mercredi 10 décembre 2014

L’arabe du futur T1 : Une jeunesse au Moyen-Orient (1978-1984) - Riad Sattouf

Riad Sattouf est né en 1978, d’un père Syrien et d’une mère bretonne. En 1980, il découvre la Lybie de Kahdafi, où son père vient d’obtenir un poste de professeur. Une Lybie où « Le Guide » a aboli la propriété privée et créé un « État des masses populaires » où, en théorie, « tout le monde a un toit, tout le monde mange à sa faim, tout le monde travaille. » Après un retour en France, la famille déménage en Syrie en 1984 et rejoint le berceau des Sattouf dans un village près de Homs. L’occasion pour Riad de découvrir le quotidien des paysans, la misère, la promiscuité, l’antisémitisme omniprésent et la violence gratuite. Une plongée dans une culture totalement différente, déstabilisante mais à laquelle il finira par s’adapter, à marche plus ou moins forcée…

Premier tome d’une trilogie, ce témoignage purement autobiographique a quelque chose de dérangeant. Parce que le regard du petit Riad, tout en candeur, ne passe par aucun filtre. Et son point de vue présente les libyens et les syriens comme des êtres frustes à l’hygiène douteuse et sans aucune éducation. Il les découvre plein de haine à l’égard des juifs et des occidentaux, gratuitement méchants, cruels avec les animaux, bref il ne les montre pas sous leur meilleur jour, c’est le moins que l’on puisse dire. Pour autant je ne vois là aucun racisme, juste la vision d’un enfant en proie à des émotions brutes ne possédant pas les critères d’appréciation permettant de prendre le moindre recul. Et puis la présence d’une voix off accompagne le récit, informe le lecteur et met les choses en perspective.

En fait, j’ai l’impression que cet album est avant tout et surtout un hommage au père. Un père laïc, féru de politique et de panarabisme, vouant un culte naïf aux dictateurs, qu’ils soient libyen ou syrien. Un père au brillant parcours universitaire, se considérant comme moderne mais toujours très à cheval sur les relations hommes/femmes, trouvant le plus naturel du monde que le mari commande et que la femme obéisse sans jamais discuter. Un père obsédé par l’idée que son fils aille à l’école, s’instruise et devienne « L’arabe du futur ».

Il serait stupide de réduire cet album à un quelconque règlement de compte. C’est pour moi un travail de mémoire (sans doute sélective) relatant une histoire familiale riche et peu banale que j’ai trouvée passionnante.

Et si je ne devais garder qu’une seule image, une image qui résume parfaitement l'album, ce serait celle-là :




L’arabe du futur T1 : Une jeunesse au Moyen-Orient de Riad Sattouf. Allary Éditions, 2014. 158 pages. 20,90 euros.





36 commentaires:

  1. Je ne sais pas si tu suivras tous les tomes de la trilogie mais de mon côté, je vais attendre tes chroniques sur les tomes suivants. Riad Sattouf... pas très fan.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah oui ? Je suivrai sans doute les autres tomes, j'ai envie de savoir comment il va grandir cet enfant ;)

      Supprimer
  2. Je pense que je le lirai. Sans doute quand la trilogie sera complète... ou en médiathèque ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est typiquement le genre d'album que toute médiathèque digne de ce nom devrait posséder.

      Supprimer
  3. J'aime beaucoup Riad Sattouf pour ma part ! Alors pourquoi pas :-)

    RépondreSupprimer
  4. merci pour ce billet... aime fort Riad Sattouf, "la vie secrète des jeunes" est absoument indispensable de drôlerie ! Et ce 1er tome de cette trilogie ahhhh moi g adoré, dérangeant, drôle, sattoufique et dérisatoire ;-) (suis pas bien réveillée, ai pas trouvé les mots adéquats !)

    RépondreSupprimer
  5. j'aime beaucoup Riad Sattouf et j'ai repéré cette bd à sa sortie mais...pas encore eu le temps de me la procurer et de la lire!! ton billet vient donc à point nommé

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tant mieux si je te sers de pense-bête ;)

      Supprimer
  6. J'ai vu l'auteur dans une émission télé. Je n'avais pas noté sa bd car je n'aime pas trop le graphisme. On verra...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Son graphisme a le mérite de se reconnaître au premier coup d’œil.

      Supprimer
  7. le point de vue est original je vais voir si elle est en médiathèque

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si elle n'y est pas, j'espère qu'elle y sera bientôt.

      Supprimer
  8. Pas encore tenté par cette lecture, mais dans un futur plus ou moins proche... je dis pas non !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il ne faut jamais dire non à une lecture ;)

      Supprimer
  9. Déjà noté mais pas envie de l'acheter.
    Je l'attends à la bibliothèque.

    RépondreSupprimer
  10. Je l'espère à la bibliothèque car je voudrais vraiment le lire
    Si tôt dit,si tôt fait, je l'ai commandé

    RépondreSupprimer
  11. J'avais noté cette BD chez Alisson Moharty, je pense qu'elle me plaira. Je ne suis pas super fan de l'humour Riad Sattouf, que je visualise essentiellement à travers ses films (et encore, rien que des extraits), mais le sujet de cette BD m'intéresse.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ici le sujet est plus important que l'humour de l'auteur d'après moi.

      Supprimer
  12. Je fais la fine bouche... Je suis persuadée de ne pas accrocher...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pffff, tu ne veux même pas lui laisser une petite chance ?

      Supprimer
  13. Je ne suis pas très fan du graphisme de Sattouf mais j'aime bien le bonhomme et son regard sur le monde.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai que niveau dessin, il n'a aucun charme particulier je trouve.

      Supprimer
  14. Pas tentée par Riad Sattouf habituellement, je l'ai lue pour le boulot et elle vaut le détour !

    Personnellement j'ai moins le sentiment d'un hommage à son père, la place prise par la mère me renvoyant un sentiment de frustration. Dans son portrait sans fard, il montre une mère qui subit, qui est frustrée par un père qui n'est certes pas tout puissant mais qui impose sa volonté malgré tout. J'ai le sentiment qu'elle s'est faite embarquée contre sa volonté dans ces pays aux moeurs si différentes des siennes, qu'elle n'est pas heureuse. Si Riad Sattouf n'accuse pas ouvertement son père (comme tu dis, il montre mais ne dénonce rien), il révèle une famille soumise au moindre de ses caprices.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai lu plusieurs interviews où il décrit sa mère comme très effacée. Clairement elle a subi et clairement la famille a dû supporter les caprices du père. Mais je reste persuadé que ce père était admiré par le petit Riad.

      Supprimer
  15. je te rejoins sur le père admiré, clairement dans ce livre et c'est touchant. C'est très réaliste, sans compromis et cela a ses vertus. En revanche j'ai vraiment détesté le personnage du père et la mère m'a exaspérée...donc finalement les personnages m'ont tellement heurtée que je n'ai pas envie de lire la suite. Pourtant je suis contente aussi de l'avoir lue...sentiment étrange.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On peut avoir plein de réticences face à cet album et je les comprend tout à fait mais je fais incontestablement partie des lecteurs séduits.

      Supprimer
  16. C'est marrant j'i trouvé plutôt que c'était un portrait à charge contre le père et sa culture ... je n'ai ressenti aucune tendresse et j'ai trouvé ses propos sur les arabes plus que limite !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comme quoi, les avis peuvent être très différents sur un même album ;)

      Supprimer
  17. Je viens de le terminer et j'adore !!

    RépondreSupprimer

Je modère les commentaires pour vous éviter les captcha pénibles de Google. Je ne filtre rien pour autant, tous les commentaires sans exception seront validés au plus vite, promis !