jeudi 30 juin 2016

La libraire - Pénélope Fitzgerald

J’ai attaqué cette lecture à reculons à cause d’Hélène. Son avis particulièrement mitigé m’avait refroidi, c’est rien de le dire. Je suis donc rentré dans ce roman anglais des années 70 sur la pointe des pieds pour y découvrir Florence Green, jeune veuve décidant d’ouvrir une librairie dans un local à l’abandon. Nous sommes en 1959, à Hardborough, un petit village du Suffolk où la création de ce commerce fait jaser. Et la pauvre Florence ne s’attendait pas à subir tant d’ostracisme de la part des notables locaux…

La libraire ou l’enfer feutré d’une communauté ayant fait de la médisance et des récriminations ses passe-temps préférés. Florence la naïve, subissant l’accueil tiède du banquier, l’indifférence du notaire et la vindicte d’une rombière fortunée. Florence aidée par une gamine de onze puis par un employé de la BBC, Florence soutenue par le vieil original du coin et frappée de plein de fouet par les foudres d’un conservatisme bien pensant après avoir exposé la Lolita de Nabokov dans sa vitrine.

Hélène parle d’un roman plat et sans grand intérêt. Je ne serais pas aussi sévère. Certes, l’ensemble est assez mou et « la guerre » annoncée par l’éditeur dans le résumé se déroule à fleurets mouchetés. Mais je l’ai lu sans déplaisir, appréciant l’ambiance venteuse et rafraîchissante d’une campagne anglaise dégageant un charme délicieusement suranné. Un lord excentrique, un esprit cogneur hantant la librairie, une party dans un manoir bourgeois, des dialogues « old school », il n’en fallait pas plus pour que je passe un agréable moment.

Pas certain qu’il m’en reste grand-chose d’ici peu mais j’ai aimé ces quelques heures passées auprès de Florence, libraire à la fois courageuse et résignée, préférant finalement quitter ses détracteurs à l’esprit étriqué plutôt que de rester dans un environnement sclérosé par un indéboulonnable conformisme.

La libraire de Pénélope Fitzgerald (trad. de l'anglais par Michèle Lévy-Bram). Petit Quai Voltaire, 2016.176 pages. 14 euros.





24 commentaires:

  1. J'avais lu L'affaire Lolita (titre donné au roman en premier) Pas vraiment de souvenir!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je doute qu'il m'en reste beaucoup d'ici quelques temps.

      Supprimer
  2. J'avoue avoir été sévère, mais cela me semblait tellement prometteur, que j'ai été vraiment déçue...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Personnellement, je n'en attendais rien de particulier.

      Supprimer
  3. Même si ton avis tempère un peu celui d'Hélène, je laisse tomber malgré tout l'attrait de cette petite collection. Par contre Sanctuaires ardents de Katherine Mosby paru en même temps dans cette collection vaut le coup.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est une collection que je compte bien retrouver d'ici peu.

      Supprimer
  4. je l'ai dans ma pàl, ton avis me rassure après le jugement très dur d'Hélène ! (mais oui c'est toujours plus dur quand on a entendu parler du livre en très bien)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'en avais jamais entendu parler moi.

      Supprimer
  5. Te voilà plus enthousiaste qu'Hélène.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce n'était pas difficile en même temps ;)

      Supprimer
  6. Ca peut toujours faire une petite lecture sympathique à glisser entre deux pavés, pourquoi pas ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pourquoi pas oui, il se lit vite en plus.

      Supprimer
  7. Même pus enthousiaste qu'Hélène, je laisse ce roman là où il peut être

    RépondreSupprimer
  8. Pas lu l'avis d'Hélène...et après le tien je ne sais pas quoi en penser ! pour l'ambiance peut-être ?

    RépondreSupprimer
  9. Moi tous les livres tournant autour du mondes des... livres, ça me parle toujours, alors je note, mais sans urgence donc, vu que ce n'est pas non plus le coup de coeur.;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Rien ne presse jamais avec toi de toute façon ;)

      Supprimer
  10. Ah! Je l'ai dans ma PAL... Je ne vais pas me précipiter alors!

    RépondreSupprimer
  11. Pas indispensable, on dirait... et oui, on devient exigeant !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Heureusement que l'on est exigeant je trouve.

      Supprimer

Je modère les commentaires pour vous éviter les captcha pénibles de Google. Je ne filtre rien pour autant, tous les commentaires sans exception seront validés au plus vite, promis !