté saute aussi vite que les bouchons de champagne un soir de bacchanale mondaine.  

Un album qui montre à quel point le roman de Zola n’a rien perdu de sa modernité. A la fois manuel du parfait arriviste et violente dénonciation de l’hypocrisie des « honnêtes gens », Pot-Bouille frappe fort et sans gant. Pas étonnant qu’au moment de sa publication en 1882 le texte ait suscité les protestations indignées d’une bourgeoisie parisienne outrée de se voir ainsi mise à nu.

Pot-Bouille de Cédric Simon et Éric Stalner, d’après le roman d’Émile Zola. Les Arènes BD, 2020. 144 pages. 20,00 euros.




Les BD de la semaine sont toutes chez Moka





mardi 20 octobre 2020

Son héroïne - Séverine Vidal

Rosalie sauve Jessica d’une agression dans le tramway. Elle la raccompagne chez elle en taxi pour plus de sureté. Le lendemain, Jessica veut remercier celle qu’elle appelle « son héroïne » autour d’un verre, dans un café. Par pure courtoisie. Mais Rosalie voit les choses autrement. Elle pense que Jessica a besoin d’elle, que sa présence est nécessaire afin que la jeune fille s’ouvre au monde, à la culture, à une vie plus épanouissante. 

Pour prendre soin de sa protégée qui ne lui a rien demandé, Rosalie devient de plus en plus pressante, de plus en plus envahissante. Au point d’imaginer des stratagèmes de plus en plus inquiétants…

Le roman décrit avec une précision diabolique une forme de harcèlement qui fait de la vie de Jessica un véritable enfer. L’engrenage s’enclenche peu à peu, inéluctable, et la sauveuse devient étouffante, usant à la fois du chantage affectif et d’une redoutable manipulation psychologique. Pour autant Séverine Vidal ne donne pas dans le manichéisme basique, elle interroge sur les réelles motivations de Rosalie, puise dans son histoire personnelle douloureuse pour montrer qu’elle est à la fois coupable et victime, à la fois toxique et elle-même en grande souffrance. 

Un texte qui gratte. L’impression de malaise, d’abord diffuse, devient de plus en plus lourde, mais une fois encore les choses se déroulent en finesse, à tel point qu’au final, la harceleuse, dans toute sa fragilité, devient le personnage le plus touchant du récit.

Son héroïne de Séverine Vidal. Nathan, 2020. 60 pages. 8,00 euros. A partir de 15 ans.


PS : Son héroïne fait partie des premiers titres de la collection Court toujours, une collection destinées aux 15-25 ans qui offre, à travers l’achat de l’ouvrage « papier », les versions numériques et audio accessibles via une application dédiée. 



Une nouvelle pépite jeunesse partagée avec Noukette




mardi 13 octobre 2020

Et ta vie m’appartiendra - Gaël Aymon

Et si la peau de chagrin de Balzac avait vraiment existé ? Et si l’écrivain en avait été un des propriétaires, subissant la malédiction liée à ce funeste objet ? Et si la peau, passant de main en main depuis plusieurs générations, se retrouvait dans celles d’une jeune fille sans le sou, élevée par une mère indigne, que se passerait-il ? 

Irina, lycéenne vivotant comme elle peut dans une cité de banlieue, hérite suite au décès de sa grand-mère d’un mystérieux artefact capable d’exaucer ses vœux. Devenue richissime, Irina n’accède pas pour autant au bonheur. D’abord parce qu’une mystérieuse organisation semble prête à tout pour mettre la main sur la peau de chagrin. Ensuite parce que la jeune fille comprend vite que chacun de ses vœux, en se réalisant, réduit à la fois la surface de l’objet et son espérance de vie. 

Quel pari de proposer non pas une réécriture de La peau de chagrin mais bien une variation autour du roman de Balzac, une mise en contexte moderne de ce conte à la fois philosophique et fantastique. Comme Balzac, Aymon montre une forme de fatalité liée au destin et insiste sur le fait que la prospérité financière n’est en rien un accomplissement. Au contraire, elle est en permanence source d’angoisse et se traduit par une insondable misère morale. Irina cherche le sens de la vie, son utilité. Vaste question, évidemment, qui restera sans réponse et relèguera le pouvoir absolu engendré par la peau de chagrin au rang des futilités.

L’écriture est nerveuse, le texte vire au thriller et la tension ne cesse de monter sans pour autant laisser sur le chemin les aspects philosophiques et moraux de l’œuvre originelle. Un roman jeunesse aussi complexe que maîtrisé, sans concession, oscillant sans cesse entre suspens, drame et émotion. Bluffant !

Et ta vie m’appartiendra de Gaël  Aymon. Nathan, 2020. 330 pages. 15,95 euros. A partir de 13-14 ans.



Un billet qui signe le retour des pépites jeunesse partagées avec Noukette







mercredi 7 octobre 2020

B.O comme un dieu d’Ugo Bienvenu

B.O a 772 ans et est le dernier représentant de son espèce, le dernier robot sexuel de la galaxie. Ses congénères ont tous disparu parce qu’ils étaient devenus trop dangereux pour la survie de l’humanité. Tellement performants, tellement inépuisables, tellement prêts à se plier aux moindres désirs de ces dames qu'elles préféraient, et de loin, coucher avec des robots plutôt qu’avec des hommes. Résultat, la natalité avait chuté de manière dramatique, ce qui avait poussé les pouvoirs publics à ordonner l’interdiction puis la destruction de ses jouets sexuels aux capacités hors normes.

Sauvé par sa propriétaire qui l’avait caché dans sa cave, B.O. doit constamment agir dans la clandestinité. Sans affect, sans morale ni tabou, il se déplace en toute discrétion chez ses fidèles clientes. Programmé pour satisfaire les moindres désirs, il sait à chaque instant ce qu’il doit faire, quel rythme prendre et quelle méthode utiliser pour procurer du plaisir à sa partenaire. Jamais de baisse de régime, capable tenir toute la nuit et de faire tout ce qu'on lui demande avec efficacité, cette machine à faire jouir inusable est LE sextoy ultime.  

J’adore Ugo Bienvenu, j’ai lu tous ses albums depuis son adaptation de Sukkwan Island et je ne cesse d’être bluffé par sa maîtrise narrative. Il livre ici un récit de science-fiction dans la veine de l’excellent Préférence Système, en beaucoup plus concis et beaucoup plus « sexuellement explicite » (pas pour rien que cet album est publié dans la collection BD Cul des Requins Marteaux). Les parties de jambes en l’air de B.O ne donnent donc pas dans la suggestion mais plutôt dans le réalisme le plus cru, se gardant cependant de tomber dans la vulgarité grâce à une esthétique particulièrement léchée (et c’est rien de le dire, parce que niveau léchage, il sait y faire le B.O.). 

Après, au-delà du cul pour le cul, Bienvenu interroge le rapport entre le plaisir et les sentiments et fait de son robot sextoy un observateur avisé des méandres de la nature humaine. Je vous rassure, le propos ne tourne pas non plus au traité de philosophie, et plutôt que de grands discours, on se tamponne dans tous les coins et dans tous les orifices, ce qui est quand même l'intérêt principal d'un album de ce genre. Au final, un projet couillu et une BD de SF décalée qui, malgré son contenu sans équivoque, ne cède jamais à la facilité de sacrifier le fond pour la forme. C'est suffisamment rare pour être souligné. 

B.O, comme un dieu d’Ugo Bienvenu. Ed. Les Requins Marteaux, 2020. 128 pages. 14,00 euros.





Toutes les BD de la semaine sont chez Moka