lundi 21 octobre 2013

Cité de la poussière rouge - Xiaolong Qiu

La cité de la poussière rouge est un quartier de Shanghai. Une cité dans la cité, en plein cœur de la ville. Les maisons, toutes modestes, y sont alignées comme des baraquements et regroupent le plus souvent des colocataires. Petits commerçants, cadres ou ouvriers, des personnes de statut économiques différents composent la population de la poussière rouge. Le soir venu, les résidents se retrouvent pour jouer aux échecs ou aux cartes et surtout pour raconter des histoires. Ces histoires ne sont pas des contes, elles mettent en scène « les gens réels d’ici »…

On retrouve donc dans ce recueil les destins singuliers de quelques habitants pas forcément plus remarquables que les autres mais dont la trajectoire un tant soit peu particulière mérite d’être contée. De l’arrivée au pouvoir des communistes en 1949 à l’ouverture économique des années 2000 en passant par la révolution culturelle, on découvre en filigrane l’évolution de la Chine au cours des cinquante dernières années.

Les nouvelles sont présentées de façon chronologique et précédées d’un « bulletin d’information de la poussière rouge », sorte de compte rendu politique à la gloire du parti. Elles retracent des destins individuels remis dans le contexte historique de chaque année.  L’ensemble propose une photographie réaliste des bouleversements qui ont frappé le pays au fil des décennies. Intéressant notamment de découvrir à quel point le commerce privé et l’appât du gain ont peu à peu pris le pas sur le communisme pur et dur. Un « socialisme à la chinoise » qui laisse de plus en plus de place à l’économie de marché, au grand dam des anciens, nostalgiques du marxisme-léninisme de Mao.

Franchement, je me suis régalé. Des petites vies, des petites gens, des petits événements bien moins insignifiants qu’il n’y paraît, c’est tout ce que j’aime. C’est poignant ou drôle, triste ou édifiant. Pauvreté, amour, solitude, désillusion, rêves d’avenir, les thèmes sont variés et rythment le quotidien de la cité. Au final, le tableau brossé par petites touches successives est passionnant. En plus un second volume intitulé « Des nouvelles de la poussière rouge » est sorti il y a peu. Autant vous dire que je suis partant pour m’y plonger dare-dare.

Cité de la poussière rouge de Xiaolong Qiu. Liana Levi, 2013. 220 pages. 9,50 euros.

Une lecture commune que j'ai une fois plus le plaisir de partager avec Marilyne et une seconde participation au mois de la nouvelle de Flo.





34 commentaires:

  1. Réponses
    1. Pas de quoi, c'est toujours un plaisir de faire un billet pour une LC avec Marilyne.

      Supprimer
  2. Joli voyage que tu nous proposes !

    RépondreSupprimer
  3. Ce serait une bonne occasion pour moi de lire enfin des nouvelles... chinoises! Merci!

    RépondreSupprimer
  4. Ton billet donne vraiment envie !!

    RépondreSupprimer
  5. J'ai toujours du mal avec les nouvelles ... Mais là elles me disent bien parce que si j'ai bien compris, c'est comme des chroniques d'un quartier ? Les histoires sont liées même si la présentation est chronologique ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui c'est un peu les chroniques d'un quartier et on retrouve certains personnages d'une nouvelle à l'autre. Pour autant, chaque texte est plutôt court et si tu as du mal avec les nouvelles, je ne suis pas certain que tu y trouves ton compte.
      Si tu veux essayer, je peux le faire voyager jusqu'à toi. Tu me donnes tes coordonnées par le formulaire de contact (en haut à droite) et le tour est joué ;)

      Supprimer
  6. ça fait longtemps que les chinois ont appris à vivre en communauté, faute de place, c'est même un art de vivre ! C'est sûr qu'il y a de quoi être nostalgique du maoïsme quand on voit le gigantisme que prend l'économie et comment elle laisse les plus pauvres encore plus pauvres même quand ils travaillent 20 heures sur 24... La civilisation chinoise n'a pas fini de nous réserver des surprises...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il y a un peu de tout ça dans ces nouvelles. Avec finesse, l'auteur est très critique et au final on est pas loin du pamphlet.

      Supprimer
  7. J'aime cet auteur. Je le connais à travers ses romans policiers. Je note ce livre...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai vu qu'il avait fait des romans policiers. J'avoue que ça me tente moins.

      Supprimer
  8. Je ne suis pas très nouvelles mais ce recueil-ci pourrait m'intéresser et tu le vends bien. J'avais bien aimé un des romans de l'auteur en plus. Noté !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est ma première fois avec cet auteur mais je constate qu'il est assez connu.

      Supprimer
  9. tiens, lecture qui me semble sympathique, je note ;) Connais-tu Les enquêtes de Chen Cao du même auteur ? Je crois qu'il y a 6 ou 8 tomes. je n'en connais que deux mais j'aime bien. C'est un enquêteur un peu particulier, poète à ses heures. Ces romans permettent de découvrir Shangai sous un autre jour. on y retrouve ce dont tu parle, la domination du Parti...etc

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne connais pas les autres ouvrages de l'auteur mais cette série policière a l'air d'avoir des adeptes.

      Supprimer
  10. J'avais aimé La bonne fortune de Monsieur Ma de cet auteur, aussi une nouvelle du même genre. Et j'ai un roman policier dans ma PAL.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En fait je me rends compte qu'il est très connu !

      Supprimer
  11. Connais-tu le titre original de Des nouvelles de la poussière rouge ? Je ne le trouve pas sur le site de l'auteur. Ou bien le livre Years of Red Dust: Stories of Shanghai aurait-il été publié en deux volumes en France ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En tout cas dans celui-là le titre original cité est "Years of Red Dust". Malheureusement je n'ai pas le deuxième pour comparer.

      Supprimer
  12. Je note. Je lis peu de littérature étrangère alors pourquoi pas ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et puis c'est une invitation au voyage à moindres frais.

      Supprimer
  13. J'ai lu il y a quelques temps un policier de Xiaolong Qiu dont l'intrigue ne m'avais pas passionnée mais dont j'avais beaucoup apprécié la description de la Chine. Du coup, ce recueil de nouvelles me tente vraiment (et pourtant, je suis très loin d'être une adepte du genre).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sans le cadre policier, je trouve les choses toujours plus passionnantes (faut dire que j'aime pas du tout les polars).

      Supprimer
  14. Je ne sais pas si cela pourrait me plaire mais je souhaite donner une seconde chance à cet auteur tenté il y a longtemps avec un polar (lâché très rapidement). Comme écrit chez Marilyne, j'aurais aimé emprunter le recueil à la biblio cette semaine pour présenter un texte d'ici la fin du mois mais il était déjà sorti T_T
    Enfin, j'ai un recueil de plus sur ma LAL maintenant et vos articles m'ont permis de découvrir une autre facette de cet écrivain. Merci !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne connais pas ses romans policiers mais en matière de nouvelles il s'en sort très bien.

      Supprimer
  15. Tu te fais ma foi bien tentant... je ne suis pas très "nouvelles" mais le contexte de celles-ci me tente!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'intérêt est là, dans l'atmosphère et la dénonciation tout en finesse.

      Supprimer
  16. Moi qui ne suis pas particulièrement friande de littérature asiatique, je remarque que c'est le 2ème titre de ce genre que tu me fais noter.
    Celui-ci m'a l'air très intéressant dans sa description du quotidien des chinois, ça me changera un peu des anglo-saxons, il faut que je me diversifie un peu plus.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dans le genre, je l'ai trouvé passionnant.

      Supprimer

Je modère les commentaires pour vous éviter les captcha pénibles de Google. Je ne filtre rien pour autant, tous les commentaires sans exception seront validés au plus vite, promis !