samedi 20 avril 2013

Mais qui a tué Harry ?

Ah, la douceur de la campagne anglaise ! Une petite communauté installée au pied d’une colline, à Sparroswick. Dans la lande toute proche, le petit Abie, quatre ans, découvre un cadavre au milieu des fougères et des rhododendrons. Le cadavre, c’est Harry, et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il va devenir une sacrée charge pour les membres de la communauté. C’est d’abord le capitaine qui pense l’avoir tué accidentellement alors qu’il chassait le lapin. Cherchant vainement un coin où cacher le corps, il tombe nez à nez avec Miss Graveley, une vieille fille en mal d’amour qui lui assure qu’elle ne le dénoncera pas à la police. Mais le calvaire du capitaine ne fait que commencer puisqu’il va peu à peu croiser chacun de ses voisins en traînant le corps : Jenifer, La mère d’Abie, dont Harry n’était autre que le mari, Sam, un jeune peintre mégalo, Mark Douglas, coureur invétéré qui ne s’intéresse qu’aux blondes généreuses et Miss Wiggs, propriétaire du seul magasin du coin. Petit à petit, Harry va passer de mains en mains. Un vagabond va même lui piquer ses chaussures. Enterré et déterré à maintes reprises, le mort va créer des liens entre tous ceux qui vont l’approcher de trop près. Quand on constate qu’il n’a pas été tué par balles, chacun se découvre de bonnes raisons d’être accusé du meurtre. Une solidarité de façade s’organise alors pour que le secret reste bien gardé…
   
Malgré son titre, ce roman n’est pas un polar. Plutôt un vaudeville à l’anglaise bien barré avec des personnages haut en couleur et des situations farfelues à souhait. C’est l’humour so british que j’aime tant depuis la découverte du Wilt de Tom Sharpe. Quiproquos, dialogues un brin surréalistes, gags et rebondissements en cascade s’enchaînent à un rythme effréné, l’intrigue se déroulant en quelques heures seulement. Une lecture vraiment divertissante, pas prise de tête pour deux sous. Idéale pour démarrer les vacances du bon pied.

Ce roman a été adapté au cinéma par Alfred Hitchcock en 1955. Un film atypique pour le maître du suspens puisqu’ici c’est l’aspect comique qui domine. Et pour la petite histoire, c’est Shirley MacLaine qui tenait le rôle de Jenifer, la maman sexy du petit Abie.


Mais qui a tué Harry ? de Jack Trevor Story. Cambourakis, 2013. 156 pages. 9 euros. 




 

26 commentaires:

  1. Je me souviens bien du film! Et je vois que le roman ressort. British, chic chic!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas vu le film. Et je ne sais pas si le roman avait déjà été traduit.

      Supprimer
  2. Je connais le film mais je ne connaissais pas cette maison d'édition qui a la bonne idée de ressortir ce livre, merci.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Très bon éditer Cambourakis (et ils font aussi de la BD^^).

      Supprimer
  3. Ca me tenterait bien : du barré à la française (ou à la belge), bof bof) mais du british... why not !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis un peu comme toi, l'humour franc-belge, j'ai du mal, alors que l'anglais ça passe très bien.

      Supprimer
  4. J'ai du voir le film. C'est une impression où je ne te sens pas plus emballé que ça ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est pas que je sois pas emballé, c'est juste que c'est très divertissant sans être un chef d'oeuvre. Pas de la grande littérature, quoi...

      Supprimer
  5. Je ne résiste pas à l'humour british... qui me fait me bidonner avec un rire très français! ;-) Noté!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tant mieux, c'est un titre qui mérite le coup d’œil.

      Supprimer
  6. Ça semble vraiment très chouette! Je garderai l'oeil ouvert car je suis sûr que j'apprécierais!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En tout cas le récit est très bien construit.

      Supprimer
  7. Bien tentant, je note. Et au final, sait-on qui a tué Harry ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Qui a tué Harry ? Ah, ah, surprise...

      Supprimer
  8. je me méfie des romans trop décalés ... je me souviens du "tueur hypocondriaque" , ça me séduit et puis ça me lasse assez vite quand les procédés sont trop répétitifs , et peut-il en être autrement quand on démarre avec ce genre de procédé
    Luocine

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Là ce n'est pas si décalé que ça, on ne tombe pas dans le gros loufoque proche de l'absurde.

      Supprimer
  9. Ça me plairait, c'est sûr. Je note celui-ci et l'autre dont tu parles aussi et que je ne connais pas non plus: Wilt de Tom Sharpe

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Wilt c'est un régal (toute la série existe en poche chez 10/18).

      Supprimer
  10. Je me souviens que je n'avais pas trop aimé le film, trop barré pour moi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je crois que maintenant j'aimerais bien voir le film pour comparer.

      Supprimer
  11. J'adore le film et j'ai été ravie de voir qu'il était réédité. J'ai hâte de le lire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, c'est une bonne idée cette réédition.

      Supprimer
  12. Pas vu le film (honte à moi) mais bien aimé le roman. So british....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui c'est très british et c'est là tout le charme de ce roman.

      Supprimer
  13. Je ne suis pas certaine que cela soit pour moi ... Un peu déjanté non ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je dirais pas forcément déjanté. Disons que c'est de l'humour anglais... forcément un peu spécial.

      Supprimer

Je modère les commentaires pour vous éviter les captcha pénibles de Google. Je ne filtre rien pour autant, tous les commentaires sans exception seront validés au plus vite, promis !