mardi 12 juillet 2016

Le printemps d’Oan - Éric Wantiez et Marie Deschamps

C’est la guerre, elle dévaste tout. 
Tu crois qu’elle finira un jour, la guerre ?
Bien sûr, nous allons remporter la victoire et…
Tais-toi ! Tant que vous parlerez de victoire, alors ça continuera ! Faut que la guerre s’arrête, c’est tout. On n’a pas besoin d’un gagnant. C’est pas un jeu, tu sais.


21 mars 1915, sur le front de la Somme. Oan le poilu breton s’est perdu dans le no man’s land du champ de bataille. Dans les ruines d’une ferme, il découvre une petite fille venant d’enterrer ses parents après un bombardement. Ensemble, Oan et Angèle vont tenter de rejoindre les lignes françaises pour se mettre à l’abri. Un voyage dangereux qui va permettre à chacun de deviser sur la guerre et sa folie…


Jolie réflexion sur la barbarie d’un abominable conflit, cet album au noir et blanc dense et profond, uniquement éclairé par le rouge de la robe d’Angèle, offre une dimension onirique laissant à distance un réalisme dont la portée serait au final bien moins forte. La boucherie est là, partout, présente dans chaque brin d’herbe roussi, dans chaque arbre déraciné, dans chaque carcasse de cheval éventré, dans les barbelés délimitant les tranchées, mais le graphisme tout en suggestion fait basculer le récit dans une sorte de douce poésie nimbée d’une touche de fantastique.



Une histoire belle et triste, porteuse d’espoir malgré tout, sublimement mise en images par la grâce d’un découpage inventif jouant sur les ombres et la lumière et n'hésitant pas à s'affranchir des codes narratifs propres à la BD pour, entre autres, profiter au maximum des possibilités offertes par le format à l'italienne.

Un superbe album, dédicacé et ramené rien que pour moi du dernier festival d’Angoulême par une bande de blogueuses amatrices de mojitos. Merci les filles, j’ai vraiment apprécié ce cadeau à sa juste valeur

Le printemps d’Oan d’Éric Wantiez et Marie Deschamps. Comme une orange, 2015. 120 pages. 12,00 euros.




24 commentaires:

  1. Des filles qui picolent du mojito ?! Oh les folasses ;-)
    Suis repartie aussi avec un album des 2 auteurs et c'est aussi un régal de poésie aux sublimes illustrations !
    Bizzzzzzzzz jeune homme n

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il va falloir que je me penche sur leurs autres albums !

      Supprimer
  2. Je vais essayer de mettre la main dessus, il a l'air très beau ! Merci pour la découverte ;)

    RépondreSupprimer
  3. j'avais beaucoup aimé son album "Un secret" très touchant.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est la première fois que je découvre ce duo d'auteurs.

      Supprimer
  4. Les mojitos n'existaient pas en France dans les années de l'album !!
    Certainement à découvrir

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On buvait encore de l'absinthe à l'époque ;)

      Supprimer
  5. Hmmm... mais c'est que tu me tenterais presque avec cet album. J'aime bien le côté bref du texte qui dit pourtant plus qu'il n'y paraît avec l'association des illustrations. Et puis ton extrait du début, super !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Avec un peu de chance tu pourras le trouver en médiathèque.

      Supprimer
  6. Une histoire triste mais très probablement choisie dans la joie et la bonne humeur.. <3

    RépondreSupprimer
  7. Et ce long week-end festif du FIBD qui continue de diffuser ses bonnes ondes. Rhaaaa, beau ça !! <3

    RépondreSupprimer
  8. Encore un peu d'Angoulême par ici, j'aime... Et l'année prochaine, on t'embarque avec nous pour des mojitos ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Qui sait, je serais peut-être des vôtres l'an prochain ;)

      Supprimer
  9. Merci beaucoup pour cette belle critique !!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oui, M E R C I !

      et j'espère à janvier à Angoulême ^^

      Supprimer

Je modère les commentaires pour vous éviter les captcha pénibles de Google. Je ne filtre rien pour autant, tous les commentaires sans exception seront validés au plus vite, promis !