vendredi 6 septembre 2013

Guide du loser amoureux - Junot Diaz

« Ta copine découvre que tu la trompes. (Bon en fait c’est ta fiancée, mais après tout, bientôt ça n’aura vraiment plus d’importance.) Elle aurait pu te surprendre avec une sucia, elle aurait pu te surprendre avec deux, mais comme tu n’es qu’un sale fils de cuero qui n’a jamais vidé la corbeille de sa messagerie électronique, elle t’a surpris avec cinquante ! Certes, étalées sur une période de six ans, mais quand même. Putain, cinquante nanas ? Et merde. […] Tu ne recules devant rien pour la garder. Tu lui écris  des lettres. Tu la conduis au boulot. Tu cites Neruda. Tu rédiges un mail collectif qui répudie toutes tes sucias. Tu bloques leur adresse mail. Tu changes de numéro. Tu arrêtes de boire. Tu arrêtes de fumer. Tu déclares être un accro au sexe et commence à assister à des réunions. Tu rejettes la responsabilité sur ton père. Tu rejettes la responsabilité sur ta mère. Tu rejettes la responsabilité sur le patriarcat. Tu rejettes la responsabilité sur Saint-Domingue. Tu trouves un psy. Tu fermes ton compte facebook. Tu lui donnes les mots de passe de toutes tes messageries électroniques. Tu commences à prendre des cours de salsa comme tu l’as toujours promis pour que vous puissiez danser ensemble.  […] Tu essaies tout, mais un jour elle se redressera simplement dans le lit et dira : C’est fini. »

J’aime cette écriture parce malgré la brièveté de chaque phrase elle sonne comme un flot ininterrompu. J’aime cette écriture parce qu’elle est vivante, pleine d’énergie. J’aime cette écriture parce que sa liberté et sa souplesse m'électrisent. Évidemment ce recueil de nouvelles n’est pas à mettre entre toutes les mains. Il pourrait déplaire. Fortement. Il n’y a pourtant rien de réellement abrasif au fil de ces huit textes mettant en scène les membres de la communauté Dominicaine installée dans les environs de New York. C’est juste que le personnage de Yunior, qui sert de trait d’union entre chaque histoire, est un beau salopard. Le mâle latin dans toute sa splendeur. Macho, queutard invétéré et sans scrupules. Yunor pense pourtant qu’il n’est pas tout à fait comme ses congénères. Il cherche l’amour, le vrai, le pur. Un coté fleur bleue qu’il oublie rapidement quand une nouvelle partie de jambes en l’air se présente. 

Avec lui on découvre l’arrivée de sa famille sur le sol américain, le départ du père avec une fille bien plus jeune que sa mère, la vie de débauche de Rafa, le frère aîné trop tôt emporté par un cancer. Et au milieu de ce maelstrom Yunior tentant de se construire comme il peut. Il ne va pas vraiment mal tourner, il ne finira pas dealer de crack au coin de la rue. Il poursuivra ses études jusqu’à l’université et deviendra prof.  Mais au niveau sentimental, c’est le naufrage. Tromper une petite amie qui refuse de le laisser glisser une main dans sa culotte avec une prof bien plus âgée que lui n’a rien d’infamant. Voir sa chère Magda le traiter d’enfoiré parce qu’il a couché « avec une fille qui se coiffait façon doigts dans la prise, comme dans les années quatre-vingt »,  il a du mal à comprendre. Lui ne se considère pas comme un sale type. Juste un mec « faible et plein de défauts, mais avec un bon fond. » Bien sûr, bien sûr…

La langue de Junot Diaz est fleurie, vivifiante. Un mélange d’argot, de mots espagnols, de néologismes truculents et d’images qui vous sautent à la gorge. Surtout lorsqu’il parle des femmes et de leur diversité : guyanaises, asiates, latina, métis à la peau couleur de miel, « blanquitas un peu péquenaudes » qui ont « un faible pour les négros » et  « baisent avec la discrétion d’un train de marchandise. » Yunor les aiment toutes, certaines plus que d’autres, mais il se révèle au final incapable de les garder, incapable de leur être fidèle. Le triptyque coucheur-trompeur-menteur lui va comme un gant. Yunor, c’est un gars qui enchaîne les déboires et que l’on n’a pas du tout envie de plaindre. C’est drôle, corrosif et moderne. Bon j’ai adoré mais je ne vous conseille pas de vous ruer sur ce recueil inclassable qui m’a, à bien des égards, rappelé le « Coup de sang » d’Enrique Serna. C’est à vous de voir. Débrouillez-vous, quoi…


Guide du loser amoureux de Junot Diaz. Plon, 2013. 198 pages. 19 euros.





31 commentaires:

  1. Hum hum. Un Don Juan moderne? Le passage du début est drôle, je l'avoue!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'avais pas pensé à Don Juan mais il y a de ça en effet.

      Supprimer
  2. Bon, je n'ai pas lu le précédent titre, un roman qui a fait beaucoup parler de lui en raison de sa langue très originale. Du coup, c'en était assez effrayant. Commencer avec cet auteur par des nouvelles me semble indiqué.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La langue est vraiment particulière mais on s'y fait très vite je trouve. Une belle découverte pour moi.

      Supprimer
  3. Un extrait et un avis qui ne peuvent qu'inciter à le lire!

    RépondreSupprimer
  4. Réponses
    1. Oui mais attention, c'est assez vulgaire, je ne pense pas que tu accrocherais.

      Supprimer
  5. Deux mots inconnus en quelques lignes... des nouvelles... une histoire de pur macho... j'en ai déjà mal à la tête: je passe!

    RépondreSupprimer
  6. Tout un programme ! Un billet réjouissant, c'est certain, mais pas une lecture pour moi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas vraiment ton truc, tu as raison je crois.

      Supprimer
  7. On peut dire que tu as aimé, je me trompe ?

    RépondreSupprimer
  8. Encore un pauvre macho malheureux !!!^^ Ca sent la testostérone tout ça et une lecture peut-être "masculine" mais why not ???

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui c'est peut-être un recueil très sexué. Maintenant certaines femmes pourraient apprécier j'espère.

      Supprimer
  9. Non, non, je ne lis pas ta note, je me contente du titre, je saute partout en poussant des cris de joie, je me roule par terre, sur le dos, en agitant les bras et les jambes vers le plafond de manière frénétique, je cours dans le salon pour annoncer la nouvelle à mon homme plongé dans "Broklyn" : "y a le nouveau Dias qui est soooooooooorrrrrrrrtiiiiiiiiiii !!!" Et une fois n'est pas coutume, je te mets le lien vers ma note sur son roman
    http://aleslire.hautetfort.com/archive/2012/09/29/la-breve-et-merveilleuse-vie-d-oscar-wao-junot-diaz.html
    Dois-je ajouter que j'ai adoré ? Dois-je ajouter que ma librairie préférée va recevoir ma visite dès demain ? Dois-je ajouter que je maudis ma librairie préférée d'être fermée à cette heure ? ( mais pourquoi les librairies ferment-t-elles, d'ailleurs ?)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as vu ton libraire ? J'espère qu'il n'était pas en rupture de stock !

      Supprimer
    2. Je l'ai lu, j'ai publié ma note, du coup, j'ai lu ton commentaire avec attention, et du coup aussi, c'est drôle, nous n'avons pas du tout la même vision du livre et nous avons aimé tous les deux : Yunior n'est pas si Yunior qu'il voudrait l'être, finalement. Et finalement, je l'aime bien. Ce salaud

      Supprimer
  10. Je crois que curieusement, ça pourrait me plaire !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Curieusement ça ne me surprend pas plus que cela^^

      Supprimer
  11. Etrangement, je dirai la même chose que Moka. Pourtant, c'est le genre de bonhomme que je prendrais par ... hum-hum..., que je ferai tournoyer au dessus de ma tête et que j'enverrai en satellite.

    RépondreSupprimer
  12. Normalement, c'est le genre de récit qui devrait me plaire, mais je l'avais déjà feuilleté et quelque chose ne m'avait pas convaincue sur le coup. Je ne sais plus quoi. Un passage ? La typographie ? Mon humeur du moment ? Bref, à voir, à voir...:)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il mérite que tu lui donnes une seconde chance !

      Supprimer
  13. Réponses
    1. Tu veux qu'il voyage jusqu'à chez toi ? Rien de plus simple !

      Supprimer
    2. Je m'en occupe demain, promis.

      Supprimer
  14. Assez intriguant, et en tout cas original ! Je note au cas où il croise ma route !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Super original en effet mais du coup pas sûr que tout le monde apprécie.

      Supprimer

Je modère les commentaires pour vous éviter les captcha pénibles de Google. Je ne filtre rien pour autant, tous les commentaires sans exception seront validés au plus vite, promis !