jeudi 3 octobre 2013

Les pieds bandés - Li Kunwu

 « L’âge idéal est six ou sept ans quand la peau est douce et les articulations tendres. Il faut d’abord préparer deux petites paires de souliers bien cousus et tout l’équipement nécessaire : une bande blanche de tissu de chanvre, raidie avec l’amidon, bien sèche et enroulée ; également une paire de ciseaux, un dé à coudre, une bonne aiguille et du gros fil de couture, sans oublier de l’alcool jaune, une cuvette, du coton, des chutes de tissu… Ah oui, j’allais oublier, il faut encore du sang frais de chèvre. »  « La potion est amère mais le jeu en vaut la chandelle. » 

Au début du 20ème siècle, en Chine, si une femme voulait se marier avec un fils de bonne famille, elle devait avoir de tout petits pieds. Et pour avoir de tout petits pieds, il fallait les bander de manière abominable, une vraie torture. Une torture qu’a dû endurer Chunxiu. Elle n’avait que huit ans lorsqu’on lui a bandé les pieds. Dix ans plus tard, alors qu’elle était devenue une magnifique jeune femme prête à marier, l’armée révolutionnaire renversa l’empereur et édicta de nouvelles règles. Les vestiges de l’institution féodale furent bannis et le bandage des pieds interdit. Retournant dans son village natal, Chunxiu devint, suite à un événement tragique, une simple paysanne puis la nounou de Li Kunwu, l’auteur de ce one-shot en tout point édifiant.

Un douloureux destin de femme intimement lié à celui de son pays. Un destin individuel qui symbolise l’évolution de la Chine et sa marche forcée vers la révolution communiste. J’ai trouvé les pages où est décrite la technique du bandage à la limite de l’insoutenable. Quelle horreur ! Le personnage de Chunxiu est pour sa part touchant. Elle a traversé avec une étonnante dignité une existence pas épargnée par le malheur. Li Kunwu mélange avec bonheur la petite et la grande histoire. Son propos est clair et la progression chronologique se fait sans heurts. Une vraie maîtrise de la narration en somme.  

Coté dessin, j’ai bien aimé ce noir et blanc (of course !) à l’encrage épais et un peu tremblotant. Les scènes de foule et de marché sont notamment très réussies.

Un bel album, riche et instructif. En même temps c’était une recommandation de Mo’ et de Marilyne donc je ne prenais pas de grands risques en me lançant dans cette lecture.


Les pieds bandés de Li Kunwu. Kana, 2013. 127 pages. 15 euros.

Les avis de Mo', Cristina et Audouchoc.





40 commentaires:

  1. La scène de bandage m'a fait grincer des dents, scène insoutenable et BD édifiante comme tu dis si bien... Très beau one shot à lire absolument pour comprendre la bêtise de L'Homme ...

    Merci :D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui ton billet était très explicite et parfait, comme d'habitude !

      Supprimer
  2. Une bonne BD (je n'ai pas fait de billet) : quelle histoire épouvantable, finalement!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une histoire terrible. Cette femme aura vraiment connu tous les malheurs possibles.

      Supprimer
  3. J'espère lire cette BD . J'avais lu l'histoire détaillée de cette méthode terrible heureusement aujourd'hui disparue dans un roman de Lisa See; "Fleur de neige" que j'avais beaucoup aimé aussi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En littérature, c'est un sujet qui a été souvent abordé il me semble.

      Supprimer
  4. J'ai beaucoup de mal à lire les scène de bandage des pieds dans les romans chinois, je ne crois pas que je supporterai de le voir. Désolé, même si cette BD a l'air super intéressante

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je comprends, c'est une pratique tellement barbare !

      Supprimer
  5. Ton billet confirme mon ressenti à la lecture de celui de Mo' : il vaut mieux que je fasse l'impasse sur cette BD. Je préfère lire sur ce genre de sujet que de voir des images. Et il faudrait décidément que je relise Pearl Buck. C'est dans ses romans que j'ai entendu parler pour la première fois de bandage des pieds.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je comprends que tu préfères les mots aux images, même si au final l'horreur est la même.

      Supprimer
  6. Si vous êtes tous d'accord alors, et malgré les scènes difficiles je pense que je vais partir à la découverte de ce livre!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le récit est vraiment très bien construit.

      Supprimer
  7. Le thème me tenterait bien mais pas les dessins.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le dessin n'est pas extraordinaire, il faut bien le reconnaître mais il ne nuit en rien à la fluidité de la lecture.

      Supprimer
  8. Un récit très bien construit et dans lequel le pathos ne déborde pas, ce que j'appréhendais. L'auteur parvient très bien à faire la part des choses entre passé présent, témoignage et affect... Bref. Tu sais que j'attends la chronique de Marilyne aussi ! :P

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout ce que tu dis est très vrai, l'auteur ne tombe jamais dans le larmoyant t c'est très appréciable.

      Supprimer
  9. Rien que le titre du billet m'a fait trembler car j'ai lu beaucoup sur le sujet à une époque et chaque fois je pleurais ! Alors avec des images en plus, je pense que ce serait trop pour moi !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je comprends, c'est vraiment un sujet terrible !

      Supprimer
  10. Je repense aux romans de Pearl Buck, qui nous parlaient de ces pratiques (jugées barbares aujourd'hui) d'un autre temps...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pearl Buck, c'est la référence en terme de littérature sur le sujet.

      Supprimer
  11. Tu fais dans la BD en ce moment, non ? Tu as des actions quelque part ????? bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai que j'enchaîne deux BD de suite mais dans l'ensemble tu sais bien que j'aime varier les genres^^

      Supprimer
  12. J'ai honte, je ne l'ai toujours pas chroniqué. Terrifiant, terrible, il m'a complètement agressé cet album ( le graphisme aussi, j'ai eu besoin de m'adapter, de relire ) mais que je ne regrette pas cette lecture.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi non plus je regrette pas. C'est dur mais aussi touchant et instructif.

      Supprimer
  13. @ Mo' : très chère, mille mercis pour cette lecture, ta chronique est parfaite, ajoutée à celle de Jérôme, je ne peux ajouter le moindre mot... ^^

    RépondreSupprimer
  14. On voit la façon de faire ? Ca me donne des frissons d'horreur....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il y a quelques pages assez précises mais on reste le plus souvent dans la suggestion.

      Supprimer
  15. Une bd qui me tente énormément !

    RépondreSupprimer
  16. Je l'avais noté chez Mo' et elle me tente toujours...voire un peu plus maintenant...

    RépondreSupprimer
  17. Lu et aimé cet été sur la plage !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'aurais pas forcément pensé à le lire sur la plage...

      Supprimer
  18. Lu mais non chroniqué... J'avais trouvé le sujet vraiment intéressant mais j'ai regretté que l'histoire ne soit pas plus historique. Et puis, ça n'est pas nouveau mais j'ai un peu de mal avec le dessin de l'auteur que je ne trouve pas très fin et trop "fouillis".

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Très spécial le dessin en effet. Ce coté tremblotant (jusque dans le cadre des cases !) peut déstabiliser.

      Supprimer
  19. Il m'a fait de l'oeil à Bulle en Stock la dernière fois que je suis passée... Il va falloir que je me dépêche de l'acheter...

    RépondreSupprimer
  20. ooh le sujet me tente bien, cela me rappelle Fleur de Neige de Lisa See

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est un sujet qui a souvent été abordé, en littérature et ailleurs.

      Supprimer

Je modère les commentaires pour vous éviter les captcha pénibles de Google. Je ne filtre rien pour autant, tous les commentaires sans exception seront validés au plus vite, promis !