jeudi 24 janvier 2013

La place - Annie Ernaux

Ça  commence par la mort du père. Puis Annie Ernaux remonte le fil d’une vie commencée au tournant du siècle. Ce père né en Normandie dans une famille de journaliers agricoles qui deviendra d’abord ouvrier avant de se marier et d’ouvrir un commerce. Un café-épicerie dans un quartier d’Yvetot. Une vie de peu, entièrement dédiée à sa boutique. Des gens simples, modestes. Des braves gens, comme on disait après-guerre. 

L’exercice n’est pas aisé : « je voulais dire, écrire au sujet de mon père, sa vie et cette distance venue à l’adolescence entre lui et moi. » Parce qu’il restera viscéralement attaché au « monde d’en bas » qui est le sien alors que sa fille, par les livres et les études, va découvrir et intégrer une petite bourgeoisie dont il ignore tout. Son univers à lui sera toujours resté confiné dans un espace limité dont il ne cherchera jamais à s’écarter.

Point de tristesse, d’amertume ou de lyrisme malvenu. Ernaux a préféré employer le ton du constat. « Je me tiens au plus près des mots et des phrases entendues, les soulignant parfois par des italiques. Non pour indiquer un double sens au lecteur et lui offrir le plaisir d’une complicité, que je refuse sous toutes ses formes, nostalgie, pathétique ou dérision. Simplement parce que ces mots et ces phrases disent les limites et la couleur du monde où vécut mon père, où j’ai vécu aussi. Et l’on n’y prenait jamais un mot pour un autre. »

Une prose épurée à l’extrême, dépouillée de toute emphase. Annie Ernaux parle d’elle et pourtant son « je » est un « nous ». Toute la force de son écriture tient dans cette universalité, cette volonté de rester à l’écart d’une indécente forme d’autofiction. Sans doute son succès populaire s’explique en grande partie par le fait que son œuvre s’articule autour de la valeur collective du « je » autobiographique. La place est pour moi un roman magnifique, tout en retenu et pourtant d’une incroyable force. Pas pour rien que ce texte est devenu un incontournable du programme de français au lycée, tant pour l’analyse du genre autobiographique que de la relation père/fille ou encore, dans les filières économique et sociales, pour l’étude des classes sociales.
  
La place d’Annie Ernaux. Folio, 2004. 114 pages. 4,80 €.

Prix Renaudot 1984

Les avis de : manU17 ; Clara ; Jacky Caudron


Ce billet signe ma 1ère participation
au challenge "A tous prix" de Laure

50 commentaires:

  1. "Je hasarde une explication...
    ...écrire c'est le dernier recours quand on a trahi."
    Phrase de Jean Genet mise en exergue au début de ce livre que j'ai beaucoup aimé également...(http://jacky-caudron.blogspot.fr/search/label/La%20place%20-%20Annie%20Ernaux)

    RépondreSupprimer
  2. C'est vrai qu'elle emploie le ton neutre du constat, mais je trouve qu'il y a quand même beaucoup de tristesse, de mélancolie dans ce récit de la "trahison" qui a été la sienne. Et pourquoi dis-tu à la fin qu'il s'agit d'un roman, alors que justement elle ne prend plus la peine dans ce livre de déguiser son récit autobiographique en fiction ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je parle de roman parce qu'il me semble qu'elle n'endosse le costume du diariste racontant sa vie sous la forme d'un journal. Sans doute la dimension universelle de son texte me pousse à parler de roman mais c'est peut-être toi qui as raison.

      Supprimer
  3. De toute façon , ce livre là ou un autre, l'auteur était déjà noté!

    RépondreSupprimer
  4. J'avoue que je ne suis pas forcément très portée sur les autobiographies mais ton billet me donne envie de découvrir celui-ci.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour moi ce titre là dépasse l'autobiographie.

      Supprimer
  5. Un très beau livre. Nul doute qu'elle a su imposer un ton nouveau. Je la lis toujours volontiers et souvent avec plaisir!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pense que c'est un auteur que l'on a plaisir à relire.

      Supprimer
  6. Tout pareil que toi et je te conseille L'événement : une bonne grosse claque littéraire ! Bises à mon Jérôme.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pense que je vais enchaîner avec Les années mais je note L'événement pour la suite. Merci !

      Supprimer
  7. Eh bien on ne voit pas souvent ce livre sur les blogs, ça change ! Je l'ai lu il y a longtemps... J'avais bien aimé !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis tombé dessus un peu par hasard en début de semaine à la médiathèque et du coup je l'ai emprunté.

      Supprimer
  8. Un des roman de cette auteure que je n'ai pas aimé.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dommage. J'espère que tu as apprécié d'autres titres.

      Supprimer
  9. je me souviens encore du choc que j'ai ressenti la première fois que j'ai lu cette auteure .. je la relis de temps en temps . le choc s'est émoussé mais c'est pour moi une auteure essentielle parmi les écrivains d'aujourd'hui et peut-être déjà d'hier(?)
    Luocine

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je crois que tu as raison, elle fait partie des auteurs qui compte dans la littérature contemporaine française.

      Supprimer
  10. je suis une admiratrice d'Annie Ernaux qui à travers ses écrits a su écrire la vie, nous faire réapproprier un pan notre histoire collective.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je me doutais que tu serais une grand fan de cette auteure. Son univers a tout pour te plaire !

      Supprimer
  11. Je note ce livre que je n'ai pas encore eu l'occasion de lire. Ton article est très bien fait et donne vraiment envie de s'y plonger merci :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci à toi, je suis content de commencer ton challenge avec ce titre.

      Supprimer
  12. Je me souviens d'une phrase extraite de ce texte où elle raconte sa visite à la biltiothèque avec son père. Ce malaise, cette incompréhension, c'est terrible.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui le passage à la bibliothèque est symptomatique. D'ailleurs le père n'y remettra jamais les pieds et c'est la mère qui ramènera les ouvrages empruntés.

      Supprimer
  13. ahh oui, j'avais oublié que je voulais le lire. Merci pour la piqûre de rappel :)

    RépondreSupprimer
  14. J'ai entendu parler de ce roman tant de fois ! Il figure d'ailleurs parmi les premiers titres de mon carnet d'envies, qui commence à dater. Et pourtant je n'ai encore jamais lu Annie Ernaux. Quitte à commencer je me fierai à ton billet et ce sera avec La place.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En voila une bonne idée. En plus il se lit très vite.

      Supprimer
  15. Un livre formidable, une écriture unique...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, ton billet montre bien l'enthousisame que tu as eu à lire ce livre.

      Supprimer
  16. Il est dans ma pile, et j'espère qu'il me réconciliera avec Annie Ernaux dont je n'ai pas aimé "Les années" (par contre, j'avais vraiment aimé "L'autre fille" auparavant). En tout cas, tu donnes envie.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. JE ne sais pas s'il te réconciliera avec l'auteur mais tu ne prends pas beaucoup de risque avec ce titres vu la facilité avec laquelle il se lit.

      Supprimer
  17. je n'aime pas l'écriture et l'absence de pudeur d'Annie Ernaux. Il est aussi au programme de français pour les 3è celui-ci mais je le trouve tellement éloigné de leur univers...
    Bref, je crois qu'on vénère Ernaux ou ... qu'on la déteste (son écriture, bien sûr)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est tout à fait ça, je pense qu'elle a autant d'admirateurs que de détracteurs.

      Supprimer
  18. c'est fou comme beaucoup de gens n'apprécie pas tellement les œuvres d'Ernaux :/

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sans doute l'aspect très autobiographique que certains considèrent comme impudique ne plait pas à ses détracteurs.

      Supprimer
  19. Annie Ernaux est un auteur que j'aime particulièrement, j'ai lu la femme gelée dans les années 80 puis "une femme" livre qui met sa mère en scène et puis "la place" et enfin " les années"
    Elle m'accompagne depuis trente ans !!! mazette ça fait un choc !!
    Ce qui me touche le plus chez elle c'est cette difficulté à être en permanence "entre deux" entre sa famille simple, frustre et son milieu professionnel et d'écriture

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je commence à peine la découverte de son oeuvre mais son univers me plait beaucoup.

      Supprimer
  20. Je n'ai découvert Annie Ernaux que très tard, au moment de Les années que j'ai beaucoup aimé, tout comme L'autre fille que j'ai lu peu après.
    Elle fait partie de ces quelques rares auteurs dont j'aurais envie, si le temps me le permettait, de lire toute l’œuvre d'un coup...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Son oeuvre a l'air si cohérente qu'il serait intéressant en effet de tout lire d'un seul coup.

      Supprimer
  21. J'aime beaucoup Cette auteur. Les Années est un livre magnifique aussi ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les années, je compte bien le découvrir très vite^^

      Supprimer
  22. Je l'ai dans ma pal. J'aime son style découvert avec "Les années".

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. De mon coté, je vais poursuivre avec Les années. Je verrais par la suite quel autre titre choisir.

      Supprimer
  23. Je ne me souvenais plus de l'exergue de Jean Genet, elle est (presque) aussi forte que ce livre ... Marquant pour moi aussi. Tu parles du père qui est resté enfermé dans son monde limité, mais il me semble (grrrr, je n'ai plus le livre sous la main pour vérifier) que le quotidien du "Je", petite bourgeoise devenue, est aussi marqué de ses limites ? Une bonne idée de relecture en tout cas, merci !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as raison, son quotidien à elle est clairement limité, surtout à travers l'image de son mari d'ailleurs, qui tout du petit bourgeois coincé.

      Supprimer
  24. Honte à moi... Je crois que je n'ai jamais rien lu de Annie Ernaux...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il n'est pas trop tard pour t'y mettre...

      Supprimer

Je modère les commentaires pour vous éviter les captcha pénibles de Google. Je ne filtre rien pour autant, tous les commentaires sans exception seront validés au plus vite, promis !