vendredi 25 octobre 2013

La cravate - Milena Michiko Flasar

Dans une ville japonaise, Taguchi Hiro a vingt ans et vient de passer les deux dernières années cloîtré dans sa chambre. C’est un hikikomori, un jeune adulte solitaire totalement coupé du monde qui l’entoure. Il a depuis peu recommencé à sortir de sa tanière et passe ses journées sur un banc, dans un parc. En face de lui vient s’asseoir un salarymen cravaté et propre sur lui. Il s’appelle Ohara Tetsu, frôle la soixantaine et vient de perdre son emploi. N’osant l’avouer à sa femme, il continue à quitter le domicile chaque matin à la même heure et rentre tard le soir, pour faire comme si.

Entre Taguchi l’asocial et Ohara le cadre licencié naît une muette complicité. Bientôt suivront quelques échanges. Leur face à face sonne pour Taguchi comme une évidence : « Je pensai malgré moi à l’éternité visqueuse d’une journée qui venait de commencer et allait s’étendre à l’infini. La certitude qu’elle finirait par s’écouler n’était rien par rapport à la mélancolie fade avec laquelle elle s’écoulait, et mélancolie, continuai-je de me dire, était le mot qui nous était inscrit à tous les deux sur le front. Il nous reliait. Nous nous rencontrions en lui. »

Peu à peu leurs discussions vont se faire plus intimes et se rapprocher de la confession. Le jeune garçon se raconte. Il dit la douleur du suicide qui a frappé l’une de ses amis, sa lâcheté, le repli sur soi comme seule solution : « Je ne voulais plus jamais, j’en fis le serment, être attaché à quiconque. Ne jamais plus être imbriqué dans le destin de quelqu’un. Je voulais entrer dans un espace sans temps ou personne ne me bouleverserait plus. » Ohara revient quant à lui sur ce fils né avec un handicap et qui mourut très jeune. Il confie la tendresse absolue qu’il voue à sa femme et sa volonté de ne pas lui faire de mal en lui annonçant son licenciement : « Elle a mérité mieux, beaucoup, beaucoup mieux que la vérité. »

Le récit est découpé en 114 courtes séquences, autant de petits pas, de touches délicates amenant ces êtres solitaires sur le chemin de la sérénité. Tout deux constatent que la vérité est là, dans leur relation sincère et sans faux-semblant, loin des pressions sociales et des objectifs de performance auxquels une très grande majorité de japonais est confrontée.

L’austro-japonaise Milena Michiko Flasar fait preuve d’une délicatesse absolue pour brosser les sentiments complexes de ces personnages cabossés et les mener vers la lumière. Car au final et aussi paradoxal que cela puisse paraître, on ressort de ce court roman revigoré et plein d’optimisme.       
    
Un texte magnifique, tout en subtilité.


La cravate de Milena Michiko Flasar. L’olivier, 2103. 164 pages. 18,50 euros.

Les avis de Clara ; Leiloona



49 commentaires:

  1. Oui beaucoup de retenue dans l'écriture mais on se prend des paquets d'émotions !

    RépondreSupprimer
  2. Après un billet pareil, j'ai forcément envie de découvrir cette plume légère et sensible!

    RépondreSupprimer
  3. Je n'étais pas très tentée, mais je vais finir par l'être avec vos billets si positifs.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai qu'on est plutôt raccord sur ce coup-là^^

      Supprimer
  4. J'ai noté! J'aimerai, je crois!

    RépondreSupprimer
  5. Après trois avis pareils... comment se retenir ? Je vais regarder s'il est en médiathèque ;)

    RépondreSupprimer
  6. Une histoire qui me parle ... Je regarderai !

    RépondreSupprimer
  7. L'histoire me semblait devoir me plaire, mais je n'ai pas accroché... Il faut dire que ma lecture a été très fractionnée, ce qui n'était sans doute pas idéal pour un roman aussi subtil.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je l'ai lu pour ainsi dire d'une traite et je crois que ça a beaucoup joué dans mon ressenti positif. Fractionné, j'aurais eu plus de mal je crois.

      Supprimer
  8. Je ne peux qu'avoir envie de le lire après ton billet !

    RépondreSupprimer
  9. la seule chose qui me retient un peu c'est la subtilité japonaise parfois je m'y ennuie ferme
    Luocine

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas d'ennui possible là je pense. La réflexion est profonde et ne peut pas laisser indifférent.

      Supprimer
  10. Ces personnages, n'osant pas avouer leur licenciement et faisant comme si, rencontrés chez Simenon par exemple, m'ont toujours intriguée et ton avis me tente : je note !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tant mieux, même si je n'ai jamais lu Simenon^^

      Supprimer
  11. Une envie, encore une envie, mais je ne note plus pour l'instant, trop c'est trop !!!^-^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je comprends. Je suis comme toi : impossible de suivre le rythme !

      Supprimer
  12. J'ai très envie de noter aussi ! Pfff quelle vie, mais quelle vie de lectrice !

    RépondreSupprimer
  13. Déjà repéré chez Clara, tu confirmes !

    RépondreSupprimer
  14. Il pourrait me tenter même si je n'en fais pas une priorité.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. A mettre peut-être un jour ou l'autre au fond de ta pal^^

      Supprimer
  15. Oui, le thème n'est pas des plus gais, mais on en ressort gorgé de vie. ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est ça qui est le plus surprenant. Un tour de force !

      Supprimer
  16. magnifique, toute la littérature asiatique que j'aime ! merci pour la découverte ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il me semble en effet que ça pourrait tout à fait te plaire.

      Supprimer
  17. Il me tenterait assez, mais il n'est pas prioritaire on va dire....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je comprends. On a tous tellement de priorités !

      Supprimer
  18. Ah ? Japon ? Je note !^^ Cela dit, quand on est trop dans l'émotion et la délicatesse, ça peut me hérisser. A voir donc.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aimerais bien savoir ce que tu en penses, tiens !

      Supprimer
  19. Je ne l'ai pas trouvé en Allemagne (pourtant j'y étais allée exprès pour ça). Flüte ! Tu me donnes encore plus envie de le lire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu voulais le lire en allemand ? C'est toujours mieux de lire en VO mais je ne maîtrise pas suffisamment la langue pour m'y lancer.

      Supprimer
    2. Oui, je voulais essayer en tout cas puisque je dois me remettre à l'allemand et ce livre n'avait pas l'air trop difficile.

      Supprimer
  20. Japon, optimiste, émotions ... bah, je note !

    RépondreSupprimer
  21. Voilà qui est alléchant ! Il était assez loin dans ma PAL, le voilà qui fait une remontée fulgurante...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il mérite que l'on s'attarde sur son cas !

      Supprimer
  22. Il faudrait que... mais je ne suis toujours pas tentée. Va comprendre !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il vaut mieux des fois ne pas chercher à comprendre...

      Supprimer
  23. Un titre étrange, qui ne m'aurait pas donné envie.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui le titre est très énigmatique, c'est le moins qu'on puisse dire. Mais à la lecture, il prend tout son sens.

      Supprimer
  24. Ah celui-ci me parle bien ! J'aime beaucoup les solitaires et les mélancoliques. Je le note !

    RépondreSupprimer

Je modère les commentaires pour vous éviter les captcha pénibles de Google. Je ne filtre rien pour autant, tous les commentaires sans exception seront validés au plus vite, promis !