mercredi 23 janvier 2013

Le vagabond de Tokyo 3 - Takashi Fukutani

Fukutani © Le lézard Noir 2012
Difficile de faire un plus grand écart avec les BD des mercredis précédents. Après deux superbes albums d’Emmanuel Lepage, je mets les mains dans le cambouis avec ce manga aussi inclassable que cradingue. Je vous préviens d’emblée, âmes sensibles s’abstenir. Si vous cherchez du glamour, il faudra éviter de passer par ici aujourd’hui.

Le vagabond de Tokyo, c’est Yoshio, un branleur dans tous les sens du terme. Au sens propre d’abord, la masturbation étant son loisir favori. Au sens figuré ensuite puisque ce jeune homme est sans doute la plus grande feignasse de l’histoire du manga. Quelques boulots sur des chantiers afin de payer son saké quotidien (oui, parce que Yoshio picole pas mal aussi, ça occupe) et pour le reste, rien de mieux que la sieste et la glandouille. Résultat, il vit dans une chambre délabrée sur un vieux futon tout pourri, au milieu des bouteilles vides et des magazines porno tout en se nourrissant quasi exclusivement de nouilles instantanées. Son existence n’est qu’une succession d’échecs plus retentissants les uns que les autres. Le loser absolu, quoi.  

Pour être franc j'ai eu quelques craintes parce que ce troisième tome démarre doucement. Après un retour dans sa campagne natale, Yoshio nous raconte son dépucelage à 17 ans (rien de glorieux, forcément) puis les dures journées sur les chantiers qui se terminent toutes au troquet où il dépense en alcool sa paie quotidienne. Quelques passages onirico-érotique par-ci par-là mais rien de bien méchant, pas la moindre trace de scatologie ni de situations vraiment répugnantes alors que les volumes précédents en regorgeaient. Je me suis dis que Takashi Fukutani avait mis de l’eau dans son vin. Et puis arrivé au trois quart du recueil, je tombe sur l’histoire du « Lucky Hole » et je retrouve toute la verve trash et sans limite qui me plait tant dans cette série. C’est quoi un Lucky Hole ? Comme un petit dessin vaut mieux qu’un grand discours, je vous montre :



Le principe est on ne peut plus simple. On pose une serviette dans le trou, on y glisse son engin et de l’autre coté de la cloison une jeune fille s’occupe de vous manuellement. Glauque, non ?  Le problème quand il y a une pénurie de main d’œuvre c’est que les tenanciers de ces lieux sordides doivent parfois faire appel à des femmes bien moins jeunes et quand ils ne trouvent pas de femmes, ils doivent se tourner vers des hommes qui prennent une voix de fausset pour masquer la supercherie. Et devinez qui va se retrouver derrière la cloison d’un Lucky Hole ? Yoshio bien sûr. Rien ne lui sera épargné, de l’odeur abominable répandue dans la pièce au fil de la journée à ses vêtements, sa figure et ses cheveux recouverts de… Une expérience effrayante qui tournera à la catastrophe quand l’un des clients ne se contentera pas du massage manuel et voudra passer à la vitesse supérieure (je vous avais prévenu, pas de glamour ici aujourd’hui).

Je me suis régalé. J’adore quand un auteur lâche prise à ce point. C’est tellement énorme, tellement barré, tellement drôle (bon il faut aimer l’humour très noir et très vulgaire mais je suis bon public pour ce genre de chose). Et puis ce n’est pas tous les jours que l’on tombe sur un personnage aussi navrant et aussi pathétique.

Est-que je vous conseille de vous ruer sur ce manga ? Surement pas ! D’ailleurs même si je vous le recommandais chaudement, je crois que vous ne seriez pas beaucoup à me suivre. En tout cas si vous voulez tenter le coup, je serais ravi de savoir ce que vous en pensez.

            
Le vagabond de Tokyo T3  de Takashi Fukutani. Le Lézard Noir, 2012. 408 pages. 23 euros. 

Fukutani © Le lézard Noir 2012





49 commentaires:

  1. Cette série est passée sur kbd. A l'époque, j'avais regardé un peu mais après quelques petites recherches paresseuses, j'en étais arrivée à la conclusion que les deux premiers tomes n'étaient pas simples à trouver. Cette sortie devrait relancer la machine. Je dois dire que j'étais assez tentée de découvrir cette histoire après avoir lu la synthèse... ton avis sur le tome 3 les rejoint. Un petit tour au stand du Lézard noir la semaine prochaine devrait me faire gagner du temps ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu peux prendre le 3 sans avoir lu les autres, ça ne pose aucun problème. Je serais vraiment curieux de savoir ce que tu penses d'un manga pareil ;)

      Supprimer
  2. J'ai vu que le tome 1, longtemps en rupture, a été réédité à la sortie du tome 3 d'ailleurs.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai acheté chaque tome au moment de sa sortie, à l'époque où j'avais encore une librairie sous le coude. Aujourd'hui, même un album de Dargaud j'ai du mal à le trouver, c'est dire...

      Supprimer
  3. Heu.... je suis sûre que tu connais déjà ma réponse...

    RépondreSupprimer
  4. Eh bien, ça me semble bien glauque.. moi qui ne suis que glamour, je préfère passer mon chemin...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu peux passer ton chemin sans regret. Pour le glamour, il faudra repasser une prochaine fois...

      Supprimer
  5. Pas simple d'attaquer par un tome 3, et puis il va me falloir un budget ... mais ce genre de manga peut me convenir ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu peux lire le 3 sans avoir lu les autres, les histoires sont totalement indépendantes et n'ont pas été publiées de façon chronologique.

      Supprimer
  6. Mouais... Déjà j'ai "peur" des mangas...
    Mais là, le scénario semble facile à comprendre, et peut-être moins de longueurs (heum... de lenteur) que dans certains mangas comme 'Blue' !?! ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour le coup, rien à voir avec Blue. A des années-lumière, même...

      Supprimer
  7. bon .. je peux dire que je lis peu de BD presque jamais des mangas et hop le tour est joué!
    je dois dire que le côté déjanté japonais me fait peur , quand ils passent la ligne du "comme il faut" ils sont plus déjantés que tout le monde.
    moi je crois qu'au Japon j 'aurais été déjantée . C'est un pays trop formaté pour moi.
    Tout cela pour te dire que ce manga m'intrigue
    Luocine

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. A la fin du 1er tome, il y a une présentation et une interview de l'auteur. On comprend que cette série est très autobiographique. Feignant, alcoolique et obsédé sexuel au Japon, ça dénote par rapport à la masse et ça donne un manga vraiment spécial.
      En littérature, Murakami Ryu aime bien lui aussi dépasser les bornes. J'aime beaucoup même si certains de ses romans m'ont laissé sur ma faim.

      Supprimer
  8. Autant hier, tu as alourdi ma LAL, autant aujourd'hui, non.

    RépondreSupprimer
  9. OMG !! Mais où as-tu trouvé un OVNI pareil...? Ce personnage cumule les tares ma parole, si pitoyable que ça en devient risible...! Cela dit, il y a peu de chances que je tombe par hasard sur ce manga hein...! ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Aucun risque que tu tombes dessus, je te rassure ;)

      Supprimer
  10. Pas mal de deuxième dessin ! limite pour ton challenge chaud du mardi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas mal le (et pas "de") deuxième dessin !

      Supprimer
    2. Oui il aurait eu sa place pour le challenge du mardi, sans problème^^

      Supprimer
  11. C'est quoi ce truc ?? I m shocking !!!

    RépondreSupprimer
  12. Et bien une lecture qui aurait donc pu être aussi dans la catégorie les mardis c'est permis ...
    Quant au Lucky hole et bien tu ne m'as rien appris (hihihihi)mais moi je pensais que l'on disait glory ...
    Il y a un excellent film à voir concernant ce sujet il s'agit d'Irina Palm n'hésite pas à le découvrir.
    Bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je tombe enfin sur une connaisseuse, ça fait plaisir !

      Supprimer
  13. Alors là, pour le coup, ce n'est vraiment pas mon truc. Je n'essaierai même pas, ça me met mal à l'aise rien qu'en lisant ton billet.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je te comprends. C'est quand même très très spécial.

      Supprimer
  14. J'avais bien aimé les 2 premiers tomes (merci K.BD ;) ). Il faudra que je jette un oeil à celui-ci

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'avais trouvé le 2ème un ton en dessous, ce troisième m'a davantage plu.

      Supprimer
  15. Sacré manga !
    Il va falloir que je m'y intéresse de plus près... ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ça ne me déplairait pas de savoir ce que tu en penses.

      Supprimer
  16. Ah tiens, je pensais qu'on appelait ça un glory hole ! MDR.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je vois que tu es comme Didi, tu connais le sujet ;)
      Il y a peut-être eu un problème de traduction ?

      Supprimer
  17. Je reste dubitative... L'humour vulgaire, j'ai du mal.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Franchement je ne pense pas que ce titre te convienne.

      Supprimer
  18. Moi je sais pas comment ça s'appelle mais en tout cas, je connaissais aussi le principe... on a dû rénover un immeuble si proposait ce genre de service. C'était une boîte homo, c'est ma collègue de l'époque qui avait fait le relevé et qui nous avait raconté... je me doute bien de l'embarras dans lequel elle s'est trouvé quand elle a dû découvrir ça ^^
    Des parois avec des trous à divers endroits, des chaines, etc... Lucky ? :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Que ce soit Lucky ou Glory, il y a surement beaucoup d'ironie dans ces appellations

      Supprimer
  19. Je passe... en même temps pour me rendre au 3ème tome, encore faudrait-il que je lise les 2 premiers et ce n'est pas dans mes plans.
    Le lucky hole me rappelle un film étrange que j'avais vu, il y a quelques années dont je vais être incapable de me souvenir du titre (oui, je sais, très pertinent comme commentaire)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est peut-être Irina Palm, le film dont parle Didi dans son commentaire.

      Supprimer
    2. C'est tout à fait cela ! J'ai pensé à toi hier soir quand il est passé à la TV :)

      Supprimer
    3. Faudrait que j'essaie de le trouver pour y jeter un oeil.

      Supprimer
  20. rohhh, le dessin! pas pour moi ! :-)

    RépondreSupprimer
  21. Sinon, je confirme que, comme l'ont dit plusieurs commentatrices, c'est glory et pas lucky. :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est donc bien une erreur de traduction ;)

      Supprimer
  22. Tu vas rire mais on en parle dans les chroniques de San Francisco et ça m'a marqué. J'ai déjà vu un sex shop à Lille où c'était inscrit sur la devanture (je ne suis pas entrée vérifier ce qu'il en était) et là, je lis Survivant de Chuck Palahniuk et paf, on en parle encore ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Perso je ne connaissais pas du tout. J'ai quand même de grosses lacunes au niveau de la culture générale^^

      Supprimer
  23. Mais c'est dégueu ! vachement berk !
    Puis de toutes façons, je ne suis pas manga.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un titre absolument pas pour toi alors ! Je comprends ;)

      Supprimer

Je modère les commentaires pour vous éviter les captcha pénibles de Google. Je ne filtre rien pour autant, tous les commentaires sans exception seront validés au plus vite, promis !