mercredi 16 janvier 2013

Voyage aux îles de la Désolation - Emmanuel Lepage

Lepage © Futuropolis 2011
Em-ba-llé ! J’ai été tellement emballé par la lecture d’un printemps à Tchernobyl la semaine dernière que j’ai voulu enchaîner de suite avec le précédent album d’Emmanuel Lepage, Voyage aux îles de la Désolation. Aussitôt dit, aussitôt fait et j’ai embarqué durant le week-end pour une croisière des plus dépaysante. 
      
En mars 2010, Emmanuel Lepage et son frère photographe passent un mois à bord du Marion Dufresne, un navire assurant le ravitaillement et la relève de personnel des TAFF (Terres australes et antarctiques françaises). De la Réunion aux Kerguelen en passant par St Paul et les îles Crozet, le dessinateur découvre la fureur des 40èmes rugissants et des 50èmes hurlants et vit une incroyable aventure humaine vers « le bout du bout du monde ». A bord du bateau, des scientifiques, des militaires et quelques touristes triés sur le volet. Lepage décrit l’expérience de manière linéaire et chronologique, réalisant des portraits, recueillant des témoignages et croquant sur le vif la faune et la flore propres à chaque île. Il s’autorise aussi quelques flash-backs historiques sur l’histoire de certains lieux emblématiques (notamment les Kerguelen) et s’attarde le plus souvent sur les menus détails qui régissent la vie à bord, focalisant son attention sur les liens qui se créent à l’intérieur de ces petites communautés isolées. La tension est souvent palpable dans cet univers clôt mais au final l’entraide et la fraternité demeurent les garants d’une certaine forme de stabilité.

Le dessin, tantôt au pastel, à l’aquarelle ou au fusain, est somptueux. Le rendu de la texture de l’eau, sa transparence, le jeu sur la lumière, tout est magnifique. Lepage a établi un code simple pour que le lecteur s’y retrouve entre ce qui a été dessiné sur place et le reste : la couleur pour les croquis d’après nature, le sépia pour les flashs-back et le lavis en noir et blanc pour le présent du récit.    

Hommage à la France du bout du monde et aux hommes qui y consacrent une bonne partie de leur vie, Voyage aux îles de la Désolation n’est pas qu’un simple carnet de voyage, loin de là. Si je devais le comparer avec Un printemps à Tchernobyl, il me semble que je préférerais quand même ce dernier. Sans doute pour son coté plus introspectif. L’expérience menée en Ukraine a quelque chose d’intime, c’est une réflexion très personnelle alors que ce récit maritime est davantage tourné vers autrui. En soi, ce n’est pas un défaut mais cela me touche moins. Ne vous méprenez pas pour autant, cet album reste une pépite et si vous êtes en manque d’embruns et de dépaysement, vous ne trouverez pas mieux pour respirer à pleins poumons l’air du grand large.  

Voyage aux îles de la Désolation d’Emmanuel Lepage. Futuropolis, 2011. 158 pages. 24,50 euros.




Les avis de Marilyne ; Yvan ; Choco ; Noukette ; Yaneck ; Mango



Lepage © Futuropolis 2011


36 commentaires:

  1. C'est intéressant ce mélange de techniques de dessins qui cohabitent. J'aime beaucoup la planche que tu montres en exemple.
    Je suivrai probablement tes pas et après la BD de la semaine prochaine, il se peut que je lise aussi celui-là un de ces jours

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si tu le trouves à la bibliothèque, tu n'auras aucune excuse pour passer à coté ;)

      Supprimer
  2. Je le prendrais la prochaine fois à la médiathèque...elle me parle cette BD...

    RépondreSupprimer
  3. Extra! On a eu la même idée! Quelle beauté! Quelle réussite Cette BD! Un pur enchantement! Un réel plaisir!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un pur enchantement, je suis d'accord avec toi (et je suis très content de publier mon avis en même temps que toi, même si je ne le savais pas à l'avance^^).

      Supprimer
  4. Ah bah toi aussi ! Je disais à Mango que je l'ai dans ma PAl et que vous me donnez envie de la mettre en haut de la pile !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comment peux-tu laisser un album pareil dans ta Pal. Inadmissible !

      Supprimer
  5. Tu me donnes envie d'embarquer, virtuellement, bien sûr... Les quarantièmes rugissants, je les préfère de loin.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis comme toi, je préfère partir au large via les livres...

      Supprimer
  6. Réponses
    1. Il n'est jamais trop tard pour bien faire^^

      Supprimer
  7. Allez hop, deux idées de + dans mon pense-bête pour Mr : 2 albums d'Emmanuel Lepage. Zut alors : sa fête est passée !? ça sera pour 2014 !! ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Au moins tu es certaine de lui faire plaisir. M'étonnerait qu'il boude en voyant ces deux albums.

      Supprimer
  8. Tu m'as l'air d'avoir eu un sacré coup de cœur !! Depuis le temps que je veux lire cet album. Ta chronique va me donner des ailes pour que je me le procure fissa ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'étais pesruadé que tu l'avais lu. J'ai cherché en vain ton billet hier. je comprends mieux pourquoi je n'ai rien trouvé ;)

      Supprimer
  9. Un de mes énormes coups de cœur de l'année dernière, lu il y a pile poil un an ! J'ai été scotchée par cet album ! J'ai vraiment hâte de découvrir Printemps à Tchernobyl maintenant !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ben oui, ce serait dommage de passer à coté de Printemps à Tchernobyl.

      Supprimer
  10. Pourquoi pas, j'avais déjà noté ce titre chez quelqu'un mais comme je ne l'ai pas trouvé en bibli j'avais abandonné!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Toute bibli digne de ce nom devrait l'avoir dans son fonds.

      Supprimer
  11. En clair on se doit de découvrir Emmanuel Lepage !
    Merci et bon mercredi !

    RépondreSupprimer
  12. oh là là !!! le budget mais je ne sais pas si je vais résister
    merci
    Luocine

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il n'est pas donné c'est vrai mais tu en as pour ton argent !

      Supprimer
  13. J'ai également préféré "Un printemps à Tchernobyl"

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est un peu étrange parce que le sujet est plus anxiogène mais j'ai trouvé Lepage plus à l'aise dans son récit d'Ukraine.

      Supprimer
  14. Ah, que j'ai aimé ce voyage, un excellent souvenir. Et ce que tu dis en comparaison de ta lecture de " un printemps à Tchernobyl " confirme bien que ce dernier album manque à ma collection :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est sûr, "un printemps à Techrnobyl" est un incontournable !

      Supprimer
  15. J'avais déjà repéré cette bd par quelques images tentantes, mais je ne connaissais pas le sujet véritable. Le côté reportage sur la vie à bord me tente bien. Et comme je crois avoir compris qu'il serait dommage de ne pas lire la suivante, tant qu'à faire...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui si tu peux trouver les deux, à la bibli ou ailleurs, il serait dommage de passer à coté.

      Supprimer
  16. Il me semble qu'il est dans ma LAL... Un printemps à Tchernobyl l'est, en tout cas.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Reste plus qu'à les faire passer de ta LAL à ta PAL...

      Supprimer
  17. Je l'ai offerte à Noël en me fiant entièrement à la blogosphère (bon, je n'ai pas pris beaucoup de risques avec Lepage ;-) et ton billet me dit que j'ai vraiment bien fait. Il ne me reste plus qu'à l'emprunter discrètement à son nouveau propriétaire ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quand j'offre une BD à Noël j'essaie toujours de la lire avant de la glisser sous le sapin. Une manière de joindre l'utile à l'agréable^^

      Supprimer

Je modère les commentaires pour vous éviter les captcha pénibles de Google. Je ne filtre rien pour autant, tous les commentaires sans exception seront validés au plus vite, promis !