jeudi 10 octobre 2013

Sauf les fleurs - Nicolas Clément

Marthe. Elle s’appelle Marthe. Une enfance passée à la ferme avec ses parents et son petit frère Léonce. Une enfance cauchemardesque à cause de ce père qui les battait comme plâtre. C’est surtout sa mère qui prenait les coups. Une violence insoutenable, incompréhensible :  « Depuis des lustres, Papa ne prononce plus nos prénoms, se jette sur le verbe, phrases courtes sans adjectif, sans complément, seulement des ordres et des martinets. Dans mon dictionnaire, je cherche la langue de Papa, comment la déminer, où trouver la sonnette pour appeler. Mais la langue de Papa n’existe qu’à la ferme. Il nous conjugue et nous accorde comme il veut. Il est notre langue étrangère, un mot, un poing, puis retour à la ligne jusqu’à la prochaine claque. »  Très tôt la haine pour ce tyran domestique. La peur aussi. Chevillée au corps. Et puis il y a eu ce jour funeste. Le geste de trop. Maman qui ne s’en relèvera pas. Heureusement pour Marthe, Florent était là. Un phare dans la tempête d’émotions et de tristesse qui l’a submergé. A maintenant dix-huit ans, elle entrevoit un avenir possible. Et pourtant…

Difficile de parler de ce texte tant il remue, tant il vous attrape à bras le corps. Il aurait été facile de dramatiser à l’extrême, de donner dans le tire-larme dégoulinant. On en reste pourtant très loin. La narration elliptique y est pour beaucoup. Des phrases courtes, saccadées. Une succession de petits paragraphes où une certaine forme de poésie vient vous cueillir sans crier gare. Marthe murmure son récit dans un souffle. Elle dit la douleur mais aussi son éveil au désir dans les bras de Florent. La violence du père face à la sensualité, face à la tendresse de l’amour. On croit à une possible résilience, on se dit que cette petite fille devenue femme va parvenir à se reconstruire. Mais le traumatisme est toujours présent, la haine viscérale.

Une histoire simple. Une histoire belle et dramatique. Bouleversante. Une plume tout en délicatesse. Sauf les fleurs est un premier roman. C’est surtout un texte magnifique qui vous poursuivra longtemps. Pour un coup d’essai, c’est un coup de maître.


Sauf les fleurs de Nicolas Clément. Buchet-Chastel, 2013. 75 pages. 9 euros.

Une lecture commune que je l'ai plaisir de partager avec Marilyne, Noukette et Stephie. Un sacré trio !

Les avis de Alex ; Canel ; Clara ; Cristie ; Jacky Caudron







48 commentaires:

  1. Coup de poing, coup de coeur... Tout ça et bien plus encore... Une vraie découverte d'auteur, ça c'est de la littérature ! Difficile de s'en remettre...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On est tous les deux d'accord pour dire que c'est très beau !

      Supprimer
  2. Sauf les fleurs marquera...c'est sûr...

    RépondreSupprimer
  3. Ouais... mais cette chute... moi je n'y crois pas...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai vu ça. Et t'as bien le droit, hein^^

      Supprimer
  4. Très tentant malgré le petit nombre de pages.

    RépondreSupprimer
  5. Il me fait peur ce livre, j'ai peur de devoir acheter un stock colossal de mouchoirs avant de lelire...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non, non rassure-toi ce n'est pas larmoyant (du moins je trouve...).

      Supprimer
  6. Un autre endroit10 octobre 2013 à 09:36

    Je le note...pour les autres. Pas sûre d'avoir envie de lire de la violence.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La violence reste dans l'ensemble très suggérée.

      Supprimer
  7. Ce qui me dérange c'est le formatage des livres. On est devant un rapport Nb de page sur Prix. 75 pages = 9 €. Mon éditeur me de mande 400 000 cratères pour 14 € etc. On peut faire un chef d'oeuvre pour 10 pages, comme une daube pour 1000...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pense que le lecteur, quand il aime, il ne compte pas^^

      Supprimer
  8. Noté ! Je suis curieuse de lire cette fin qui dérange Stéphie.

    RépondreSupprimer
  9. Après le Billet de Cristie, Jacky et le tien comment résister ? il est dans ma liste, et je me languis de le lire, vraiment .... J'ai trois masses critique en cours ensuite j'attaque celui là, il le faut :D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je me réjouis de savoir que tu vas le lire.

      Supprimer
  10. Ton avis est aux antipodes de celui de Maryline, j'essaierai de le lire pour me faire ma propre idée.

    RépondreSupprimer
  11. Je viens de chez Noukette (où je l'avoue, je reste un peu de marbre) et de chez Marilyne (claque magistrale, si je puis me permettre). Le sujet ne m'attire pas, c'est peut-être fermer les yeux, mais ... je tenterai d'abord les conseils de Marilyne (certains traînant dans ma pile...)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je me doute bien que ta pal n'attend pas après ce titre^^

      Supprimer
  12. Une histoire qui m'a profondément émue mais parce que justement elle ne détaille pas l'ombre mais se penche sur la lumière !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ça restera sans doute ton coup de cœur de la rentrée !

      Supprimer
  13. Je l'ai noté hier chez Alex, je vais le surligner et il fera partie de la prochaine commande ! Pfff.....

    RépondreSupprimer
  14. Très tentant une fois de plus !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est un titre qui partage les lecteurs. A voir...

      Supprimer
  15. Et bien, rien que ça ! Je suis intriguée, je dois dire... Va falloir les avis de tes compère pour me convaincre complètement :)

    RépondreSupprimer
  16. J'avoue que ce n'est pas du tout mon genre de lecture, ni d'écriture.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je peux comprendre, c'est très particulier (et moi j'adore !).

      Supprimer
  17. Un récit qui ne laisse pas indifférent.

    RépondreSupprimer
  18. J'ai l'impression que c'est trop bouleversant pour que ce soit mon créneau du moment.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ça secoue mais je ne dirais pas que ce soit "trop bouleversant".

      Supprimer
  19. très sombre mais visiblement magnifique : je tenterai bientôt ! bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sombre et magnifique, c'est ainsi que je le vois mais d'autres ne partagent pas mon avis.

      Supprimer
  20. Je viens de lire Muette d'Eric Pessan qui souligne lui aussi la maltraitance ou l'indifférence face à l'enfant. C'est un sujet sensible et fort, pas facile de trouver les mots mais l'extrait que tu as placé me plait déjà.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai vu ton billet sur "Muette". Du coup pas forcément envie de m'y lancer tout de suite...

      Supprimer
  21. complètement d'accord!http://lireetrelire.blogspot.fr/2013/10/sauf-les-fleurs-nicolas-clement.html

    RépondreSupprimer
  22. Bon, mon commentaire n'est pas parti ...

    J'ai été soufflée par l'écriture de ce premier roman. Je la comparerai à celle de Vinau.

    RépondreSupprimer

Je modère les commentaires pour vous éviter les captcha pénibles de Google. Je ne filtre rien pour autant, tous les commentaires sans exception seront validés au plus vite, promis !