samedi 19 septembre 2015

Il était une ville - Thomas B. Reverdy

Lorsque le français Eugène débarque à Détroit en 2008, la ville semble être au bord de la disparition. Usines fermées, centre ville ghettoïsé, paupérisation galopante, maisons à l’abandon incendiées par des bandes de gosses  en mal de sensations fortes… la Catastrophe (crise des subprimes et effondrement des banques) a frappé de plein fouet Motor City, en faisant une ville fantôme, symbole d’une Amérique en déliquescence. Eugène ne vient pas en touriste, il est envoyé par « l’Entreprise » afin de développer un projet baptisé « l’intégrale ». Mais il se rend vite compte qu’il ne pourra mener à bien sa tâche car son employeur n’a plus les moyens de ses ambitions. Alors Eugène traîne dans les bars et va rencontrer la douce Candice. De leur coté, Stro, Gros Bill et Charlie, trois ados un peu paumés, vont quitter leurs foyers et rejoindre dans « la Zone » une école désaffectée où des centaines d’enfants vivent en communauté sous les ordres de l’impitoyable Max. Georgia, la grand-mère de Charlie, va vouloir le retrouver à tout prix. Son chemin croisera celui du lieutenant Brown, flic désabusé ayant perdu à peu près toutes ses illusions…

Résumé de la sorte, on voit déjà à quel point le récit semble décousu. Les histoires sont menées en parallèle et si certains protagonistes finissent par se rencontrer au fil des événements, le lien est loin d’être évident. On passe de l’un à l’autre, on survole plus que l’on ne creuse en profondeur. Comme dans Les évaporés, Reverdy s’intéresse à ceux qui disparaissent d’un monde en perdition, ceux qui survivent à leur manière alors que tout s’écroule autour d’eux, mais d’une façon assez artificielle je trouve.

J’avoue que je suis resté un peu sur le bord de la route. Je m’attendais à un regard plus sociologique porté sur la première mégalopole américaine à se déclarer officiellement en faillite. L’écriture est superbe, vibrante, pleine de souffle. Mais pour le reste, on tourne un peu à vide et les grosses ficelles romanesques manquent de finesse. Pas une déception à proprement parler parce que la plume de Thomas Reverdy est un enchantement et justifie à elle seule que l’on se plonge dans ce roman mais clairement, je n’y ai pas pris le même plaisir qu’à la lecture des « évaporés ».

Il était une ville de Thomas B. Reverdy. Flammarion, 2015. 270 pages. 19,00 euros.

Les avis de Delphine Olympe, Kathel et Laure.





52 commentaires:

  1. Comme tu avais beaucoup aimé le précédent et que celui-ci ne semble pas être dans la même catégorie, je passe.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le précédent m'avait plu davantage, c'est vrai.

      Supprimer
  2. Bon, bon, bon... après l'avis de Laure tu enfonces le clou. Et dire que c'était le roman qui me tentait le plus dans cette rentrée littéraire !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il y a aussi eu des avis très enthousiastes.

      Supprimer
  3. J'ai déjà "les évaporés" dans ma LAL, je vais déjà commencer par ce titre.

    RépondreSupprimer
  4. Comme toi, j'avais aimé Les Évaporés, je suis donc curieux de voir ce que donne celui-ci en dépit de tes réserves.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et moi je serai curieux de découvrir ton avis.

      Supprimer
  5. Le sujet me tente quand même malgré tes réserves (et je n'ai pas lu Les évaporés !)
    Manu (ex Chaplum)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh Manu, trop heureux de te retrouver ici !

      Supprimer
  6. Effectivement, Reverdy ne fait pas une analyse sociologique ou économique du phénomène qui touche Detroit. Telle n'est pas son ambition, je crois. Mais il pose un regard poétique, il propose une vision, une ambiance... c'est ce que j'ai aimé.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as raison, ce n'est pas son ambition. Mais après avoir le "Fordetroit", sur le même sujet mais traité tout à fait différemment, je trouve l'approche "fictionnelle" de Reverdy moins convaincante.

      Supprimer
  7. Dommage que tu sois passé un peu à côté. J'ai aimé l'ambiance et les personnages. La belle écriture a fait le reste !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'écriture est très belle, impossible de le nier.

      Supprimer
  8. Pas facile de faire aussi bien deux fois de suite. On attendra le suivant en espérant qu'il se ressaisisse.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il a quand même écrit un beau roman, mais on va dire que j'y ai été moyennement sensible ;)

      Supprimer
  9. Réponses
    1. Chouette, tu me diras ce que tu en as pensé.

      Supprimer
  10. J'ai lu ton billet en diagonal pour mieux y revenir après. Je l'ai commencé hier soir. Jusqu'à maintenant, je ne suis pas déçue, loin de là. Espérons que ça se poursuive ainsi!

    RépondreSupprimer
  11. Contrairement à beaucoup de lecteurs ( pas ceux des commentaires apparemment) j'avais adoré Les évaporés. Peut-étre aimerais-je moins moi aussi celui-ci mais ce que tu dis du style me tente bien. C'est peut-étre sa manière de survoler qui donne les nuances de ses romans.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu es comme moi si tu avais adoré les évaporés ;)

      Supprimer
  12. Bah moi j'étais déjà passée à côté des évaporés, je n'avais pas osé en parler sur mon blog tellement je me sentais à contre-courant... Alors, celui-ci je ne le tenterai même pas !

    RépondreSupprimer
  13. Du coup je lirai peut-être Les évaporés pour découvrir cet auteur, pas certaine d'accrocher à celui ci finalement...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et Les évaporés existe en poche en plus ;)

      Supprimer
  14. Et bien si je le lis ce sera en poche... ton avis+les commentaires, l'hésitation est de mise. ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En poche ou en prêt à la bibliothèque ;)

      Supprimer
  15. Oui, nous sommes en phase sur ce roman, je te comprends parfaitement.

    RépondreSupprimer
  16. Dommage... mais une femme avertie en vaut deux :-) je lirai sur la pointe des yeux :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "sur la pointe des yeux", c'est joli comme expression.

      Supprimer
  17. Réponses
    1. Si tu le dis, je veux bien te croire ;)

      Supprimer
  18. L'idée de départ était pourtant intéressante. Mais il est vrai que l'on reste sur la très bonne impression des "Evaporés".

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est ça. L'impression précédente était sans doute trop bonne.

      Supprimer
  19. Réponses
    1. Oui, trop de travail t de fatigue, mais ça n'a pas duré, heureusement :)

      Supprimer
  20. Ce livre me faisait envie, mais j'hésite ^^

    RépondreSupprimer
  21. C'est un peu beaucoup les échos que j'ai eus, cette impression de surface, d'artifice... Trop de tentations pour me laisser à la curiosité d'une lecture frustrante par certains aspects (la voix de mon bouclier haha).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Encore une fois, je ne manigancerais pas pour te faire changer d'avis.

      Supprimer
  22. Il me tentait énormément, mais vu tes bémols, je crois que je vais me rabattre sur les Evaporés, qui a été pépité il y a un moment déjà et que j'ai envie de découvrir (comme tu te doutes, les disparitions des hommes dans des mondes en perdition ça me parle bien sur).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je me doute, oui. Et je pense que même à ce niveau-là, les évaporés te parlera davantage.

      Supprimer
  23. Si sa plume est un enchantement, il faut que je me penche sur cet auteur, peut-être avec Les évaporés...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, son écriture est vraiment splendide.

      Supprimer
  24. Nous sommes sur la même longueur d'onde que vous chez Ivresse Livresque.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pense que nous sommes beaucoup à avoir eu le même ressenti.

      Supprimer
  25. Un livre dont j'attendais beaucoup.... surtout après Les évaporés. Mais je lirai sans doute le prochain livre de Reverdy !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi aussi je lirai son prochain, je ne veux pas rester sur cette déception.

      Supprimer

Je modère les commentaires pour vous éviter les captcha pénibles de Google. Je ne filtre rien pour autant, tous les commentaires sans exception seront validés au plus vite, promis !