lundi 8 septembre 2014

Dans le jardin de l’ogre - Leïla Slimani

Adèle a tout pour elle. Parisienne, 35 ans, belle, journaliste, mariée à un chirurgien, maman d’un petit Lucien. En apparence, elle a tout pour elle. Mais la réalité est bien plus sombre.

Son job ? « Adèle n’aime pas son métier. Elle hait l’idée de devoir travailler pour vivre. Elle n’a jamais eu d’autres ambitions que d’être regardée. […] Elle aurait adoré être la femme d’un homme riche et absent. Au grand dam des hordes enragées de femmes actives qui l’entourent, Adèle aurait voulu traîner dans une grande maison, sans autre souci que d’être belle au retour de son mari. Elle trouverait merveilleux d’être payée pour son talent à distraire les hommes. »

Son fils ? « Lucien est un poids, une contrainte dont elle a du mal à s’accommoder. Adèle n’arrive pas  à savoir où se niche l’amour pour son fils au milieu de ses sentiments confus : panique de devoir le confier, agacement de l’habiller, épuisement de monter une pente avec sa poussette rétive. L’amour est là, elle n’en doute pas. Un amour mal dégrossi, victime du quotidien. Un amour qui n’a pas de temps pour lui-même. »

Son homme ? « Dans la rue, ils marchent vite, l’un à coté de l’autre. Ils ne se touchent pas. S’embrassent peu. Leurs corps n’ont rien à se dire. Ils n’ont jamais eu l’un pour l’autre d’attirance, ni même de tendresse, et d’une certaine façon cette absence de complicité charnelle les rassure. »

Pour affronter le quotidien, Adèle multiplie les aventures et les coucheries. N’importe où, n’importe quand, avec n’importe qui. Adèle joue les femmes fatales, elle existe à travers le regard des autres.  Le désir n’a pas d’importance. « Elle n’avait pas envie des hommes qu’elle approchait. Ce n’était pas à la chair qu’elle aspirait mais à la situation. Etre prise. Observer le masque des hommes qui jouissent. Se remplir. Goûter une salive. […] L’érotisme habillait tout. Il masquait la platitude, la vanité des choses. »

Le portrait d’une femme insatisfaite. D’une femme perdue, malade. Le portrait d’une nymphomane trompant son monde en permanence et dont la chute semble inéluctable. Leïla Slimani ne tombe pas dans la facilité et évite un enchaînement de scènes crues et gratuites auxquelles le déroulement du récit aurait pu pourtant l’autoriser. Il y a bien sûr quelques passages explicitement sexuels mais je n’y ai trouvé aucune surenchère. Pour autant, je ressors de ce premier roman à la limite de l’agacement. Le portrait de cette bourgeoisie parisienne m’a souvent semblé très caricatural. Le style froid n’a, à aucun moment, attiré mon empathie pour cette pauvre Adèle, que je me garderais bien de plaindre ou d’enfoncer. Bref, j’ai eu du mal, en tournant la dernière page, à donner du sens à cette histoire à la limite du pathétique. Mais bizarrement, j’ai aussi l’impression d’être passé à coté de quelque chose de plus profond. Bref, je suis un peu perdu.

Et je me demande si le problème vient de mon regard masculin, s’il ne faudrait pas un avis féminin pour éclairer ma lanterne. Donc, si une âme charitable veut se lancer dans ce premier roman difficile à cerner, qu’elle me fasse signe, je le ferais voyager jusqu’à elle avec plaisir.

Dans le jardin de l’ogre de Leïla Slimani. Gallimard, 2014. 215 pages.17,50 euros.

L'avis de Titou






62 commentaires:

  1. Isssssh... pas certaine que j'aie le goût de me dévouer. Pas tentée du tout.

    RépondreSupprimer
  2. Pareil que Karine. Dès les premières lignes de ton billet je me suis sentie énervée (mari chirurgien, elle peut s'abstenir de travailler, no problème !).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il y a beaucoup de choses agaçantes dans cette histoire je trouve.

      Supprimer
  3. Si tu ne m'as pas encore envoyé l'autre, tu peux le joindre à l'enveloppe ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'autre est déjà parti mais je vais te refaire une enveloppe avec plaisir.

      Supprimer
    2. J'ai reçu ton enveloppe. Merci pour le chouette cadeau que tu y as rajouté. Des bises !!

      Supprimer
    3. Je suis content que tout soit bien arrivé ;)
      Et j'ai fait partir l'autre enveloppe ce matin.

      Supprimer
    4. Elle est arrivée ce matin ;) Merciiiii

      Supprimer
    5. ça a été rapide dis donc, tant mieux ;)

      Supprimer
  4. Pfffou, je réagirais pire qu'Aifelle ou que toi! J'ignorais que les chirurgiens n'étaient pas de riches maris... Mais qu'elle ouvre les yeux, zut alors! Tiens, en commentaire je m'énerve déjà...
    Tu vois, je crois que des lectrices réagiraient sans peu d'empathie...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai pensé en le lisant que ce texte risquait d'énerver beaucoup de lectrices. Mais j'en doute aussi, pour cela qu'il me faudrait un autre avis ;)

      Supprimer
  5. Chic, j'attends l'avis de Stéphie, alors!

    RépondreSupprimer
  6. J'en ai lu les premières pages et je ne suis pas tentée du tout... Pas que ce soit mal écrit, mais l'impression de manque d'empathie dès les premières pages...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est pas mal écrit sans non plus vraiment sortir du lot. En même temps c'est un premier roman...

      Supprimer
  7. Il ne me tentait pas du tout celui-ci chez Gallimard ^^ je vais attendre plusieurs avis mais pour le moment je ne suis toujours pas convaincue !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et moi j'aimerais beaucoup lire d'autres avis !

      Supprimer
  8. Disons que les extraits dans le billet ne donnent pas vraiment envie de lire ce roman car j'imagine que j’arriverais aux mêmes conclusions que toi... Vraiment ce roman ne me fait pas du tout, mais alors là pas du tout, envie.... J'aime pas les trucs nombrilistes et là ça pue cela à des km à la ronde (bah oui jusqu'en Belgique, carrément :p )
    Belle semaine à toi !
    Cajou

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne sais pas si c'est nombriliste mais en tout cas c'est une histoire plutôt glauque. Dans l'air du temps (malheureusement) je dirais...

      Supprimer
  9. Elle sera à la grande librairie le 18 je crois savoir (et le job de l'auteur, c'est journaliste) A en lire sur internet, on a l'impression qu'il y a une histoire d'amour, des trucs en Bretagne, etc. Tu confirmes?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas de Bretagne, non, mais le récit se termine à Lisieux avec un crochet à Boulogne sur mer. Et pour l'histoire d'amour, je vois pas du tout. Ou alors on n'a pas lu le même livre.

      Supprimer
    2. Ah mais en plus, j'aime bien Lisieux (mon fils y fait ses études).

      Supprimer
    3. Oui mais là, la ville n'est pas présentée sous son meilleur jour. en gros, le mari décide d'y "enterrer" sa femme pour l'éloigner de Paris et de ses tentations. Sympa les préjugés...

      Supprimer
    4. Ah oui, pas sûr que ça ne me fasse pas bondir. Bon, en même temps, ce n'est pas une ville trépidante.

      Supprimer
    5. Peu importante qu'elle ne soit pas trépidante, c'est quand même un gros cliché sur la différence Paris/Province.

      Supprimer
  10. Je ne serai pas non plus la dévouée ... mais je vois que Stephie est sur les rangs !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hâte de savoir ce qu'elle va en penser.

      Supprimer
  11. En tout cas c'est un personnage qui ne laisse pas sans réaction :) Pour ma part, c'est plutôt le style froid qui ne me tente pas trop (mais j'imagine que ça doit coller à la dame).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, il y a finalement très peu d'affect et de chaleur humaine (malgré les apparences) chez cette femme.

      Supprimer
  12. En lisant l'avis et le descriptif sur un autre blog (je ne me souviens plus lequel d'ailleurs) j'avais répondu que ce livre ne me tentait pas du tout. Je me dis qu'éventuellement je pourrais l'emprunter à la médiathèque pour m'en faire un avis mais du coup ce serait plus une lecture de "travail" pour contrecarrer la majorité ou aller dans son sens, plutôt qu'une lecture de curiosité, d'intérêt ou de plaisir.
    Pour ma part l'héroÏne m'a l'air d'être un poil dérangée. Affaire à suivre.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Elle est malade, c'est certain. Et sinon, se faire son propre avis en le lisant soi-même, c'est la meilleure solution.

      Supprimer
  13. Augustin Trappenard l'a défendu sur Canal + et j'avoue qu'il m'a intriguée avec ce roman. Je réfléchis encore mais je ne suis pas sûre que je ne le lirai pas, et en plus ton avis me donne plus envie qu'il ne me fait fuir.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tant mieux si tu as envie de le lire. Je me demande vraiment ce que tu penserais de ce portrait de femme.

      Supprimer
  14. Mmmph... ça me fait penser à ces reportages sur la 6 où on fait ces portraits de trentenaires femme d'aujourd'hui (parisiennes souvent), femmes actives, qui ont l'air d'avoir réussi leur vie, d'assumer leur choix de vie, mais pas souvent cohérentes - voui, souvent des bobos qui croient être bien dans leur tête mais en fait, c'est pas aussi simple. Bon, moi je passe.^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En tout cas, en ce qui la concerne, ce n'est pas simple du tout, non. Mais je reconnais qu'il y a un coté très "cliché".

      Supprimer
  15. Ça ne fait pas très nouveau comme histoire...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai que ça n'a rien d'original !

      Supprimer
  16. le genre de personnage que je déteste, vraiment...je crois que je n'ai juste pas envie de croire que de telles personnes existent (naïve?) et le côté caricatural va également m'agacer. je passe donc...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Naïve, non, malade, oui. Un vrai problème psychologique, voire psychiatrique. Mais ça ne la rend pas touchante pour autant (du moins en ce qui me concerne).

      Supprimer
  17. Pas tentant. Le genre de personnage qui m'agace au plus au point...

    RépondreSupprimer
  18. Pas fâchée que Stephie se soit sacrifiée... c'est typiquement le genre de roman qui me ferait sortir de mes gonds !

    RépondreSupprimer
  19. Je pense que comme beaucoup de commentaires ici, ça aurait le don de m'énerver cette histoire... Mais j'ai quand même bien envie de lire l'avis de Stephie :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai l'impression que c'est un roman qui agacerait une majorité de lectrices !

      Supprimer
  20. Bonjour,

    J'ai acheté ce roman pour le challenge 1% car je m'intéresse à ces problèmes psychiques chez les femmes (la quatrième de couverture m'a beaucoup parlé, ça m'a semblé une description assez juste du type de "délire" qui accompagne les maladies psychiques féminines). Du coup je viendrai te donner mon avis, je pense que je corresponds au "profil" que tu cherches :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Super ! N'oublie pas de me donner ton lien, je le rajouterai avec plaisir.

      Supprimer
    2. Voilà c'est lu.
      Alors il y a plein de "bonnes choses" dans ce roman. La peinture qui est faite de la psychologie du personnage est assez juste, même si je trouve que parfois l'auteur a préféré nous décrire son organisation matérielle et a zappé certains éléments psychologiques (la relation avec le père notamment... je suis restée sur ma faim, j'aurais voulu en savoir plus sur lui !). J'ai aussi beaucoup apprécié le fait que l'héroïne ne jouisse pas systématiquement à chaque rapport sexuel, qu'on voit une vraie femme avec des incertitudes sur ce sujet (c'est malheureusement assez rare en littérature que la sexualité des héroïnes soit vraisemblable).
      Je crois que ton impression d'être passé à côté de quelque chose de plus profond est lié vraiment aux choix narratifs de l'auteur. Elle aurait pu creuser certaines choses, en tous cas c'est l'impression que j'ai eu, que le personnage n'était pas décrit de manière assez profonde.
      Personnellement j'ai aussi été déçue du style, c'est vraiment très plat, la très belle métaphore du titre n'est pas filée et on trouve peu d'images poétiques finalement dans le reste du livre. Du coup j'ai trouvé un petit côté "magazine féminin" au roman qui m'a un peu ennuyée.
      Voilà le lien avec ma "critique" : https://coinderue.wordpress.com/2014/09/24/dans-le-jardin-de-logre-leila-slimani/

      Supprimer
    3. Une écriture fade et sujet traité de manière superficielle, j'y vois plus clair maintenant, merci !

      Supprimer
  21. Désolée, je ne serai pas cette âme charitable.

    RépondreSupprimer
  22. J'ai reçu ce livre pour le prix du roman fnac et je n'ai vraiment pas aimé ce livre que j'ai pourtant lu facilement. Je n'ai pas eu de sympathie pour ni pour Adèle, ni pour Richard. Lauren, l'amie d'Adèle, est le seul personnage que j'ai trouvé intéressant mais l'auteur l'a seulement survolé... J'ai trouvé cette histoire caricaturale, et la conclusion qui se termine en queue de poisson et laisse le lecteur en plan m'a horripilée... L'auteur fait parti des invités de La Grande Librairie de jeudi prochain... Busnel a aimé...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'en ai pas parlé mais la conclusion m'a aussi beaucoup déçu. Bon, ça se confirme, mon ressenti négatif n'est pas un cas isolé. Et peu importe si Busnel a aimé ;)

      Supprimer
  23. Bonjour,
    j'ai lu ce livre et j'avais oublié de mettre mon article en ligne... vous m'avez donnez envie de le faire! http://lireetrelire.blogspot.fr/2014/09/dans-le-jardin-de-logre-leila-slimani.html

    RépondreSupprimer
  24. J'ai vu l'auteur à la Grande Librairie hier soir. j'ai vraiment envie de découvrir sa plume !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'ai pas pu regarder l'émission, j'aurais aimé l'entendre parler de son roman.

      Supprimer
  25. Deuxième avis plutôt négatif que je lis de ce roman. Je l'ai regardée la semaine dernière à La grande librairie. L'histoire me tente déjà moyennement (il me fait penser au livre "Le lit" que je n'avais pas aimé) et je n'ai pas été convaincue par l'auteur. Si éventuellement je le lis, je ne l'achèterai pas mais le prendrai à la médiathèque.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'ai pas vu l'émission mais si en plus l'auteur n'est pas convaincante...

      Supprimer

Je modère les commentaires pour vous éviter les captcha pénibles de Google. Je ne filtre rien pour autant, tous les commentaires sans exception seront validés au plus vite, promis !