jeudi 21 janvier 2016

Banquises - Valentine Goby

En 1982, Sarah, 22 ans, prend un avion à destination du Groenland. Sa famille ne la reverra jamais. Une disparition aussi soudaine qu’inexplicable laissant son père, sa mère et sa jeune sœur Lisa totalement dévastés par le chagrin. Après la stupeur vient le temps de l’incompréhension. La police penche clairement pour une disparition volontaire et refuse de lancer des recherches puisque Sarah était majeure. Le détective privé engagé par les parents ne trouve rien de concret, les mois, les années passent, et l’absence reste impossible à combler. Lisa n’était qu’une ado à l’époque des faits. Vingt-sept ans plus tard, elle décide de partir sur les traces de sa grande sœur et embarque à son tour pour le Groenland.

Vous le savez si vous passez régulièrement par ici, entre Valentine Goby et moi, il se passe un truc (même si je doute fortement qu’elle soit au courant, mais c’est un détail). Déjà, elle est charmante (un autre détail me direz-vous, n’empêche, c’est un petit plus non négligeable). Ensuite, pour avoir eu la chance de discuter longuement avec elle et pour l’avoir vue à l’œuvre avec des élèves, elle est passionnante. Alors forcément, je ne suis pas objectif quand je parle de ses livres (Mais qui l’est, finalement ?). Il y a quelque chose dans son écriture qui m’ébranle profondément. Une question de rythme et de vocabulaire. Une précision chirurgicale alliée à un lyrisme contenu. Jamais un mot de trop, tout est gratté jusqu’à l’os. Je crois que c’est de l’ordre du sensoriel et ça ne s’explique pas.

Ici elle dit l’absence, la souffrance infinie de la perte d’un enfant dont on ne peut faire le deuil. Elle décrit un grand huit permanent fait d’espoir infime et de renoncement dans un récit tout sauf linéaire où les époques se chevauchent et les personnages s’exposent sans filtre. Dans un troublant effet de miroir, la description crépusculaire d’un Groenland en pleine déliquescence, d’une population à l’agonie, résignée devant l’inéluctable disparition de leur monde, est totalement bouleversante.

Banquises est quelque part le roman de l’effacement. Effacement progressif de toutes traces de l’absente et effacement progressif d’un territoire et de ses habitants. La langue et somptueuse, l’histoire d’une infinie tristesse. Comment vouliez-vous que j’y résiste ?

Banquises de Valentine Goby. Le livre de poche, 2013. 210 pages.

Une lecture commune que j’ai le plaisir de partager avec Philisine. C’est elle qui m’a offert cet exemplaire accompagnée d’une gentille dédicace de l’auteure. D’ailleurs il me semble que tous les livres de Valentine Goby trônant sur mes étagères (Kindetzimmer, La fille surexposée, Une preuve d’amour et Méduses) sont dédicacés. Que voulez-vous, on est fan ou on ne l’est pas^^





57 commentaires:

  1. Je n'ai lu d'elle que Kinderzimmer, que j'ai beaucoup aimé, il faudrait que je découvre les autres!

    RépondreSupprimer
  2. Je n'ai lu que Banquises, dont le sujet me tentait. Avis un peu plus mitigé que toi, pas concernant le style, qui m'a beaucoup plu (comme quoi on peut aimer celui de M. de Kerangal et celui de Valentine Goby...) mais plutôt à cause du personnage de la soeur, qui part plutôt à la recherche d'elle-même que de sa soeur disparue...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est clairement ce qu'elle fait mais ça ne m'a pas gêné.

      Supprimer
  3. pas lu et ce que tu en dis, me donne drôlement envie ;-)

    RépondreSupprimer
  4. très belle chronique qui épouse parfaitement le texte lu. Bravo ! Je suis d'accord avec toi : il y a quelqu chose d'hypnotique dans l'écriture de Valentine Goby qui nous rend fidèles. Bises et merci.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Valentine nous enchante à chaque fois. Ravi de constater que nous sommes sur la même longueur d'ondes.

      Supprimer
  5. Je n'ai encore rien lu d'elle, mais depuis longtemps je veux découvrir le Kinderzimmer, mais d'abord faudrait que j'arrive à en trouver un, à la biblio ou en librairie.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ça ne devrait pas être trop compliqué ;)

      Supprimer
  6. Ah, Valentine Goby : du bonheur !Comme ce livre)!!!

    RépondreSupprimer
  7. Je l'ai découverte avec Kinderzimmer mais n'ai rien lu d'autre...ton billet est très tentant et en plus c'est un poche, donc aucune raison de résister!

    RépondreSupprimer
  8. Bon tu savais que mon objectif est de faire descendre ma PàL or là tu fais l'inverse ! Bon après j'ai cru que le livre faisait partie de la rentrée littéraire (donc achat donc NON) mais non il date de 2013 et est disponible en Poche, encore pire !
    Bon, j'avais adoré Kinderzimmer donc c'est bon signe, le seul bémol vient de Kathel qui n'a pas aimé le personnage de la soeur..mais ça ne suffit pas à me faire changer d'avis.

    J'aime bien ton "truc" avec Valentine Goby ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il faut que tu continues à lire Valentine, absolument !

      Supprimer
  9. Pareil que toi pour le rapport à l'auteur.

    RépondreSupprimer
  10. Tu débordes d'amour pour Valentine, c'est limite indécent monsieur ! ;-)
    Blague à part, chouette billet, et sublime écriture oui... Son univers me parle beaucoup, il faut que je lise Banquises et les autres titres d'elle qui m'attendent sur mes étagères...!

    RépondreSupprimer
  11. Allez hop, je note ce roman de cette auteure que j'apprécie.

    RépondreSupprimer
  12. Tu es sacrément convaincant ! Il me le faut, ce titre.
    L'auteure m'avait bluffé avec Kinderzimmer et cet été j'ai adoré "Baumes". Une auteure qui compte assurément.

    RépondreSupprimer
  13. je dois être une des rares à ne pas avoir apprécié "Kinderzimmer" pas sûre que je me lance dans cette lecture .

    RépondreSupprimer
  14. J'adore ce genre d'histoire, il me faut ce livre :)

    RépondreSupprimer
  15. J'aime beaucoup l'auteur aussi mais pas autant que toi quand même ;-)

    RépondreSupprimer
  16. Je n'en avais pas entendu parler mais tu m'intrigues !

    RépondreSupprimer
  17. Bien, je n'ai plus qu'à le lire très vite quoi (j'ai failli le choisir dans ma PAL, j'hésitais entre Lena et lui et j'ai choisi Lena) Je crois que je vais l'entamer très vite (jamais lu l'auteure ce qui ne semble pas être ton cas ;0)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah non, moi ce n'était pas une première !

      Supprimer
  18. Je n'a pas encore découvert cet auteur !

    RépondreSupprimer
  19. Hmmmm... Tu crois que je pourrais apprécier ? J'avoue que je n'ai jamais réussi à sentir si je serais aussi enthousiaste que ses fans avec ses livres. J'ai un doute, mais une certaine curiosité aussi... mais une PAL et un bouclier solide aussi.;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Franchement, je ne sais pas si c'est une écriture pour toi. Il faut essayer ;)

      Supprimer
  20. C'est vrai qu'elle est charmante...
    Et j'adore son écriture...
    Enfin bref, il me tente bien celui-ci aussi !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ton bref résume parfaitement les choses ;)

      Supprimer
  21. Ah tiens je pourrais lire celui-là, j'ai bien envie de découvrir l'auteure mais kinderzimmer je ne pouvais pas, vraiment... Le sujet me tetanise, là ça pourrait le faire :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le sujet est forcément très différent ici.

      Supprimer
  22. et bien moi je ne connais pas du tout cette auteur, mais la façon dont tu en parles, si réjouissante, donne envie de la lire. Alors je note, mais peut-être vaut-il mieux commencer par un autre titre ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu peux commencer par celui-là, c'est une bonne entrée dans son univers.

      Supprimer
  23. A te lire, je me dis "trop d'effacement pour moi, sans doute" ... je suis passée à côté de ce titre et encore plus après avec "Qui touche à mon corps, je le tue", mais je garde quand même "La fille surexposée" en tête, pour une autre tentative ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "Qui touche à mon corps, je le tue" est encore dans ma pal. Et "la fille surexposée" est quand même très différent, il te conviendra peut-être mieux.

      Supprimer
  24. Elle m'avait tellement enchantée avec Kinderzimmer ! Je connais très mal son oeuvre, je vais en lire un autre, et le style de l'effacement, ça me parle beaucoup.

    RépondreSupprimer
  25. Je n'ai lu que kinderzimmer mais j'aimerai bien découvrir ses autres romans. Je note ce titre.

    RépondreSupprimer
  26. J'avais beaucoup aimé ce roman, vraiment, tout autant que "Kinderzimmer".

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Kinderzimmer reste pour moi inégalable.

      Supprimer
  27. (Premier commentaire sur votre blog).

    Dès que j'ai lu votre billet, ça a résonné en moi. Physiquement, j'ai eu des frissons à lire votre avis.
    Je ne connaissais ni cette auteure, ni ses livres.

    Et puis j'ai lu Banquises.

    J'aimerais vous remercier de m'avoir fait découvrir ce roman. Il m'a conquise dès le début, j'ai frissonné (oui encore), j'ai eu les larmes aux yeux, j'ai eu mal au ventre de "stress". Bref, j'en ai été retournée, littéralement.

    Merci.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Votre commentaire me touche beaucoup. Ce n'est jamais gagné d'avance de faire passer son ressenti lorsque l'on parle de se ses lectures. Vous avez eu la gentillesse de me faire confiance et je vous en remercie.

      Supprimer
  28. Je ne l'ai encore jamais lue, ben oui évidemment lire pas mal de policiers me fait rater d'autres choses ;) J'ai Kinderzimmer dans ma Pal et je verrais ensuite si je continue ... Mais il me tente bien quand même, enfin pas très gai...

    RépondreSupprimer

Je modère les commentaires pour vous éviter les captcha pénibles de Google. Je ne filtre rien pour autant, tous les commentaires sans exception seront validés au plus vite, promis !