mardi 8 octobre 2013

Suite à un accident grave de voyageur - Eric Fottorino

En septembre 2012, trois personnes se sont jetées sur les voies du RER dans les Yvelines, non loin de chez l’auteur. Des tragédies que la SNCF qualifie d’ « accident grave de voyageur. » Pour Éric Fottorino, c’est bien plus que cela : « Je ne reconnaissais rien dans ces paroles désincarnées. Elles composaient un chef d’œuvre d’évitement. L’accident grave n’évoquait aucun geste, ne suggérait aucune image. Il relevait d’une langue vidée de sa substance, dénuée de compassion. Une suite de mots pour ne plus y penser, pour passer à autre chose. »

Fottorino, utilisateur quotidien des transports en commun, s’interroge sur les raisons de cette déshumanisation. Il voudrait redonner aux victimes la dignité qu’elles méritent. Des morts passées sous silence par les médias et que la SNCF ne considère que comme des problèmes techniques : « L’échelle des priorités s’imposait dans sa crudité, sa cruauté. Le suicide sur les voies n’est pas une vie de perdu. C’est du temps de perdu. L’existence de tous est contrariée par la défaillance d’un seul. Des retards. Des arrêts inopinés. Des trains qui n’arriveront pas à l’heure. Il faut aller vite. S’assurer que le trafic peut être rétabli. » Des morts dont on se fiche ou pire, qui agacent. Sur certains forums, les usagers se lâchent. Ces suicidés ne sont que des égoïstes qui auraient mieux fait d’avaler des médocs ou de se tirer une balle dans la tête plutôt que d’embêter le monde. Ces suicidés anonymes dont on ne retient que le geste, dont l’existence n’intéresse personne. Heureusement, il y a aussi des messages de résistance au cynisme ambiant. D’aucuns voient  « dans ces gestes la volonté de choquer et d’exhiber sa détresse avec une violence indécente, comme un reproche à notre indifférence ». L’auteur pense aussi aux témoins directs qui, pour la plupart, ne pourront jamais oublier ce qu’ils ont vu.

Ce texte est, entre autres, un cri de douleur poussé face au mépris et à l’indifférence, mais j’ai apprécié le fait que Fottorino ne se mette pas au-dessus de la mêlée : « Combien de fois ai-je moi-même pesté à l’annonce d’un retard dû à un accident de personne ? Suis-je donc devenu insensible aux autres ? Je préfère croire que les trains de banlieue anesthésient mes émotions. [ …] Le temps du trajet, je ne suis plus tout à fait humain. Je ferme mes yeux à la laideur, mon cœur à la misère ».  A aucun moment il n’endosse le costume du donneur de leçon. Il voudrait juste comprendre comment un geste aussi irréparable est possible : « Je me demande si on s’entraîne à mourir. Si se jeter sur les voies est un crime prémédité contre soi. Ou un meurtre sans coupable. »  La réflexion est profonde et parfaitement construite, l’écriture magnifique. Un texte rare dont la beauté n’a, je trouve, rien de morbide.

Une découverte que je dois à Philisine Cave. Elle a une fois de plus joué son rôle de tentatrice à la perfection.


Suite à un accident grave de voyageur d’Eric Fottorino. Gallimard, 2013. 62 pages. 8,20 euros.


54 commentaires:

  1. Comme je le disais chez Philisine, j'ai vécu cette situation et j'ai été assez horrifiée des réactions autour de moi. Je vais le lire, ça m'intéresse. (et je me pose toujours la question, pourquoi choisir une mort aussi violente et spectaculaire, hélas ceux qui l'ont fait n'en reviennent pas pour nous expliquer ..)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Fottorino essaie de comprendre le pourquoi d'un tel geste. Il n'y a sans doute pas une seule explication possible, il l'explique très bien.

      Supprimer
  2. C'est toujours intéressant de voir comment le vocabulaire "officiel" pare d'un voile de "pudeur" les injustices, les inégalités, la violence...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le vocabulaire officiel est surtout d'une effrayante froideur.

      Supprimer
  3. Fottorino est un auteur que j'apprécie tout particulièrement. Ce titre me tente beaucoup !

    RépondreSupprimer
  4. C'est chez Phili que j'avais lu. Je ne vais pas le noter Jérôme. Tous les deux, vous me tenterez une autre fois !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le thème est particulier, je peux comprendre que ça ne t'attire pas du tout.

      Supprimer
  5. Moi qui hésitais à le lire à cause du titre, finalement, je me laisserai bien tenter.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le titre peut difficilement traduire la beauté du contenu.

      Supprimer
  6. Pas un roman alors, mais un essai?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas un roman ni un essai. Un récit, une réflexion menée dans une certaine forme d'urgence.

      Supprimer
  7. Ca a l'air intéressant et très bien écrit...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as tout dit : intéressant et très bien écrit.

      Supprimer
  8. J'ai lu un roman de Fottorino qui était de l'autofiction (mais classé roman je crois) et j'ai trouvé ça trop impudique.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Là on est pas du tout dans l'autofiction.

      Supprimer
  9. Je le note !!! Tu m'as convaincue largement merci ! :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas de quoi, c'est un texte qui mérite une large audience.

      Supprimer
  10. J'ai bien aimé ce petit ouvrage (par le nombre de pages j'entends...)...il est d'une très grande force...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Fort et beau. L'écriture est splendide.

      Supprimer
  11. je note ce titre car j'apprécie cet auteur et je lui fais confiance pour avoir un ton juste
    Luocine

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et bien moi je ne le connaissais pas du tout.

      Supprimer
  12. Bravo pour la défense de ce texte magnifique. Merci de ta confiance qui m'honore, je t'embrasse fort.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci à toi de m'avoir fait découvrir ce texte. J'aurais eu tort de m'en priver.

      Supprimer
  13. Un livre qui me tente beaucoup !

    RépondreSupprimer
  14. J'ai vécu ce genre de situation il y a bien longtemps, j'en ai gardé le "bruit" dans les oreilles pendant des mois...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est exactement ce qu’il dit. Le genre de situation qui laisse forcément des traces...

      Supprimer
  15. Oui oui elle tente pas mal notre Phili Nationale ces derniers temps !!! Si toi tu en rajoutes une couche, je ne peux que le noter ! Les passages que tu as mis me parlent, j'aime ce style ! ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour ce qui est du style c'est effet superbe.

      Supprimer
  16. Eh bien mon bon monsieur, je ne peux que noter, une fois de plus !! J'aime le peu que j'ai déjà lu de Fottorino, alors...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et bien ma petite dame c'est une bonne chose de noter ce titre.

      Supprimer
  17. Trop glauque pour moi en ce moment. Trop proche de mon quotidien via les transports parisiens.

    RépondreSupprimer
  18. Un sujet d'une grande actualité. Et pour une fois que l'auteur ne parle pas de ses pères, ça peut changer. Et j'aime beaucoup son style.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est la première fois que je lis Fottorino, je n'ai donc aucune autre référence.

      Supprimer
  19. Réponses
    1. Et toi tu attends quoi pour le lire ?????

      Supprimer
  20. Vécu une situation similaire également, choquée par l'indifférence générale, réelle ou moyen de protection ? Un texte qui m'interpelle, noté !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est de toute façon un texte qui interpelle et je crois que c'était le but.

      Supprimer
  21. Je ne suis pas étonnée des réactions des gens, je suis de plus en plus écoeurée de l'être humain et de son insensibilité. Pour moi l'être humain n'a justement rien à voir avec ce qu'est sensé englober ce terme "humain". Enfin si, il reste des gens sensibles, mais si peu, et c'est sans doute à eux que s'adressent ce livre. Et je ne doute pas que tu en fasse partie :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Difficile de dire comment je réagirais face à une tragédie pareille mais je ne crois pas que mon premier réflexe serait de râler.

      Supprimer
  22. Je n'étais pas tentée jusqu'à ce que je lise tes dernières lignes.

    RépondreSupprimer
  23. PHilisine est terrible... et je suis très tentée aussi ! (et pourtant, j'avais dit : que des trucs légers et drôles...)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ben là ce n'est ni léger ni drôle (mais c'est excellent !).

      Supprimer
  24. Ca a l'air très juste et très beau ! Je note !

    RépondreSupprimer
  25. C'est vrai que le titre est un peu hésitant, mais au final, ça m'a l'air bien tentant!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le titre est long et peut paraître étrange mais à la lecture, tout s'éclaire !

      Supprimer
  26. Bonsoir,
    ça me fait penser à une chanson de Daran "J'en ai marre"
    http://www.youtube.com/watch?v=rV5oImVTlqs
    62 pages pas énormes pour tenter de comprendre l'incompréhensible...
    Bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne connaissais pas du tout cette chanson. Merci pour la découverte ;)

      Supprimer
  27. Un texte qui m'a vraiment touchée ! Quelle dignité dans la pudeur.

    http://aumilieudeslivres.wordpress.com/2014/06/28/suite-a-un-accident-grave-de-voyageur-eric-fottorino/

    RépondreSupprimer

Je modère les commentaires pour vous éviter les captcha pénibles de Google. Je ne filtre rien pour autant, tous les commentaires sans exception seront validés au plus vite, promis !