mardi 9 décembre 2014

Boucle d’Ours - Stéphane Servant et Laetitia Le Saux

Toute la famille ours se prépare pour le grand carnaval de la forêt. Le papa est déguisé en grand méchant loup, la maman en Belle au bois dormant et l'ourson en Boucle d'Ours, ce qui déplaît à son père : les jupes et les couettes, ce n'est pas pour les garçons, son fils devrait plutôt se déguiser en chevalier ou en ogre féroce. Mais le fiston, soutenu par sa mère, refuse de changer d’avis. Et il va trouver un allié aussi convaincant qu’inattendu…

« Anxiogène, effroyable, terrible ». Voila ce que j’ai pu lire à propos de cet album sur certains sites ultracon(servateurs). Mais aussi cette phrase admirable de bêtise crasse : « Cet album vise à déconstruire et ridiculiser les conventions sociales et même les identités sexuelles biologiques sans se demander si ces conventions sont bénéfiques ou non. En particulier dans le cas de jeunes enfants (0 à 3 ans) auquel cet album est destiné et qui ont besoin de repères pour se construire, il parait étonnant de leur mettre dans la tête que l’on peut faire ce que l’on veut. […] C’est un manuel exemplaire de « trouble dans le genre » et de destruction du modèle familial qu’on fait lire à vos enfants de 3 ans dans les écoles de la République ! »

Ben voyons… Franchement, j’ai mal au ventre en lisant des conneries pareilles. Alors comme ça, ce livre est une abomination. Soit. Il est inadmissible. Il pervertit la jeunesse. Soit. Déjà, le proposer à un enfant de moins de 4-5 ans n’a strictement aucun sens. Mais passons, l’essentiel est ailleurs. Ce livre est dégueulasse parce qu’il est drôle. Furieusement drôle. Et le rire est un pêché, c’est bien connu et ce n’est pas Umberto Eco et son « Nom de la Rose » qui diront le contraire. Ensuite, ce texte est infâme parce qu’il détourne les contes traditionnels, il introduit la figure du loup du Petit chaperon rouge et fait référence évidemment à Boucle d’Or, mais aussi aux Trois petits cochons, donnant dans l’intertextualité, dans l’idée du palimpseste chère à Genette. Il offre aux tout-petits leur première leçon de littérature comparée, quelle honte ! Il brise aussi les repères de nos chères têtes blondes qui, évidemment, sont parfaitement au fait de nos « conventions sociales ». Faut-il rappeler les travaux de Bruno Bettelheim et sa « Psychanalyse des contes de fées » ? : « L’enfant qui est familiarisé avec les contes de fées comprend qu’ils s’adressent à lui dans un langage symbolique, loin de la réalité quotidienne. Le conte laisse entendre dès son début, tout au long de l’intrigue, et dans sa conclusion, qu’il ne nous parle pas de faits tangibles, ni de personnes et d’endroits réels. Quant à l’enfant lui-même, les événements réels ne prennent pour lui de l’importance qu’à travers la signification symbolique qu’il leur prête ou qu’il trouve en eux ». Bref, on est loin de la destruction du modèle familial. Et finalement, moi aussi je peux lui faire dire ce que je veux à cet album.

Ah, j’oubliais. J’ai eu la chance de rencontrer Stéphane Servant la semaine dernière au salon de Montreuil. J’ai découvert un homme charmant et ouvert à la discussion, forcément un peu embarrassé et désolé de voir la tournure que prennent  les événements. Nous avons parlé de ce texte qu’il a écrit sans penser un quart de seconde aux interprétations délirantes qui en sont faites par certains culs serrés. Et pour rassurer lesdits culs serrés, je peux affirmer avec certitude que son but n’est pas de faire de tous les enfants des travestis en puissance.

Et si le mieux était de prendre ce livre pour ce qu’il est, c'est-à-dire une histoire légère et drôlissime aux illustrations particulièrement expressives. Une histoire à partager en famille qui fera rire petits et grands le temps d’une lecture complice. Ni plus ni moins.

Boucle d’Ours de Stéphane Servant et Laetitia Le Saux. Didier Jeunesse, 2013. 28 pages. 12,50 euros. A partir de 4 ans.  

Une lecture commune que j'ai le plaisir de partager avec Noukette et Stephie. Il fallait bien que l'on s'y mette à trois pour défendre cet album.

L'avis de Martine Littér'auteur





30 commentaires:

  1. Un billet intelligent ! Comme toujours ! Les gens sont malades et devraient un peu se trouver de vrais motifs d'indignation ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Surtout qu'ici il n'y a strictement aucune raison de s'indigner.

      Supprimer
  2. Sus aux culs serrés !
    merci merci pour vos 3 billets !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Voila, c'était un peu le message à faire passer ;)

      Supprimer
  3. C'est qu'ils voudraient nous emmpêcher de nous déguiser les pisse-froid non maid des fois... cela dit c'est vraiment lamentable ces appels à la censure :-(

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ils voudraient nous empêcher d'à peu près tout faire j'ai l'impression...

      Supprimer
  4. une saine colère! l'important c'est ce qu'en pensent les enfants! le reste!?... tout passe, même la bêtise! pense pour te réconforter qu'à la renaissance , l'église brulait Lucrèce et ceux qui lisaient Lucrèce, tu vois tout change et tout passe! L'esprit est toujours vainqueur .

    RépondreSupprimer
  5. Y en a vraiment qui voient le mal partout et qui n'ont que ça à f... Merci pour ce billet bien senti et revigorant !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je crois aussi qu'ils n'ont rien de mieux à faire.

      Supprimer
  6. Je note ! et je vais demander à ma bibliothèque de le prendre. On va voir...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'espère bien qu'ils vont le prendre. Aucune raison de refuser en tut cas ;)

      Supprimer
  7. Tu fais bien de t'en prendre un peu aux culs serrés.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aimerais autant m'en passer, ce serait plutôt bon signe mais parfois ça m'agace vraiment trop !

      Supprimer
  8. Décidément l'ambiance actuelle est vraiment à la censure et à la co..erie !! C'est lamentable... Heureusement il reste des lecteurs, des passionnés, comme toi, comme nous, pour défendre ça...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Disons que l'on défend ça comme on peut ;)

      Supprimer
  9. Franchement on marche sur la tête... C'est limite très inquiétant à ce stade...!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai que ça fait très, très peur...

      Supprimer
  10. Je rejoins le groupe pour défendre ce livre ! en mince je croyais avoir fait un article sur mon blog ... mais rien (enfin pas encore !)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas encore mais ça va venir, tant mieux ;)

      Supprimer
  11. Comme j'aime rire je le note, qu'est-ce que j'aurais aimé le lire avec mes enfants. J'ai oublié ou on était aussi cons avant.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Rien n'a vraiment changé je crois. Disons qu'aujourd'hui il est plus facile de se faire entendre, même (et surtout) si c'est pour dire de grosses conneries.

      Supprimer
  12. Moi j'ADORE ce genre de recueils.
    J'ai un petit gars qui adore se déguiser en princesse car il a une grande soeur et c'est tout à fait normal.
    J'ai aussi une petite fille qui a voulu commander un pénis au père-noël quand elle avait 3 ans car elle voulait faire pipi debout et ça me faisait hurler de rire.

    Bref, je ne comprends vraiment pas la polémique avec quelques personnes outrées comme celles qui l'étaient avec le livre "Ma soeur vuet un zizi"...

    Ça me dépasse un peu ;)

    Il n'en reste pas moins que je note avec vif intérêt ce livre !!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. A te lire, je me dis que cet album est fait pour toi et tes loulous !

      Supprimer
  13. lu en perso, et j'ai hate de le lire en janvier à mes élèves: pour le moment j'étais plutôt dans les livres sur noel avec eux :
    La lettre du Père Noël, le loup qui n'aimait pas du tout noel, Joyeux Noel petite souris,
    Noyeux Joel de Stéphanie Black ....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Logique d'être dans les livres de Noël en ce moment !

      Supprimer
  14. Incroyable cette histoire, vous faits bien de rappeler Bettelheim Martine et toi, un peu de fond ne fait pas de mal.
    Il est chouette ton billet.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Disons que j'ai voulu contre-argumenter pour souligner qu'il était facile de faire dire ce que l'on veut à un texte, avec ou sans mauvaise foi.

      Supprimer

Je modère les commentaires pour vous éviter les captcha pénibles de Google. Je ne filtre rien pour autant, tous les commentaires sans exception seront validés au plus vite, promis !