lundi 9 septembre 2013

Les évaporés - Thomas B. Reverdy

Kaze a choisi de disparaître après avoir appris son licenciement. Il a laissé une lettre à sa femme avant de « s’évaporer », comme des milliers d’autres le font chaque année au Japon, quittant tout sans donner d’explication. Apprenant la nouvelle, Yukiko, la fille de Kaze, rentre dare-dare des États-Unis où elle vit depuis quinze ans. Dans ses bagages, Richard B., poète et détective privé, américain pur jus qui a été pendant quelques temps son amant. C’est lui qui va mener l’enquête et tenter de retrouver Kaze dans un Japon encore sous le choc après la tragédie de Fukushima.

Le lecteur suit en parallèle le parcours de "l’évaporé", sa rencontre avec le jeune Akainu qui a fui seul le nord du pays après la catastrophe nucléaire et les recherches menées par Richard B. et Yukiko. Mais l’aspect « policier » passe rapidement au second plan. En courts chapitres, Thomas B. Revedry insuffle à son récit un rythme syncopé, alternant les scènes quasi contemplatives et les brusques accélérations de l’intrigue. Le texte est traversé par quelques fulgurances poétiques au lyrisme contenu et à la force d’évocation éblouissante. La description du Japon contemporain et du traumatisme post-Fukushima est très réaliste. Les conséquences sociales de la tragédie sont notamment expliquées, comme les tractations financières menées par des vautours qui profitent de catastrophes de ce genre pour engranger les milliards sur le dos des sinistrés. Une dimension sociale qui donne davantage d’ampleur aux trajectoires des différents protagonistes.

Les évaporés relève à la fois de la quête et de la fuite. Quête d’identité pour Yukiko, du sens de l’existence pour Richard B., fuite vers une possible reconstruction pour Kaze et Aikanu. C’est surtout un texte somptueux, puissant, équilibré, parfaitement articulé. Un roman d’une grande profondeur où un auteur à l’évidence brillant a su maîtriser sa plume pour ne pas tomber dans une démonstration de style se cantonnant au purement esthétique. Une réussite totale.

Une nouvelle lecture commune que j’ai le plaisir de partager avec Marilyne !

Les évaporés de Thomas B. Reverdy. Flammarion, 2013. 300 pages. 19 euros. 



40 commentaires:

  1. Cette possibilité de partir m'a fascinée! Un très bon roman !

    RépondreSupprimer
  2. Je viens de lire le billet de Marilyne. Vous l'aimez tous les deux, ce roman. Je l'ai mis sur les lectures à faire cet automne, qu'il reçoive ou pas le Goncourt ou un autre prix!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il mériterait d'être récompensé par un prix.

      Supprimer
  3. Je l'ai dans ma PAL numérique mais ton billet va le faire remonter au classement des lectures à faire

    RépondreSupprimer
  4. Oh oui, belle maîtrise narrative. Je crois que c'est ce qui m'a le plus prise, ces temps syncopés, j'ai adoré les chapitres " décalés ", notamment ce " rêve à Kyoto " en regard des pages décrivant le Japon vu par Richard ( avec celles, savoureuses, sur le fait qu'il devient totalement alphabète. Et la liste des raisons de disparaître, hum )

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il a trouvé une rythme assez unique qui donne toute la force au récit, c'est vraiment une belle réussite !

      Supprimer
  5. Convaincue! je vais guetter la bibli, sagement..;

    RépondreSupprimer
  6. Réponses
    1. Donne lui sa chance, il ne te décevra pas.

      Supprimer
  7. J'attendais d'autres avis pour me décider. Deux avis positifs aujourd'hui, c'est prometteur.

    RépondreSupprimer
  8. Il devrait voyager jusqu'à moi, je me réjouis !

    RépondreSupprimer
  9. Eh bah un de plus à lire !

    Le banquier : Mme Aaliz, encore un découvert, avez-vous une explication valable ?

    Moi : Euh ... je me suis abonnée à la newsletter de jérôme.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Avec un argument pareil, il ne peut qu'augmenter ton autorisation de découvert. Sinon tu me l'envoies, je lui expliquerais^^

      Supprimer
  10. Il fait le tour de la blogosphère ce roman en ce moment !

    RépondreSupprimer
  11. Je te sens sous le charme de ce roman : c'est rare de te voir si envoûté ! Il a l'air vraiment bien, ce bouquin. Bises

    RépondreSupprimer
  12. On entend beaucoup parler de ce livre en ce moment et puis tu en parles bien... je le note pour mes prochaines lectures...

    RépondreSupprimer
  13. Je ne lis pas je ne lis rien, le livre est dans ma PAL, je veux le découvrir sans rien en savoir.^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est moi qui irai voir avec plaisir ce que tu en as pensé alors.

      Supprimer
  14. Ah oui, une réussite totale. Il est difficile d'ailleurs d'écrire un billet sur ce livre tout en paradoxe ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas simple en effet de trouver les mots justes pour parler de ce roman.

      Supprimer
  15. Zut, on me l'avait proposé et je n'ai pas donné suite. Tant pis.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il sortira bien en poche un jour ou l'autre.

      Supprimer
  16. J'ai entedu parler de ce roman ici et là, vanté aussi par mon libraire, mais j'attendais qu'il sorte en poche. Après la lecture de ton billet, je sens que je vais craquer. Ma Pal ne te remercie pas !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Désolé mais c'est vraiment un excellent roman et je suis certain qu'il ne restera pas longtemps sur ta pal.

      Supprimer
  17. Un roman qui me tente vraiment !

    RépondreSupprimer
  18. Très belle critique. Je suis en train de le lire et je suis complètement sous le charme. C'est tellement bien écrit..

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai trouvé aussi que c'était magnifiquement écrit.

      Supprimer

Je modère les commentaires pour vous éviter les captcha pénibles de Google. Je ne filtre rien pour autant, tous les commentaires sans exception seront validés au plus vite, promis !