vendredi 7 mars 2014

Mailman - J. Robert Lennon

Albert Lippincott, dit Mailman, est facteur à Nestor, petite bourgade de l’état de New York. Mais Mailman n’est pas un facteur comme les autres. C’est un facteur qui aime lire le courrier avant de le distribuer. Il photocopie les missives après les avoir ouvertes à la vapeur. Une sale manie qui va bien sûr entraîner sa perte. Il faut dire que Mailman est un excentrique doublé d’un maniaque. Il a séjourné quelques temps à l’hôpital psychiatrique, où il a rencontré une infirmière qui est devenue sa femme avant de divorcer et de refaire sa vie avec un médecin. Il entretient une relation particulièrement ambiguë avec sa grande sœur, il déteste les chats, qui le lui rendent bien, il s’est lancé un temps dans l’humanitaire au Kazakhstan (le fiasco total) et il sent depuis peu une grosseur sous son bras qui l’inquiète au plus haut point. Bref, Mailman est un drôle de loustic un peu paumé, un homme qui semble ne rien comprendre au monde et aux gens.

« Il se dit qu’il n’a ni passé ni avenir, qu’il n’y a plus de kilomètres parcourus ni de kilomètres à parcourir, qu’il n’attend plus rien, qu’il n’a plus honte de rien. » Et pourtant, il aurait de quoi avoir honte, Mailman, parce que des casseroles, il s’en trimballe un sacré paquet : la fois où sa mère lui a définitivement fait passer le goût de la masturbation, la fois où il s’est fait choper devant un site porno sur un ordi de la bibliothèque municipale, la fois où il s’est retrouvé devant une classe au Kazakhstan, et tant d’autres encore… Ce personnage pourrait être tout droit sorti d’un roman de John Kennedy Toole, même si je l’ai trouvé moins charismatique que le Ignatius Reilly de La conjuration des imbéciles. Il possède néanmoins ce coté misanthrope, ce coté gaffeur maladroit, cette dimension tragi-comique, cette image de loser permanent qui caractérise le héros de Toole. Son combat est perdu d’avance. D’ailleurs, contre qui, contre quoi se bat-il ? Uniquement contre lui-même sans doute, c’est pour cela qu’il n’a aucune chance de gagner.

Un roman drôle, très drôle même, mais pas que. Un roman tragique et au final terriblement pessimiste, mais pas que. Un roman où l’Amérique semble habitée par une population au mieux névrosée, au pire totalement cintrée. Bref, j’ai adoré. A part la fin qui, je dois l’avouer, ne m’a pas plu du tout. Et puis ce pavé aurait mérité quelques coupes franches (je parie que cela ne vous étonne pas venant de moi), certaines anecdotes n’ayant pas grand intérêt. Mais bon, ça reste la littérature US décomplexée que j’aime tant.

Encore une bonne pioche pour les éditions « Monsieur Toussaint Louverture », dont le catalogue regorge déjà de nombre de pépites. En plus, ce qui ne gâche rien, l’objet livre est vraiment magnifique. Un régal de manipuler un ouvrage façonné avec autant de soin. 


Mailman de J. Robert Lennon. Monsieur Toussaint Louverture, 2014. 668 pages. 23 euros.

Une lecture commune que j'ai le plaisir de partager avec Keisha.


43 commentaires:

  1. il a rejoint ma PAL hier !!!!!

    RépondreSupprimer
  2. La fin m'a un peu laissée sur le sable, mais bon... ^_^
    Sinon, tu sauras que j'ai adoré, bien sûr. Et j'ai une furieuse envie de lire cette Conjuration des imbéciles si c'est du même tonneau.
    (quant aux chats, là j'ai failli me fâcher, m'enfin, mais ce type est malade! Mais j'avoue avoir rigolé - même là)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quoi ? Tu n'as pas lu La conjuration des imbéciles ? Que dire, sinon... écoute ton envie !!^^

      Supprimer
    2. Oui, il faut lire la conjuration absolument. Quant aux scène avec les chats, j'ai tout de suite pensé à toi.

      Supprimer
  3. Aïe, si tu cites La conjuration des imbéciles, ça ne me convainc pas, c'est un livre que j'ai laissé tomber, je n'en voyais pas l'intérêt... Je tenterai plutôt un emprunt qu'un achat.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas d'intérêt à la conjuration ? Pfffff...

      Supprimer
  4. J'apprécie vraiment le travail éditoriale de Monsieur Toussaint Louverture et ce sont toujours de beaux objets. Tu associes à ce livre "La conjuration des imbélices" que j'adore, comment vais-je pouvoir résister à celui-ci ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ne résiste pas, ce n'est pas la peine^^

      Supprimer
  5. A ma grande honte et confusion, je n'ai jamais pu terminer "La conjuration des imbéciles", mais pas grave, on n'est jamais à une contradiction prêt ... Ce titre me dit vraiment bien, et Keisha m'a déjà convaincue ... J'aime bien le "cintré", moi aussi !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comment ça tu n'a pas aimé "La conjuration" ! Tu veux que je boude, c'est ça ?

      Supprimer
  6. Réponses
    1. Oui en ce moment la forme revient au niveau des lectures !

      Supprimer
  7. Je ne peux comparer à la Conjuration, que je n'ai toujours pas lu (mais dans ma PAL grâce au prêt d'un ami) ; en revanche, il me semble détecter quelques liens de consanguinité avec Karoo, publié chez ce même éditeur.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi je n'ai pas lu Karoo. Chez cet éditeur j'avais lu "Le dernier stade de la soif".

      Supprimer
  8. C'est un peu embêtant tout de même si la fin ne t'a pas plu du tout ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis passé à coté de la fin mais d'autres lecteurs pourront la trouver parfaite.

      Supprimer
  9. Je n'ai pas lu non plus "La conjuration" donc je ne peux pas comparer. Par contre, In Cold Blog a raison pour le rapprochement avec "Karoo", même que "Karoo" est bien meilleur selon moi, il a un effet coup de poing que n'a pas Mailman et c'est pour cette raison que ça n'a pas été le coup de coeur attendu. Mais j'ai bien aimé quand même, l'épisode des chats m'a fait mourir de rire. Et d'accord avec toi, un peu plus court ne m'aurait pas gêné ( pour une fois ! ^^)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Du coup il va falloir que je lise Karoo, pas possible autrement !

      Supprimer
  10. Ce n'est pas la littérature que je préfère surtout sur 668 pages, houlala, faut tenir !!! Keisha en parle sur un autre ton, c'est vraiment intéressant d'avoir vos deux avis ! :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est un vrai pavé mais pour que je sois allé au bout moi qui d'habitude déteste ça c'est un signe qui ne trompe pas.

      Supprimer
  11. Bon, moi le délai était trop court pour la LC, mais il est dans ma PAL ebook VO, donc un jour, un jour...

    RépondreSupprimer
  12. Je pense que j'aurais du mal avec ce genre. Moi non plus, je n'ai pas lu "La conjuration des imbéciles".

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est un peu barré mais ça reste de l'excellent littérature américaine.

      Supprimer
  13. Je ne suis pas tentée mais tu plaisantes quand tu dis que tu trouves Ignatus charismatique, non?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas du tout. Ignatus irradie, il occupe tout l'espace, il est absolument charismatique !

      Supprimer
  14. Je note donc qu'il me faut découvrir l'auteur car rien encore lu de lui.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est la première fois qu'il est traduit en France.

      Supprimer
  15. Keisha et toi, vous êtes des sacrés tentateurs ! Seules les 600 pages me refroidissent un peu... Je sors d'un pavé de cette taille et... il faut du temps !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui je dois reconnaître qu'il m'a fallu un certain temps avant d'en voir le bout. Mais je ne regrette pas.

      Supprimer
  16. 600 pages !! mais comme c'est américain et que tu dis qu'il y a des longueurs (comme chez beaucoup trop d'écrivains américains), on peut sauter des pages !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui on pourrait mais je ne l'ai pas fait ;)

      Supprimer
  17. Chronique plagiée par un utilisateur sur Amazon.fr :
    http://www.amazon.fr/review/R1FYDCQLI1LLAE/ref=cm_aya_cmt?ie=UTF8&ASIN=B00GOJWKC2#wasThisHelpful

    RépondreSupprimer
  18. J'ai hésité à le noter en passant chez Aaliz, tu as fini de me convaincre!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Aaliz est moins enthousiaste que moi mais on est d'accord pour dire que c'est un excellent roman.

      Supprimer
  19. je te remercie d'autant plus de l'envoi, après un billet comme ça, je ne peux qu'être ravie...(la loose c'est quand même un vrai état d'esprit)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En même temps je ne sais pas si ça va te plaire. Je me demande... (mais j'ai bon espoir).

      Supprimer
  20. Si tu fais référence à La conjuration des imbéciles, pourquoi pas

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est la 1ère référence qui m'est venue à l'esprit.

      Supprimer
  21. Galéa m'a parlé de ton billet car j'en ai posté un dimanche. du coup je viens voir ! effectivement on se rejoint pas mal ! J'ai adoré ce bouquin et tu as sans doute raison pour les coupes. Je me suis demandée si j'aimais la fin et j'ai décidé que oui, dans le genre complètement foutraque américain :)

    RépondreSupprimer

Je modère les commentaires pour vous éviter les captcha pénibles de Google. Je ne filtre rien pour autant, tous les commentaires sans exception seront validés au plus vite, promis !