mardi 19 janvier 2016

Des parents de rechange - Véronique Petit

Comme souvent avec des thématiques aussi « faciles », j’ai eu peur. Peur de la douche lacrymale, des torrents de larmes que l’on aurait voulu nous arracher devant la situation de ce pauvre orphelin. Parce que oui, Adam a perdu ses parents. Sa mère est morte quand il avait six ans, son père a quitté la maison quand il en avait quatre et est décédé quand il en avait dix. Placé dans plusieurs familles d’accueil, il a fini par échouer dans un foyer. Avouez qu’il y a de quoi sortir les mouchoirs !

Sauf que. Adam va se retrouver dans une situation pas banale. Particulièrement inconfortable. A cause d’un événement tragique dont il sera la source. Je ne vous en dis pas plus mais c’est finement trouvé. Et bien mené. Sans gros sabots, par petites touches successives. Adam avance vers son rêve de trouver de nouveaux parents avec plus de doutes que d’espoir. Il se sait sur la corde raide, il imagine le pire, se persuade que le bonheur va le fuir, une fois de plus.

J’ai aimé ce roman pour, entre autres, les interrogations qu’il porte. C’est quoi une famille ? Une question de sang ? Une question de nom ? Une question d’amour ? Adam pense qu’il est un garçon que l’on ne peut pas aimer parce qu’il n’est pas parfait. Entre manque de confiance en lui et expériences passées douloureuses, il avance, fragile, face à un avenir dont les contours peinent à se dessiner nettement.

Un roman intelligent, qui n’élude aucune question et propose une conclusion des plus optimistes sans tomber dans une facilité qui lui ferait perdre toute crédibilité. Parce que les jeunes lecteurs auxquels il s’adresse ont besoin de textes positifs sans être pris pour des crétins. Intelligent, quoi.

Des parents de rechange de Véronique Petit. Rageot, 2016. 125 pages. 6.10 euros. A partir de 9 ans.

Et une nouvelle lecture jeunesse que j'ai le plaisir de partager avec Noukette.








18 commentaires:

  1. Problématique intéressante. Merci d'en parler, la couverture m'aurait sans doute fait passer à côté ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La couverture n'est pas top, je te le concède.

      Supprimer
  2. C'est bien ce que j'ai pensé en lisant l'article de Noukette ce roman doit convenir aussi aux enfants qui ont une famille aimante (surtout quand les enfants se fâchent contre des parents qui les privent d'écran ... par exemple)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, c'est aussi un roman qui permet de relativiser ses propres petits soucis.

      Supprimer
  3. "Intelligent, quoi."
    "Comme chaque mardi, ou presque."

    RépondreSupprimer
  4. Intelligent, optimiste... et pas gnangnan, bonne pioche encore une fois ! ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Même si on s'adresse à un public plus jeune que d'habitude, ça reste du tout bon ;)

      Supprimer
  5. Tu as le don de me faire découvrir des pépites jeunesse :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On ait de notre mieux pour les dégoter ;)

      Supprimer
  6. J'aime l'idée de ces titres qui se jouent des attentes un peu trop convenues et qui parviennent à nous surprendre.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce n'est pas simple à mettre en oeuvre.

      Supprimer
  7. Le sujet traité m'intéresse, je note !

    RépondreSupprimer
  8. Bonjour ! Je découvre tout juste ton blog avec cet article et hop, je suis déjà accrochée. Je suis intriguée par cet élément perturbateur dont tu ne parles pas et d'ailleurs j'apprécie puisque je déteste qu'on me spoile ! Si j'ai l'occas', je jetterai un coup d'oeil à ce livre :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'essaie de ne jamais spoiler, mais ce n'est pas toujours évident ;)

      Supprimer

Je modère les commentaires pour vous éviter les captcha pénibles de Google. Je ne filtre rien pour autant, tous les commentaires sans exception seront validés au plus vite, promis !