mercredi 30 janvier 2013

La guerre des Lulus, 1914 : La maison des enfants trouvés - Régis Hautière et Hardoc

Hautière et Hardoc
© Casterman 2013
Les Lulus, ce sont quatre orphelins vivant à Valencourt, dans l’Aisne, à « La maison des enfants trouvés ». Ils se prénomment Ludwig, Lucas, Luigi et Lucien. Des gamins inséparables qui en font voir de toutes les couleurs aux prêtres en charge de l’institution qui les accueille. A l’été 1914, au moment où la guerre se déclare, les Lulus sont « oubliés » lors de l’évacuation du village. Livrés à eux-mêmes, ils se réfugient dans leur cabane au fond des bois et vont tenter de survivre tant bien que mal sans l’aide des adultes. Les semaines passent mais à l’approche de l’hiver, la situation devient de plus en plus difficile à gérer…    
     
Régis Hautière (Abélard) au scénario, Hardoc (Le loup, l’agneau et les chiens de guerre) au dessin et David François (De briques et de sang) aux couleurs, voila un album 100% picard qui ne pouvait pas naître sous de meilleurs auspices. Une histoire de plus sur 14-18, me direz-vous. Certes, mais c’est une histoire de civils dans la guerre, loin des tranchées. Surtout, c’est un récit à hauteur d’enfants qui tient davantage de la Guerre des boutons ou de Seuls (le fantastique en moins) que des BD de Tardi.

Ce premier volume met en tout cas l’eau à la bouche et pose les bases d’un univers fort bien construit. Logique, avec Régis Hautière à la baguette. Son sens du dialogue, déjà remarqué dans Abélard (faut-il vous rappeler à quel point la lecture de ce diptyque est ABSOLUMENT incontournable…), fait mouche à nouveau. Les Lulus s’expriment avec un naturel déconcertant et les pointes d’humour, disséminées ici et là, sont un vrai régal.    

Le dessin semi-réaliste de Hardoc allie fraîcheur et vivacité. Ses Lulus ont des faux airs de titis parisiens que n’aurait pas reniés Poulbot. Les couleurs tout en douceur de David François rappellent parfois le travail de François Lapierre sur la série Magasin général. Que du bon, quoi !

Un vrai album tout public mettant en scène des gamins touchant en diable dans une atmosphère plutôt légère malgré la guerre qui s’annonce. Mais le scénariste a déjà prévenu que dès le deuxième tome un événement va plomber l’ambiance. Rien de surprenant quand on connaît la fin d’Abélard… (je sais je suis lourd avec Abélard mais c'est pour votre bien !).

PS : ne cherchez pas la commune de Valencourt sur une carte de l’Aisne, vous ne la trouverez pas. Pour créer ses décors, le dessinateur s’est inspiré son propre village, près d’Albert dans la Somme. La Picardie, quand même, quelle belle région !      

La guerre des Lulus T1 : 1914, la maison des enfants trouvés de Régis Hautière et Hardoc. Casterman, 2013. 64 pages. 12,95 euros.  


Hautière et Hardoc © Casterman 2013



32 commentaires:

  1. Interessant, je vais feuilleter ça ! J'aime bien l'idée du récit à hauteur d'enfant... Bon, et puis la Picardie, quelle belle région ;)

    RépondreSupprimer
  2. Bon, joker pour la Picardie, je ne l'ai pas quittée par hasard (mais je reste attachée à ta ville).;)
    A part ça, cette BD a l'air très sympa.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je te l'accorde, la campagne axonaise n'est pas le coin le plus glamour de la région. Maintenant, si on veut se mettre au vert, c'est le paradis !

      Supprimer
  3. Réponses
    1. J'espère que tu le connais ce petit poussin ;)

      Supprimer
  4. Lisible à partir de quel âge (pour un jeune ado qui lit beaucoup de tout ) 12/13 ans c'est bon ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. A partir de 10 ans, ça peut se lire sans problème.

      Supprimer
  5. Je note mais j'attends que la série soit terminée pour la lire. Comme pour Abélard... je préfère lire tout d'un coup pour pouvoir en profiter pleinement ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il y aura 4 tomes au minimum et cinq au maximum. J'ai lu une interview de l'éditeur dans le Courrier Picard, il assure qu'ils suivront la série jusqu'au bout quoi qu'il arrive (en même temps c'est pas Soleil).
      Le second volume est prévu cet automne, après ce sera un par an (le centenaire de 14/18 c'est LE grand événement pour la région dans les années à venir).

      Supprimer
  6. Ouh là ! d'un côté ton billet donne envie.
    Mais... je suis passée complètement à côté d'Abélard, et suis restée coincée sur la 1er tome de Magasin général, pas pu le finir, 2 tentatives... (exception qui confirme la règle, (presque ?) toute la blogo est enthousiaste sur ces 2 séries)...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bon, si tu n'as pas aimé Abélard, tu sors. Et puis pas la peine de lire celui la si c'est pour en dire du mal, non mais ;)

      Supprimer
    2. Ouh là !! t'as bien le droit de dire que tu n'aimes ni polars ni thrillers, toi ! alors que c'est GÉNIAL (bien mieux qu'Abélard) ;-)... oui, oui, ok, je sors en courant, peur des représailles. :-(
      Je file commencer 'L'éloge des g*rces' !
      PS : liste idées polars en cours de fabrication, en brouillon dans mes mails. J'avance ! :-)
      PPS : vivement que je trouve 'La guerre des Lulus' à la mdtk, pour bien le descendre ! c'est un service à te rendre, hein, rien d'autre ! les éloges deviennent suspects s'il n'y a pas d'avis négatifs pour contrebalancer. ;-)

      Supprimer
    3. L'album n'est sorti que la semaine dernière. Si ta médiathèque est aussi efficace que la mienne sur les nouveautés, j'ai quelques mois à attendre avant de découvrir ton avis plein de fiel...

      Supprimer
    4. T'affole pas, d'ici là, tu vas découvrir un autre avis plein de fiel : sur 'Indian Blues' ! je le lis tout bientôt (LC pour le 15/02)... ;-)
      Je RIGOOOLE ! je pars ultra-confiante, après 'Le premier qui pleure...' + tes recommandations. :-)
      Notre bibli est ultra-rapide pour les nouveautés BD, et peu de demande du côté adultes, donc je me régale.

      Supprimer
    5. J'ai quand même des craintes pour Indian Blues. Je l'ai lu il y a près de 15 ans et j'étais en plein trip blues. C'est le lien avec l'histoire de Robert Johnson qui m'avait le plus fasciné. Si tu ne connais pas la légende du bluesman Robert Johnson qui a vendu son âme au diable, je ne suis pas sûr que tu apprécies autant que moi. Mais bon de toute façon c'est un un roman de Sherman Alexie alors forcément il y a de la qualité.

      Supprimer
  7. Tu as raison, enfonçons le clou avec Abélard...! Sinon, celui ci je le note précieusement, y'a du beau monde, ça ne peut que me plaire !!

    RépondreSupprimer
  8. Tu en parles bien, ça donne envie.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce sont des auteurs que j'aime beaucoup, ça aide pour en dire du bien^^

      Supprimer
  9. Ah, du Régis Hautière... je note donc. En plus, j'ai une belle dédicace du très sympathique Hardoc sur le premier tome de "Le Loup, l'Agneau et les Chiens de Guerre", une série qui est du même duo. Hop, dans ma liste !!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je sens que je vais bientôt découvrir ton avis...

      Supprimer
  10. Eh bien, rien que la référence à Abélard ne me laisse pas d'autre choix que de noter ce titre !

    RépondreSupprimer
  11. Inutile de préciser que je vais la lire. ça me paraît incontournable. Elle était présente en avant-première au salon du livre de ma ville mais je n'ai pas sauté le pas. (Oui, l'erreur est humaine.)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une lecture obligatoire pour toi, forcément !

      Supprimer
  12. quel drôle de titre!... et ça pourrait me plaire, sans aucun doute!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas de raison qu'il ne te plaise pas je pense.

      Supprimer
  13. Ça semble très intéressant!! Je le note sans faute!

    RépondreSupprimer
  14. Ben oui alors la Picardie quelle belle région !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. N'est-ce pas ? Je ne comprends pas que l'on puisse en douter.

      Supprimer

Je modère les commentaires pour vous éviter les captcha pénibles de Google. Je ne filtre rien pour autant, tous les commentaires sans exception seront validés au plus vite, promis !