vendredi 21 novembre 2014

Le puits - Ivan Repila

Je n’ai pas l’habitude de le faire, mais pour une fois je vais spolier à mort. Difficile de comprendre ce que j’ai ressenti en lisant cet OVNI si on ne connait pas l’ensemble de l’histoire. Je m’en excuse par avance mais je suis incapable de procéder autrement. Je précise d’emblée que ce livre, on me l’a prêté. Je n’en avais jusqu’alors jamais entendu parler. C’est un tout petit fascicule d’une centaine de pages. Dans la préface, Zoé Valdes s’extasie devant cette œuvre qu’elle place « au panthéon des Jules Verne, Alain Fournier et autres Antoine de Saint-Exupéry ». Franchement, je n’ai rien vu de tout ça.

Dès la première page, nous sommes avec deux frères prisonniers d’un puits. On ne sait pas où ils sont, on ne sait pas quand l’histoire se déroule, on ne sait pas comment ils s’appellent ni comment ils sont arrivés là. Il y a juste « le grand » et « le petit », coincés dans un trou sans aucune possibilité de s'en échapper. J’ai compris que les numéros des chapitres, s’enchaînant sans suite logique (2-3-5-7-11-13-17-19-23…), devaient correspondre aux jours qui passent. Pour info, le dernier chapitre est le 97…

Les jours passent, donc, et les enfants se nourrissent de vers et de racines. Ils s’occupent comme ils peuvent, dorment affreusement mal, dépérissent peu à peu. Dans ce huis clos irrespirable, le petit sombre peu à peu dans la folie. Tous deux pensent au meurtre, au cannibalisme, à cette faim qui les ronge, à cette liberté semblant à jamais perdue. Et pendant ce temps, personne ne leur vient en aide, personne ne semble même les chercher. A la fin, le petit s’en sort. Mais pas le grand. A la fin, le petit se venge. Mais je ne vous dirais pas comment. A la fin, j’ai refermé le livre en me demandant à quoi cela pouvait bien rimer.

Le puits, premier roman d’un auteur espagnol né en 1978, est pour moi un texte archi-dérangeant. Parce que je n’ai pas vu le sens, et j’aime trouver du sens quand je lis. Parabole, allégorie, fable sans morale ? Démonstration de ce que peut être la fraternité au sens le plus noble du terme ? Je cherche encore. J’accepte tout à fait de reconnaître que je n’ai rien compris mais alors qu’on m’explique ! Et puis pour un gars claustrophobe comme moi, cette lecture a été une véritable épreuve, à la limite de la souffrance physique. En tout état de cause, je ne suis pas près de l’oublier.


Le puits d’Ivan Repila. Denoël, 2014. 110 pages. 11,00 euros.

Les avis de Cryssilda et Sandrine









52 commentaires:

  1. Bon si tu spoiles, je ne lis pas ton billet. Je vais aller voir si ma médiathèque l'a dans ses rayons ;)

    RépondreSupprimer
  2. Mon billet du jour donc ;-) Pour moi, la lecture economico-sociale est évidente parce que proposée dès l'exergue par la citation de Margaret Thatcher. Mais bon, il y a de nombreuses lectures possibles de ce texte, de ce conte. Et être dérange c'est je crois un bon résultat pour l'auteur, car bien des contes sont dérangeants et interrogent...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'ai pas tout compris mais c'est un texte qui m'a marqué, c'est déjà beaucoup.

      Supprimer
  3. Réponses
    1. Ce n'est pas moi, c'est l'histoire qui fait peur ;)

      Supprimer
  4. J'étais curieuse suite à ta publication sur FB. Je comprends ton malaise, moi aussi j'aime bien comprendre...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le problème ici c'est qu'il y a sans doute trop à comprendre !

      Supprimer
  5. Ton avis m'intrigue terriblement. Comme toi, je n'aime pas lire un livre qui ne s'offre pas complètement et que je ne peux pas comprendre clairement mais ma curiosité est quand même sacrément titillée !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le texte lui-même est très, très intriguant.

      Supprimer
  6. Et ben moi ça me fait drôlement envie ! Ça me fait penser à la Femme des sables que j'avais adoré.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et j'ai vu que tu avais drôlement aimé ;)

      Supprimer
  7. J ai déjà dit à Sandrine que je ne lirai pas ce livre. Je rajoute que ton billet confirme mon impression.

    RépondreSupprimer
  8. Ben voilà un Jérôme pas content ! c'est rare ! Deux enfants coincés dans un puits ... même pas la peine que j'y pense, j'étouffe déjà rien que d'y penser. mais dis moi celui qui te l'a prêter à du beaucoup aimer... je suis curieuse de son avis ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est une copine bibliothécaire qui me l'a prêté. Et oui, elle a beaucoup aimé.

      Supprimer
  9. Je ne suis absolument pas tentée... J'en ai un peu assez de la surenchère de certains auteurs pour déstabiliser le lecteur. Et pourtant, je ne cherche pas des lectures-bisounours, hein, tu le sais !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Là il y a une vraie déstabilisation. Un peu trop même !

      Supprimer
  10. tu m as donnée envie de fuir lol (le livre je te rassure)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce n'était pas forcément le but mais ce livre peut vraiment faire cet effet !

      Supprimer
  11. Un conte cruel réussi pour adultes que j'ai dévoré avec effroi...

    RépondreSupprimer
  12. Bon moi réflexe de prof de maths : les numéros de chapitres me font penser à la suite des nombres premiers...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et moi je ne sais même pas ce qu'est un nombre premier...

      Supprimer
  13. Des nombres premiers, donc indivisible, donc, peut-être une explication, ou pas. Je suis tentée par ce livre, mais je suis claustrophobe et je crains de ne pouvoir le lire. J'avais sauté presque tout le paragraphe ou le soldat se trouvait enseveli par un obus dans "au revoir là-haut"

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est un texte qui risque d'être pour toi assez vite irrespirable.

      Supprimer
  14. Tu as bien fait de jeter sur le papier tout ce qui te déranges, au moins on est prévenu. Mon premier mouvement serait de dire, il n'est pas pour moi. Le deuxième me ferait faire une tentative, très intriguée quand même.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je crois que se faire sa propre idée reste la meilleure solution.

      Supprimer
  15. Moi je suis assez intriguée par ce livre qui semble ne pas laisser indifférent, même si chacun le vit et le comprend (ou pas) à sa manière. Je n'ai pas complètement lu ton billet car j'en ai déjà entendu et lu beaucoup et si ça continue comme ça, je l'aurai quasiment lu sans l'avoir lu.^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne dis pas tout quand même, et heureusement. Mais je finirai bien par prendre un coup de bâton en spoliant autant. J'en ai déjà pris pour moins que ça ;)

      Supprimer
  16. Oui, très dérangeant, et c'est justement ce que j'ai adoré dans ce texte, ce ressenti, ce malaise, outre le style qui m'a totalement conquise.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'ai pas assez parlé de l'écriture mais il est vrai qu'elle est de qualité.

      Supprimer
  17. Je passe allègrement mon tour, je n'aime pas tellement les huis-clos, je subodore une cruauté un peu gratuite, c'est sûr que souvent ça veut dénoncer quelque chose, je suis sûre qu'il trouvera son public mais c'est certain qu'il n'a rien pour me plaire celui-là (en plus je suis claustro aussi).
    Tu as été courageux d'aller au bout.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Heureusement qu'il y avait peu de pages sinon j'aurais abandonné avant la fin !

      Supprimer
  18. Ton billet m'a suffisamment intriguée pour que je demande à ma copine de me le prêter. J'ai envie d'être un peu bousculée en ce moment.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je me demande comment tu vas le prendre, ce texte.

      Supprimer
  19. Elle fait froid dans le dos cette histoire quand même ! Et puis j'avoue que j'ai toujours du mal avec les textes dérangeants ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Froid dans le dos et dérangeant, c'est ça ;)

      Supprimer
  20. Je n'arrive pas à comprendre de quoi ça parle, même en lisant tout plein de billets... mais bon, comme tu n'es pas certain d'avoir compris... ceci explique cela!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Voila, ceci explique complètement cela !

      Supprimer
  21. Plus ça va et plus je me dis que je vais le lire. Alors qu'au départ, ce que tu en disais avait tendance à me faire fuir... Mais comme je ne suis pas à une contradiction près...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les contradictions, c'est le sel de la vie ;)

      Supprimer
  22. J'avoue que je ne comprends pas ce que tu n'as pas compris. Pour moi, ce roman a un vrai sens et n'est pas du tout un exercice de style. Je ne suis pas aussi dérangée que je le pensais, mais j'y ai vu beaucoup d'amour fraternel.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis peut-être un peu directe dans ma façon d'écrire ça, excuse-moi. Mais je suis étonnée, c'est pour ça.

      Supprimer
    2. T'excuser, mais pourquoi donc ? Tu as trouvé du sens à ce texte, j'en suis ravi. Et si tu l'as lu grâce à moi c'est encore mieux. Moi je n'y ai vu qu'un épais brouillard, un mur opaque d'incompréhension m'a entouré tout au long de ma lecture. Mais du coup j'aime beaucoup découvrir toutes les interprétations qu'en font les lecteurs.
      Pour moi c'est un voyage aux confins de la folie et ça m'agace toujours parce qu'avec la folie on peut tout se permettre, c'est un peu facile.
      De l'amour fraternel tu dis ? J'ai un frère mais c'est une notion que je n'ai jamais connue, sans doute pour ça que je ne l'ai pas ressenti une seconde ;)

      Supprimer
    3. Parce que je suis un peu abrupte parfois, je m'en rends compte. ;)
      Ca c'est certain que sans toi, je ne l'aurais pas lu. Et c'est difficile d'écrire un billet mitigé qui donne envie, il faut un vrai talent.
      Alors c'est drôle ce que tu dit parce que je déteste les livres sur la folie. C'est tellement autre chose pour moi ce roman.
      Ta dernière phrase est sans doute essentielle. Et pourtant, je ne peux pas me retrouver non plus dans cet amour fraternel. Par contre, je l'ai lu comme une mère infiniment touchée par le rôle du grand frère qui m'a rappelé un autre grand frère, qui venait aux réunions parents-profs de sa soeur et qui s'occupait d'elle d'une manière touchante. Il y a sans doute une part de notre rapport à ce thème de la fraternité qui joue dans notre vision de ce roman. Merci pour cet échange, Jérôme. Echanger est toujours intéressant quand on n'est pas d'accord.

      Supprimer
    4. Ah oui, autre chose, je suis un peu de mauvaise foi quand je dis que je ne vois pas ce que tu n'as pas compris, car certaines de mes questions restent tout de même sans réponse. Mais ça, c'est ma mauvaise foi naturelle.

      Supprimer
    5. L'échange, c'est ce qui nous fait avancer, non ?
      Et l'air de rien, je suis content de constater que pour toi il reste des questions sans réponse.
      (la mauvaise foi naturelle, je connais aussi, j'en use et en abuse plus souvent qu'à mon tour.)

      Supprimer
  23. Ton billet me donne super envie de lire ce roman. Tout ce qui te chiffonne dans ce livre ne fait qu'attiser ma curiosité en fait :D
    Des bisous et belle semaine,
    Cajou

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai donné envie à pas mal de personnes de se pencher sur ce titre et j'en suis ravi, vraiment ravi !

      Supprimer

Je modère les commentaires pour vous éviter les captcha pénibles de Google. Je ne filtre rien pour autant, tous les commentaires sans exception seront validés au plus vite, promis !