mercredi 24 avril 2013

Fragments : Histoires vécues par des héros ordinaires - Stephano Casini

Pendant la seconde guerre mondiale, la confusion a souvent régné en Italie. Après l’armistice de 1943, les alliés allemands se comportaient comme des ennemis et attisaient la peur dans la population. Tandis que la résistance communiste s’organisait, les représailles sur les civils étaient de plus en plus violentes. Au début des années 60, la péninsule a basculé peu à peu dans une industrialisation de masse. Les grands patrons, paternalistes à souhait, ont fait de l’usine la mère nourricière, une sorte de ville dans la ville avec école, théâtre, stade de foot, piscine et maisons pour les employés et les cadres. Certains ouvriers devenus syndicalistes revendiquaient leurs faits d’armes antifascistes pendant la guerre tandis que le maître d’école ne cachait pas sa sympathie pour Mussolini. Stefano Casini raconte ses souvenirs d’enfance, le passé de son père et celui de son grand-père. Un récit autobiographique qui éclaire avec tendresse l’Italie rurale de l’immédiat après-guerre.

L’auteur précise d’emblée : « Tous les noms des personnages, tous les faits rapportés sont réels même s’ils ont été tamisés par le filtre de la mémoire. » A priori, ces histoires vécues par des héros ordinaires (le sous titre de l’album) avaient tout pour me plaire. Pourtant, en collant uniquement à la pure vérité, Casini perd la liberté narrative que lui aurait offert une part de fiction. Résultat, rien de bien passionnant dans ces souvenirs. C’est très décousu, on passe sans cesse  de la guerre à l’après guerre et il est difficile de trouver un fil conducteur. Le passage avec son grand-père, qu’il allait attendre à la sortie de l’usine, est touchant en diable mais pour le reste je suis passé à coté de ce récit d’enfance sans doute trop introspectif pour moi. 
      
Niveau dessin par contre j’ai beaucoup aimé. Tout l’album est réalisé à l’aquarelle, au crayon et en couleurs directes. Un traitement à l’ancienne que j’adore ! La campagne italienne est restituée avec fidélité et le travail sur la lumière absolument magnifique.

Au final ça restera quand même une déception. Graphiquement très séduisant et à bien des égards instructif mais la narration est trop personnelle et trop brouillonne pour que j’y trouve mon compte. Dommage…               

Fragments : Histoires vécues par des héros ordinaires de Stephano Casini. Mosquito, 2013. 114 pages. 18 euros.









32 commentaires:

  1. Comme quoi, j'ai bien fait d'attendre un avis... intrigué par un mosquito en couleur que je me suis dit c'est pas possible, je reste chez eux en noir et blanc !
    Dommage pour la naration parcequ'effectivement, en feuilletant, le graphisme me tentait...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Après ce n'aest que mon avis, il te plairait peut-être.

      Supprimer
  2. Je l'avais feuilleté et longuement hésité avant de décider de reposer cet album. Comme OliV : cela me tentait mais après lecture de ta chronique, je vais passer mon chemin

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est peut-être une erreur, qui sait...

      Supprimer
  3. Oh moi il me parle ce livre...très fortement...c'est tout ce que j'aime...je vais essayer de le "choper" ce week-end...^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah, bonne nouvelle, je serais ravi de lire ton avis.

      Supprimer
  4. Au premier coup d'oeil, je suis séduite par les dessins, mais du coup ça me rebute un peu de savoir que tu as été déçu... A l'occasion, pourquoi pas.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est très beau mais pour le reste c'est vrai que j'ai été déçu.

      Supprimer
  5. J'aime assez ce type de graphisme, voilà qui pourrait me tenter !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est un graphisme à l'ancienne, j'aime beaucoup.

      Supprimer
  6. Moi aussi j'aime bien en aquarelle...

    RépondreSupprimer
  7. Je ne pense pas qu'elle me plaira !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne peux pas non plus te convaincre toutes les semaines^^

      Supprimer
  8. Et bien, ce ne sera pas celle-ci, je vais poursuivre mon voyage en Asie.

    RépondreSupprimer
  9. Dommage, le sujet avait tout pour plaire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il n'est pas trop tard pour se laisser tenter ;)

      Supprimer
  10. Je retiens "déception". Je ne vais donc pas charger mon petit carnet de ce titre. Les dessins sont beaux et j'aime ce rendu aquarellé.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suppose que ton petit carnet est de toute façon déjà bien trop chatgé^^

      Supprimer
  11. J'avais lu de très bons avis sur cet album, mais j'hésitais tout de même fortement à me le procurer. Tu viens de trancher pour moi, merci ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je demande quand même si je ne suis pas bêtement passé à coté. Moi aussi j'avais lu de très bons échos...

      Supprimer
  12. Décousu et pas passionnant.... Bon, je crois que je vais passer mon chemin, pour tout te dire, je ne trouve déjà pas la couverture très engageante !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. De toute façon, ta pal BD est déjà assez fournie comme ça ;)

      Supprimer
  13. Vu le thème, vu ce que tu dis des dessins et malgré ta déception sur l'ensemble de cet album, je le note malgré tout car je crois bien qu'il pourrait me plaire!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah tant mieux, je suis vraiment en quête d'autres avis sur cet album.

      Supprimer
  14. Le thème ne m'attirait pas à l'origine donc, après lecture de ton avis, je crois que je vais passer.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est sans doute la meilleure option si rien ne t'attire^^

      Supprimer
  15. A voir, ne serait-ce que parce que j'aime le dessin.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Niveau dessin, rien à dire, c'est très beau.

      Supprimer
  16. Pardonnez l'intrusion et mon mauvais français, quittent généralement les lecteurs la liberté me "tuer" tranquillement avec la critique, sans problèmes.
    Mais ce livre n'avait le "continuum" narratif classique, mais la "peinture" à travers des petits épisodes et peut-être, insignifiants, une Italie qui n'existe plus et un moment historique particulier dans mon pays.
    Le choix d'utiliser des épisodes et pas l'air dans la Grande Histoire, ces descriptions est un hommage que j'ai fait pour mon peuple,et l'enfant, qui est de fil rouge tout au long de l'ouvrage est à contextualiser les émotions vécues par un jeune homme à la fois si proche à ces expériences.

    Je pense que le livre doit être lu par le biais de ce type de principes.
    Alors, si vous n'aimez pas, n'aime pas...
    Merci pour votre patience.

    Stefano Casini

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci à vous de prendre le temps de passer par ici. Je n'ai absolument pas l'impression de vous "tuer" avec la critique, j'ai bien trop de respect pour les auteurs pour jouer à ce genre de jeu.
      Mon seul problème est d'être resté à l'écart de votre histoire. Je n'ai pas réussi à m'y intégrer, à y trouver ma place. Ce n'est pas très grave, c'est sans doute davantage ma faute que la votre. Votre récit est peut-être trop personnel pour moi, tout simplement. Et puis j'ai pris un vrai plaisir avec la qualité de votre dessin, c'est déjà beaucoup.
      Quoi qu'il en soit, tout cela n'a pas grande d'importance, je lirai avec plaisir votre prochain album, disons juste que concernant celui-ci, la rencontre entre votre histoire et le lecteur que je suis n'a pas eu lieu...

      Supprimer

Je modère les commentaires pour vous éviter les captcha pénibles de Google. Je ne filtre rien pour autant, tous les commentaires sans exception seront validés au plus vite, promis !