vendredi 4 septembre 2015

Sept années de bonheur - Etgar Keret

Il ne pouvait que me plaire ce petit livre. Premièrement, des nouvelles. Ensuite, des nouvelles courtes, très courtes. Enfin, et c’est de loin le plus important, un humour, une autodérision et un sens de la formule imparables. C’est simple, si je devais un jour devenir écrivain (ce qui n’arrivera jamais, je vous rassure), j’aimerais pouvoir écrire comme Etgar Keret !

Déjà, résumer sept années d’existence en si peu de mots et de moments est une belle preuve de modestie et d’humilité je trouve. Pas besoin d’en faire des tonnes, même si au final, comme le dit sa femme, « il y a notre vie, et toi qui n’arrêtes pas de la réinventer pour essayer d’en faire quelque chose de plus intéressant ».

En fait j’adore cette façon de renvoyer une image de soi « réinventée », le plus souvent en la tirant vers le pathétique avec un naturel et un détachement irrésistibles. Quand il raconte par exemple ses déboires avec son fils, son peu d’empressement à se mettre au sport alors que sa santé et son embonpoint l’exigent, la passion familiale pour le jeu Angry Birds, son statut d’homme « qui ne travaille presque jamais » et passe ses journées au jardin d’enfants entouré de mères parlant d’allaitement, de stérilisation de biberon et d’érythème fessier, ses relations compliquées avec les chauffeurs de taxi ou encore quand il se demande à quoi bon faire venir le plombier, s’attaquer à la vaisselle ou sortir les poubelles alors que le président iranien en possession de l’arme atomique a promis de rayer au plus vite Israël de la carte. D’autres textes donnent davantage dans l’émotion, dans l’ironie ou les souvenirs touchants mais il y a toujours ce ton unique, plein de recul face aux situations, limite détaché, comme si tout devait se prendre à la légère parce que finalement, quel que soit le problème, mieux vaut en rire.

On reste dans l’anecdotique, mais un anecdotique rendu délicieux par une prose fluide et aiguisée, une maîtrise parfaite de l’exercice périlleux de la micro-nouvelle et un art consommé de la chute avec des conclusions qui font mouche à chaque fois.

Un vrai bonheur d’avoir croisé la route de ce « juif totalement stressé qui considère sa survie momentanée comme tout à fait exceptionnelle », ce papa conscient qu’il « y a un tas de trucs que les parents sont censés faire pour lesquels je ne suis pas très doué. »  Un type loin de l’image forte, pleine d’ambition et de confiance en soi qu’aiment renvoyer nombre d’hommes modernes. Un type avec qui je me suis trouvé beaucoup de points communs, vraiment.

Sept années de bonheur d’Etgar Keret. Points, 2015. 186 pages. 6,50 euros.





46 commentaires:

  1. J'ai beaucoup aimé ce recueil de nouvelles, il ne faut pas que je perde de vue de lire autre chose de l'auteur.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis comme toi j'ai très envie de relire cet auteur au plus vite.

      Supprimer
  2. Je prends ! Tout ce que j'aime ;-)

    RépondreSupprimer
  3. oh oh, tout à fait pour moi celui-ci ! en poche en plus, comment résister ?

    RépondreSupprimer
  4. ça ne me surprend pas que tu aies beaucoup aimé. Ces chroniques sont un délice à lire.

    RépondreSupprimer
  5. Chouette, il est en poche (je m'étonne que tu ne l'aies pas lu plus tôt!)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'avoue, c'est un auteur dont je n'avais jamais entendu parler.

      Supprimer
  6. j'avais adoré! et j'étais sûre qu'il allait te plaire :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il avait beaucoup d'atouts pour me convaincre il faut dire.

      Supprimer
  7. Tiens, je ne connaissais pas! Merci pour la découverte.

    RépondreSupprimer
  8. mais Jérôme , ta mère ne t'a pas appris ce dicton : "Il ne faut jamais dire jamais". Un jour nous mettrons toutes des chroniques sur LE livre de Jérôme celui dont les billets nous ont ravis pendant de longues années!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce jour n'est pas près d'arriver, crois-moi !

      Supprimer
  9. tu en parles très bien, j'ai le genre nouvelles mais ma petite mémoire les oublie si vite...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Certaines sont très marquantes, tu devrais t'en souvenir.

      Supprimer
  10. Il est en poche et dispo à la bibli ! Youpi ;-)

    RépondreSupprimer
  11. Et hop, un livre de plus dans ma liste d'envies. Merci !

    RépondreSupprimer
  12. Merci pour la découverte, il rejoint ma WL ^^

    RépondreSupprimer
  13. Hou Hou, Une chronique qui met en valeur ce titre. Allez, hop, c'est vendu:) @bientôt, Grybouille.

    RépondreSupprimer
  14. Moi et les nouvelles... je suis ssuuuuper difficile. Par contre, si c,est court... why not!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce n'est pas la taille qui compte mais moi aussi j'aime bien quand c'est court :)

      Supprimer
  15. Je ne suis pas trop recueil de nouvelles mais je dois dire que celui-ci me tente bien à en lire ta chronique. Je le note !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si j'arrive à convaincre des non-lecteurs de nouvelles de s'y lancer, je suis ravi !

      Supprimer
  16. J'ai a-do-ré ce livre ! Oui ! Adoré, même s'il s'agit d'un recueil de nouvelles.:-) J'ai trouvé l'auteur tout simplement épatant dans sa manière de raconter les choses. Son sens de l'humour est juste exceptionnel dans un tel contexte ! (pas de PAL+1, bouclier au repos, mouahaha !)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il est épatant, oui. ça façon de voir les choses, c'est tout ce que j'aime.

      Supprimer
  17. J'avais déjà eu envie de le lire celui-ci. Merci de l'avoir rappelé à mon bon souvenir ! je vais peut-être profiter de sa récente sortie en poche.

    RépondreSupprimer
  18. J'avais tellement aimé le précédent recueil ( Au pays des mensonges) qu'il faut que je me procure celui-ci.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi il va maintenant falloir que je lise tous ses autres livres !

      Supprimer
  19. J'ai lu Crise d'asthme de lui, mais je ne m'en souviens plus :-(, des nouvelles très courtes aussi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est sans doute avec ce titre que je vais continuer à le découvrir !

      Supprimer
  20. Des nouvelles ? du bonheur ? ça devrait me plaire

    RépondreSupprimer
  21. M'étonne pas que tu aies aimé ! J'essayerais bien tiens !

    RépondreSupprimer

Je modère les commentaires pour vous éviter les captcha pénibles de Google. Je ne filtre rien pour autant, tous les commentaires sans exception seront validés au plus vite, promis !