samedi 21 avril 2012

Comment enseigner l'histoire à un ado dégénéré en repoussant les assauts d'une nymphomane alcoolique

Sharpe © Belfond 2012
Au secours, Wilt revient ! Pour ceux qui ne le connaissent pas, Henry Wilt est professeur à l’université britannique de Fenland. Il a en charge l’enseignement des techniques de la communication, une matière qui n’attire que des élèves de piètre qualité. Malgré son statut, le salaire du professeur ne suffit pas à faire bouillir la marmite. Il faut dire que sa femme, Eva, a souhaité inscrire leurs quadruplées dans une école privée dont les frais de scolarités sont exorbitants. En plus, les quatre gamines sont ingérables et rendent folles les responsables de l’établissement qui n’ont qu’une envie, les virer. Jamais avare de fausses bonnes idées, Eva pense avoir trouvé une solution aux problèmes financiers du ménage : pendant les vacances d’été, son mari va donner des cours particuliers à Edward Gadsley, un gosse de riches décervelé dont la mère pense qu’il peut intégrer la prestigieuse faculté de Cambridge grâce à une solide remise à niveau. Problème, Edward est un crétin fini, sa mère une nymphomane alcoolique et son beau-père un richissime aristocrate imbuvable. Wilt le sait, il va s’embarquer dans une sacrée galère. Mais il ne se doute pas du cauchemar qui l’attend dans le manoir des Gadsley…

Pour le cinquième épisode des aventures de son loser préféré, Tom Sharpe frappe fort. Son petit prof sans envergure, toujours affublé d’une femme tenant plus du dragon que de la tendre épouse et de quadruplées aussi odieuses que douées pour inventer les pires catastrophes, se fourre une fois de plus dans un inextricable guêpier. En anglais, Wilt signifie « dégonflé ». Un qualificatif parfait pour un antihéros dont le courage n’est certes pas la qualité première.

L’humour en littérature est un exercice des plus difficiles. Sharpe est passé maître en la matière, c’est indéniable. Franchement, je me suis régalé. Les aventures de Wilt sont à la fois rocambolesques et désopilantes. Les personnages semblent tous complètement cintrés, pervers, grossiers et abrutis. De l’humour, donc mais de l’humour très vache et une plume trempée dans l’acide qui dresse un impitoyable portrait d’aristos dégénérés. Un roman déjanté mais qui reste pétri de finesse, humour anglais oblige. So british !


Comment enseigner l'histoire à un ado dégénéré en repoussant les assauts d'une nymphomane alcoolique
, de Tom Sharpe. Belfond, 2012. 276 pages. 19 euros.

24 commentaires:

  1. Rien que le titre déjà!..., bref, je le note.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui le titre est assez incroyable mais il est propre à l'édition française. Le titre original est beaucoup plus court : "The Wilt Inheritance".

      Supprimer
  2. Le titre est drôle, d'après ta chronique le contenu également, hop, un roman de plus à lire!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui c'est vraiment drôle sans être lourdingue. Tellement rare !

      Supprimer
  3. Ah Sharpe, je l'ai lu il y a un bout, complètement "jeté", oui!Alors comme cela les quadruplées du tome 4 reviennent dans le tome 5?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les quadruplées sont toujours présentes et toujours aussi incontrôlables. De vraies furies !

      Supprimer
  4. rhô j'aime cette découverte ! et si en plus l'écriture revêt des accents britanniques alors OUI. Merci , on peut toujours compter sur toi pour ce genre de pépite !hihi

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est de l'humour britannique donc il faut aimer. Mais il y a en plus un coté vachard et assez méchant que personnellement j'adore.

      Supprimer
  5. J'ai le premier tome ! Il serait temps que je le lise !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah oui alors, tu peux te lancer. Le 1er épisode de la série date de 1976 et c'était déjà très bon !

      Supprimer
  6. Je n'ai jamais rien lu de cet auteur, mais ça fait un bout de temps que j'ai envie d'essayer.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce n'est pas forcément le type de littérature que je lirais tous les jours mais de temps en temps c'est vraiment très agréable.

      Supprimer
  7. Comment résister à un titre pareil ? Surtout en lisant ensuite ton billet... Noté !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah, ce titre... Une vraie trouvaille !

      Supprimer
  8. Avec un titre pareil, je l'avais repéré tout de suite en librairie mais je n'ai toujours pas lu les premiers Wilt ... ils sont dans ma PAL mais comme c'est le bazar complet, je n'ai pas encore réussi à mettre la main dessus !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne pense pas qu'il soit indispensable de les lire dans l'ordre. Tu peux commencer par celui que tu veux.

      Supprimer
  9. Alors si c'est de l'humour anglais, je ne peux être que tentée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai que c'est assez particulier l'humour anglais mais si tu aimes ça, je pense que tu devrais apprécier.

      Supprimer
  10. Tu as vraiment la touche pour nous donner envie de le lire, bravo!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Disons que quand un livre me plait j'essaie de me montrer convaincant.

      Supprimer
  11. J'ai adoré les autres tomes. J'ai hâte de lire celui-ci. Sa femme est un personnage mémorable.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui sa femme est un sacré numéro, mais ses filles ne sont pas mal non plus dans leur gerne...

      Supprimer

Je modère les commentaires pour vous éviter les captcha pénibles de Google. Je ne filtre rien pour autant, tous les commentaires sans exception seront validés au plus vite, promis !