mardi 22 janvier 2013

Une longue journée de novembre - Ernest J. Gaines

Gaines © 10/18 1996
Ernest J. Gaines est l’un de mes écrivains préférés. J’ai lu tous ses ouvrages. Autobiographie de Miss James Pittman est pour moi un petit chef d’œuvre. Dites-leur que je suis un homme, lauréat de National Book Award, est un roman absolument bouleversant. Mais c’est avec Une longue journée de novembre que j’ai découvert cet écrivain afro-américain né en 1933 sur une plantation de coton.

Dans ce recueil composé de deux nouvelles, Gaines revit en quelque sorte son enfance en Louisanne. Dans le premier texte éponyme, une mère décide de quitter le foyer avec son fils. Le mari est trop absent depuis qu’il a acheté une voiture. Ne supportant plus de le voir rentrer chaque nuit à deux heures du matin, sa femme fait ses valises. L’histoire est racontée par Ti-Bonhomme, l’enfant du couple. Une immersion dans la vie quotidienne des coupeurs de canne à sucre du sud profond. Beaucoup de dialogues, quelques échanges savoureux, un père un peu couillon et une femme qui, à l’évidence, porte la culotte. Ti-Bonhomme essaie de comprendre le monde des adultes avec ses mots à lui. C’est simple et touchant.

La seconde nouvelle met en scène un gamin de huit ans et sa mère. Il a une rage de dent, il faut l’emmener en ville pour le soigner. La mère a de quoi payer le bus et le dentiste, pas plus. En partant tôt, ils devraient être de retour avant onze heures et elle pourra aller travailler dans les champs en rentrant. Mais la salle d’attente est bondée et lorsque la pause du midi arrive, le cabinet ferme ses portes sans que le gamin ait pu être soigné. Mère et fils vont traîner en ville dans un froid glacial, sous la grêle, en attendant la réouverture. Le gamin est gelé et crève de faim mais il ne dit rien. Il sait que sa mère n’a pas les moyens de lui payer un repas. A travers le regard du fils se dresse le magnifique portrait d’une maman fière et indomptable.

Deux très beaux textes, racontés à hauteur d’enfant. La prose est limpide, d’une désarmante simplicité qui fait mouche. Sans doute l’idéal pour appréhender l’univers de ce grand écrivain américain. Le recueil publié par les éditions 10/18 en 1996 est aujourd’hui épuisé. Liana Levi a ressorti la première nouvelle dans sa collection Piccolo sous le titre Ti-Bonhomme. Il serait néanmoins dommage de s’en contenter tant le deuxième texte, absent de cette réédition, est un petit bijou. 

Une longue journée de novembre d’Ernest J. Gaines. 10/18, 1996. 140 pages. 4 euros.


46 commentaires:

  1. Il me parle ce livre...je note...en espérant qu'à la médiathèque...?
    Bonne journée

    RépondreSupprimer
  2. Il me semble bien que j'ai lu Autobiographie de Miss James Pittman, il y a, euh, près de 20 ans.. Tu as raison, je devrais en lire d'autres!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ça fait aussi quelques années que je l'ai lu mais je ne l'ai pas oublié ;)

      Supprimer
  3. Si tu devais ne m'en conseiller qu'un seul de cet auteur - que je n'ai jamais lu- lequel serait-ce ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pense qu'il faut choisir entre Autobiographie... et Dites-leur que je suis un homme.
      Le 1er est une grande fresque historique racontée par une vieille femme centenaire qui a connu l'esclavage, la guerre de secession et les changements (relatifs) de la condition des noirs au fil du XXe siècle. Un vrai roman du sud avec beaucoup de souffle.
      Le second est plus politique. C'est un cri lancé contre l'injustice et l'inhummanité. Bouleversant mais aussi beaucoup plus fort. On en sort pas indemne.
      ça dépend de tes goût et de tes envies en fait. De toute façon ce sont deux très grand romans.

      Supprimer
  4. alors là celui-là je le mets en tête de liste après avoir vu le Tarentino c 'est la question qui me hante : savaient-il que c'était des hommes?
    toujours la question de primo Levi
    oui je vais lire cet auteur , merci à toi d'en avoir parler
    Luocine

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si tu veux rester dans le même esprit que le film de Tarantino il faut que tu lises Dites-leur que je suis un homme. Pas pour rien qu'il a remporté le National Book Award.

      Supprimer
  5. Ah, Gaines, chaque lecture m'a impressionnée !
    ( je suis très curieuse de ta réponse à Hélène )

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Son oeuvre est marquante, aucun doute là-dessus.

      Supprimer
  6. Je n'en avais encore jamais entendu parler mais tu me donnes bien envie de découvrir cet auteur. (Comme Marilyne, je vais surveiller ta réponse à Hélène!)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est un auteur trop méconnu. Il a été nommé pour le prix nobel de littérature en 2004. S'il l'avait emporté, son oeuvre aurait enfin eu l'exposition qu'elle mérite.

      Supprimer
  7. Auteur méconnu oui, j'avoue humblement que je ne le connaissais pas... Je note dans ma longue liste d'auteurs à découvrir...!

    RépondreSupprimer
  8. Moi non plus je ne connaissais pas cet auteur. Je le note.

    RépondreSupprimer
  9. Tu as gagné, je note l'un de ses titres dans ma LAL. Du coup, j'hésite entre les deux titres que tu cites, je vais les noter tous les deux (les grandes fresques j'aime bien).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Attention, chez moi une grande fresque, c'est moins de 300 pages ! Du coup j'espère que tu ne seras pas déçue...

      Supprimer
  10. Tu en parles bien, un auteur à découvrir donc...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, je pense vraiment qu'il mérite d'être découvert.

      Supprimer
  11. Je "dois" lire "Par la petite porte" que j'ai gagné chez Jeneen...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un très beau texte là aussi. Je crois que Marilyne en avait parlé.

      Supprimer
  12. Je ne connaissais pas du tout ce auteur. Je note donc L'autobiographie...

    RépondreSupprimer
  13. Bien que je n'aime pas le snouvelles, tu me donnes envie de lire ces deux-là...

    RépondreSupprimer
  14. Je sens que je vais passer à côté d'une belle découverte si je n'inscris pas cet auteur immédiatement dans ma LAL !

    RépondreSupprimer
  15. Je ne suis pas fan de nouvelles, alors je ne note pas ce titre. Les autres livres que tu cites sont des romans ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, les deux titres que je cite plus haut sont des romans.

      Supprimer
  16. Auteur découvert il y a peu, AUtobiographie de Madame Pittman vient de rejoindre ma PAL :-)

    RépondreSupprimer
  17. Tu me donnes très envie de découvrir cet auteur, merci pour la découverte !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis ravi de partager mon enthousisasme pour cet auteur.

      Supprimer
  18. Cela fait un certain temps que je tourne autour de cet auteur, dont j'ai entendu beaucoup de bien ! J'ai acheté "The autobiography of Miss Jane Pittman" aux Etats-Unis l'été dernier, et je compte le lire très prochainement.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Super ! J'espère que tu ne seras pas déçue.

      Supprimer
  19. Et moi, je viens d'acheter A lesson before dying sur tes conseils.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ouh là, j'ai la pression maintenant. J'en ai dit tellement de bien ;)
      Manquerait plus que tu sois déçue...

      Supprimer
  20. J'avais tellement aimé A lesson before dying que je n'avais pas osé regarder le film. J'ajoute ce titre à ma LAL.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi non plus je n'ai pas vu le film. Je préfèrerais toujours l'écrit à l'image de toute façon.

      Supprimer
    2. Mais je dois dire que j'ai découvert Ernest Gaines grâce au film de Volker Schlöndorff, Colère en Louisiane (Murder on the Bayou).

      Supprimer
    3. Un excellent roman également. Le seul qui m'a déçu dans sa bibliographie reste Catherine Carmier (son premier je crois).

      Supprimer
    4. Je comptais justement le lire ce mois-ci. Nous verrons si j'ai le même avis que toi.

      Supprimer
    5. C'est un premier roman, il faut se montrer indulgent, mais c'est quand même nettement en-dessous de ce qu'il a fait par la suite.

      Supprimer
  21. Merci d'avoir pointé du doigt cet auteur. C'est grâce à toi que j'ai lu l'excellent A lesson before dying pendant les vacances (mais mon billet ne paraîtra qu'en octobre, mois américain oblige. Je pense même le faire étudier à mes élèves en littérature.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Génial, je suis content tu peux pas savoir ! Si en plus tes élèves découvrent ce grand monsieur c'est le Pérou. Par contre, attendre octobre pour lire ton avis, ça va faire long.

      Supprimer

Je modère les commentaires pour vous éviter les captcha pénibles de Google. Je ne filtre rien pour autant, tous les commentaires sans exception seront validés au plus vite, promis !