vendredi 11 septembre 2015

La dernière nuit du Raïs - Yasmina Khadra

Il sait la partie perdue d’avance. Malgré le soutien indéfectible de sa garde rapprochée se réduisant comme peau de chagrin, aucune échappatoire possible. En cette soirée d’octobre 2011, terré dans une école bunkerisée, il s’isole et repense au chemin parcouru depuis sa naissance, lui le fils de bédouin devenu roi, « l’enfant béni du clan des Ghous venu de son désert semer la quiétude dans les cœurs et les esprits ». Impossible d’accepter la trahison d’un peuple auquel il est persuadé d’avoir apporté le bonheur. Bouffi d’orgueil, dévoré par une mégalomanie qui l’aveugle, Khadafi ne veut entendre aucune critique, aucune remise en cause : « Ce que je dis est parole d’Évangile, ce que je pense est présage. Qui ne m’écoute pas est sourd, qui doute de moi est damné. Ma colère est une thérapie pour celui qui la subit, mon silence est une ascèse pour celui qui le médite. »

Incroyable tour de force d’un Yasmina Khadra mettant en scène à la première personne, sans caricature ni manichéisme, le crépuscule d’un dictateur au bord de la folie.Un homme rongé par les psychotropes, au phrasé aussi halluciné qu’incantatoire.Un homme condamné qui va tenter un dernier baroud d’honneur avant la curée, et dont la fin pitoyable restera à jamais gravée dans les mémoires.

Les dernières pages sont d’une sublime intensité dramatique, traversées par un éclair de lucidité bien trop tardif : « L’orgueil est allergique à la raison. Quand on a dominé les peuples, on s’oublie sur son nuage. Mais qu’a-t-on dominé au juste ? Pour aboutir à quoi ? En fin de compte, le pouvoir est une méprise : on croit savoir et l’on s’aperçoit qu’on a tout faux. Au lieu de revoir sa copie, on s’entête à voir les choses telles qu’on voudrait qu’elles soient. » A travers la déchéance inéluctable d’un personnage digne de Shakespeare, cette dernière nuit du Raïs offre la vision apocalyptique d'un pays en plein chaos qui, en se libérant du dictateur honni, ne s'offrira pas pour autant un avenir tout tracé vers la démocratie, loin s'en faut.

La dernière nuit du Raïs de Yasmina Khadra. Julliard, 2015. 210 pages. 18,00 euros.




52 commentaires:

  1. magnifique billet sur un magnifique livre <3 merci jeune homme....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pourquoi je ne suis pas surpris que tu l'aimes, ce livre ;)

      Supprimer
  2. J'hésitais encore à le lire mais la question ne se pose plus. Merci !

    RépondreSupprimer
  3. Je ne l'ai pas noté parmi mes envies de rentrée, mais ton ressent,i et le fait qu'il semble vraiment très bien écrit pourraient me faire changer d'avis.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'espère que tu ne seras pas déçue si tu t'y lances.

      Supprimer
  4. Voilà bien longtemps que je n'ai pas lu un de ses livres, avec un tel article, tu vas peut-être me faire changer d'avis ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et moi c'est la première fois que je le lis.

      Supprimer
  5. J'avais déjà entendu parler du livre mais n'avais encore lu aucun avis sur le sujet.
    Ce roman a l'air très forter ce que tu en dis donne vraiment envie de le découvrir.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est un roman très fort, oui, je le confirme.

      Supprimer
  6. je n'avais pas prévu de lire ce livre, mais ton billet pourrait changer la donne...

    RépondreSupprimer
  7. C'est quand même un sacré tour de force auquel il s'est livré là !

    RépondreSupprimer
  8. J'ai toujours du mal avec ces romans qui prêtent des pensées totalement imaginaires a des personnes ayant réellement existé mais tu réussis presque à me convaincre !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi ça ne me dérange pas... tant que c'est aussi bien fait !

      Supprimer
  9. Je crains ce livre à cause du côté historique, réel enfin bref, à cause du côté zéro fiction...Tu es rarement enthousiaste comme ça dis donc Jérôme, alors forcément ça change la donne

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il y a forcément une part de fictionnel dans cette histoire, même si la base historique est aussi très présente.

      Supprimer
  10. Je l'ai sous la main celui-là mais n'ai pas encore eu envie de le lire...

    RépondreSupprimer
  11. J'hésite encore parce que le sujet ne m'inspire pas plus que ça... Comme dit Saxaoul : qu'est-ce qu'on sait, de ce que pensait Khadafi juste avant sa mort ? Donc, peut-être s'il croise ma route à la biblio...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On n'en sait rien, évidemment mais ce que Khadra a imaginé est fascinant je trouve.

      Supprimer
  12. J'ai vu une critique du livre, qui le trouve un peu moins bien que le précédent sauf pour les dernières pages sublimes et tu dis la même chose. Après, cet homme m'a toujours apparu totalement fou et je n'ai pas très envie de me balader dans sa tête ! Je passe mon tour ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est une expérience très particulière de sa balader dans sa tête, je te le concède.

      Supprimer
  13. Je n'arrive pas à avoir envie de le lire et pourtant, il faudrait que je le lise cet auteur un jour.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu pourrais le découvrir avec un autre titre.

      Supprimer
  14. j'ai parfois du mal à entrer dans l'univers de Khadra mais tu en parles si bien!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi qui ne le connaissais pas j'y suis rentré très facilement.

      Supprimer
  15. Khadafi : voilà bien un personnage que je n'ai pas envie de retrouver dans un roman. Malgré tout, les deux billets que je viens de lire sur ce livre me convaincraient presque de le lire...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Au départ, je pensais la même chose que toi. Au départ...

      Supprimer
  16. je n'ai encore jamais lu Yasmina Khadra.... mais d'un autre côté ça fait un tantinet peur tout ça :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu peux toi aussi commencer par un autre de ses titres.

      Supprimer
  17. Cet auteur m'avait totalement conquise avec L'attentat, je l'avais même qualifié de "mon Romain Gary du monde arabe"^^. Mais le sujet de ton roman, pfiou, dissuasif... Ceci dit, c'est que j'avais longtemps pensé de L'attentat...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est malin, tu me donnes envie de lire "L'attentat" maintenant ;)

      Supprimer
  18. J'avais un peu délaissé l'auteur ces derniers temps, c'est peut-être le.moment d'y revenir.

    RépondreSupprimer
  19. oh j'aime tellement Yasmina Khadra. Ta chronique me donne terriblement envie!! Je vais me l'acheter.

    RépondreSupprimer
  20. C'est le moment de découvrir cet auteur qui me fait de l'oeil depuis longtemps et autour duquel je tourne sans arriver à me décider.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si tu penses que c'est le moment, fonce !

      Supprimer
  21. Je n'avais pas l'intention de le lire, j'aime Khadra mais le sujet ne m’emballait pas. Je suis prête à changer d'avis...!

    RépondreSupprimer
  22. Le personnage est absolument détestable, on est d'accord, mais ce roman m'a d'emblée donné envie de savoir ce qui se tramait dans sa tête. Peut-être pour tenter de comprendre... Je viens de le trouver à la bibliothèque et je vais donc m'y plonger avec beaucoup de curiosité!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est un roman marquant, qui ne s'oublie pas.

      Supprimer
  23. J'ai fini récemment un livre de Yasmina Khadra et il a une plume forte. J'aime beaucoup et ton avis me donne envie de poursuivre ma découverte.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je le découvre avec ce titre mais j'ai très envie d'en lire d'autres maintenant.

      Supprimer

Je modère les commentaires pour vous éviter les captcha pénibles de Google. Je ne filtre rien pour autant, tous les commentaires sans exception seront validés au plus vite, promis !