vendredi 1 juillet 2016

Topaz - Hakan Günday

Antalya et son tourisme bon marché. Antalya et son Grand Bazar. Antalya et ses Centers, monstrueuses échoppes où tout se vend, du cuir aux tapis en passant par les pierres précieuses. Topaz est la plus grande bijouterie de la ville. Un lieu dangereux où le touriste, amené par son Tour Operator, est jeté en pâture dans une arène dont il ne connait pas les codes. Face à lui le vendeur aiguise ses armes. Il jauge, cherche la faille, adapte son boniment en fonction de la nationalité, des vêtements, des réactions et de l’attitude de sa future victime.

A Topaz, Kozan est le vendeur le plus redoutable. Et le plus admiré. Quand un groupe suisse débarque ce jour-là, il jette son dévolu sur Gérard, sa femme et leurs deux filles, une famille d’agriculteurs venus de Suisse. « Vous savez, nous n’achèterons rien. Ne perdez pas votre temps avec nous ». Kozan entend la remarque de Gérard mais elle glisse sur lui comme l’eau sur les plumes d’un canard. Car il sait que ce discours volera bientôt en éclats, car il sait qu’il a quatre heures devant lui pour conclure une vente. Ou plusieurs. Pour des milliers d’euros, voire des dizaines de milliers d’euros. Car il est sûr de sa force de persuasion, de son argumentaire infaillible, des atouts qui débordent de sa manche. Il fait donc servir aux Suisses leur premier verre de raki. Le premier d’une longue série devant permettre à chacun de se détendre.

Je me réjouissais à l’idée de découvrir la plume d’Hakan Günday, prix Médicis étranger l’an dernier et enfant terrible de littérature turque. Pour le coup, la déception a été à la hauteur de mes attentes. Que de cynisme dans ce portrait au vitriol des vendeurs d’Antalya. Des vendeurs drogués et obsédés sexuels qui ont l’argent pour seule religion, des menteurs invétérés, imaginant les scénarios les plus tordus pour parvenir à leurs fins, prêts à écraser les collègues pour prendre en charge les pigeons les plus prometteurs. J’ose espérer que le tableau dressé relève de la grossière caricature, même s’il y a forcément du vrai dans tout ça.

Ma déception vient également du fait qu’il ne se passe finalement pas grand-chose dans ce roman. On assiste à la visite du groupe suisse, on voit quelques vendeurs à l’œuvre en se focalisant sur Kozan. Et après ? Rien. Des personnages détestables, tous sans exception, qu’ils soient clients ou commerçants, et une pirouette finale où l’on nous fait le coup de l’arroseur arrosé, que je n’avais pas vu venir mais qui ne m’a pas convaincu.

Günday multiplie les aphorismes, les déclarations péremptoires. Il tire à vue sur le consumérisme, le tourisme de masse et le comportement de ses compatriotes. Mais je trouve le procédé un peu facile, sauf à considérer son texte comme une énorme farce. Et puis trop d’aphorismes tue l’aphorisme. Exemples :

« Chacun sait qu’il faut soutirer son fric au touriste, d’une façon ou d’une autre. Celui-ci, par définition, est tenu d’acheter. Sinon ce n’est pas un touriste mais un envahisseur étranger. »

« Le tourisme est édifié sur des stéréotypes nationaux. Ses fondations sont donc des plus solides. »

« Dans le tourisme, la propriété  à vie n’existe pas. Tout se loue et change de mains, y compris l’estime. »

« Le tourisme, c’est l’art de vendre des mirages. »

« Un vendeur est une personne qui ne pose que des questions auxquelles la réponse est oui. »

Il y en a comme ça toutes les deux ou trois pages. A force, ça lasse…

Un roman qui m’a crispé et agacé. Une première ratée donc. Mais il y a chez cet auteur un petit quelque chose d’irrévérencieux qui me pousse à lui offrir une seconde chance. Pourquoi pas avec son prix Médicis, dès qu’il sera sorti en poche.

Topaz d’Hakan Günday. Galaade, 2016. 230 pages. 22,50 euros.





24 commentaires:

  1. Oh là là. Une vraie déception. J'avais repéré "Encore" et celui-ci, mais ma découverte de la jeune littérature turque devra encore attendre! Et je plussois: trop d’aphorismes tue l’aphorisme!

    RépondreSupprimer
  2. oups ! mais je te confirme qu'à Antalya, ça doit bien se passer ainsi : il n'y a pas un autre souk où je me sois sentie aussi agressée que celui-là !
    Dommage pour le ratage de lecture ! Au suivant !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'y suis jamais allé alors je ne peux pas juger.

      Supprimer
  3. Je voulais aussi découvrir l'univers de cet auteur. Je vais moi aussi attendre la sortie poche de Encore.

    RépondreSupprimer
  4. j'ai quelques souvenirs de souks désagréables mais là voir que ton attente est à la hauteur de ta déception.. et puis je ne suis pas fan des aphorismes et comme tu le dis, ça finit par être trop facile :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En général j'aime bien les aphorismes, mais il faut qu'ils soient distillés avec parcimonie.

      Supprimer
  5. tu as encore fait chou blanc?! Dommage!

    RépondreSupprimer
  6. En voilà un que je ne regretterai pas de ne pas lire...

    RépondreSupprimer
  7. J'en avais entendu beaucoup de bien. J'ai eu l'impression encore plus négative à Istanbul que ce que tu cites de ce livre. Le grand bazar d'Istanbul est le pire endroit que j'ai vu de ma vie. On sent tellement que deux mondes se côtoient en se méprisant mutuellement.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas demain la veille que j'irai traîner là-bas.

      Supprimer
  8. Et bien ! On ne peut pas dire que tu donnes envie !
    Pour ma part, je n'avais pas accroché avec Encore, que je n'avais pas terminé.

    RépondreSupprimer
  9. Comme Luocine, j'ai ressenti la "prédation" (insupportable) à Istanbul mais pas à Antalya où j'ai passé 15 jours (ça remonte tu me diras, ça a pu changé). Cela dit, ce que tu en dis ne m'attire pas du tout ! Son Médicis peut-être...en espérant que ce ne soit pas la même veine côté style ! ;)

    RépondreSupprimer
  10. Bon et bien je te fais confiance et je passe mon chemin ^^

    RépondreSupprimer
  11. Bon, et bien enfin un livre que je ne noterai pas chez toi. Ma PAL te dit merci !

    RépondreSupprimer
  12. Oh mais ça disait bien ça, un roman turc qui dresse en quelque sorte un portrait féroce des vendeurs de marché et du tourisme, mais bon, les aphorismes à gogo, je crois que je ne supporterai pas ça très longtemps non plus...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est clair, je me rappelle de ton accueil glacial avec ceux de Stefansson :p

      Supprimer

Je modère les commentaires pour vous éviter les captcha pénibles de Google. Je ne filtre rien pour autant, tous les commentaires sans exception seront validés au plus vite, promis !