vendredi 7 novembre 2014

Charlotte - David Foenkinos

Foenkinos a découvert la peintre Charlotte Salomon à l’occasion d’une exposition de ses toiles à Hambourg : « Ce fut immédiat. Le sentiment d’avoir enfin trouvé ce que je cherchais. » Depuis, la vie de cette femme est devenue son obsession et il a ressenti le besoin de mener l’enquête, de reconstituer son parcours, de la suivre pas à pas. Née en 1917 dans une famille juive de Berlin, Charlotte perd très tôt sa mère. Adolescente introvertie, hantée par les suicides qui frappent les siens à chaque génération, elle se découvre une passion pour la peinture qui ne la quittera plus. Fuyant l’antisémitisme après la Nuit de Cristal fin 1938, elle rejoint ses grand-parents à Villefranche-sur-Mer. C’est là qu’entre 1940 et 1942 elle réalisera quelques centaines de gouaches rassemblées sous le titre « Leben ? Oder Theater ? » (Vie ? ou Théâtre ?), aujourd’hui exposées au musée juif d’Amsterdam. Dénoncée, arrêtée, déportée à Drancy puis à Auschwitz, elle meurt dans les chambres à gaz à l’âge de 26 ans, enceinte de cinq mois.

Je n’avais jamais lu Foenkinos avant, je n’ai donc aucun point de comparaison possible avec le reste de son œuvre. Finalement, ce n’est pas plus mal. Sur le fond, la trajectoire de cette femme m’a passionné. Sa tragédie familiale, l’éveil de sa conscience artistique, son destin rattrapé par l’Histoire avec un grand H, ses petites victoires, ses joies dérisoires et ses grandes peines. Sur la forme, je suis plus mitigé. Déjà, le coté autofictionnel m’a agacé à plusieurs reprises. Quel intérêt a l’auteur de nous expliquer qu’il s’est rendu dans la maison d’enfance de l’artiste et qu’il n’a pu la visiter parce qu’on lui a claqué la porte au nez ? Franchement ? Pour nous prouver qu’il est bien parti à sa recherche ? Euh… on le sait depuis le début. Patrick Deville fait souvent le même genre d’intrusions dans ses récits mais elles ont toujours du sens, alors que là… Et puis sur la forme en elle-même, j’ai eu beaucoup de mal. Du sujet-verbe-complément-retour-à-la-ligne sans doute pas si simple que cela à écrire mais qui, à la lecture, offre une trop grande accessibilité au texte et lui enlève toute qualité littéraire.

Par contre, j’ai aimé que Foenkinsos se justifie, qu’il assume son parti-pris formel : « Pendant des années, j’ai pris des notes. J’ai parcouru son œuvre sans cesse. […]. J’ai tenté d’écrire ce livre tant de fois. Mais comment ? […] Quelle forme mon obsession devait-elle prendre ? Je commençais, j’essayais, puis j’abandonnais. Je n’arrivais pas à écrire deux phrases de suite. Je me sentais à l’arrêt à chaque point. Impossible d’avancer. C’était une sensation physique, une oppression. J’éprouvais la nécessité d’aller à la ligne pour respirer. Alors j’ai compris qu’il fallait l’écrire ainsi. » Point de coquetterie donc, une vraie sincérité, une certaine pudeur aussi.

Je trouve donc la démarche de l’auteur touchante mais ce minimalisme, cette volonté d’en dire le moins possible pour aller à l’essentiel m’a beaucoup trop laissé à distance. Le style télégraphique fini par être d’une froideur clinique et ne laisse aucune place à l’émotion. Tout l’inverse de ce qu’a par exemple fait Valentine Goby avec Kinderzimmer et que j’ai tant aimé. Je ressors donc ni véritablement déçu ni totalement convaincu. On sent l’œuvre portée par l’auteur pendant des années et son besoin quasi viscéral de la coucher enfin sur le papier pour, quelque part, s’en libérer. Mais du strict point de vue de la lecture et de la petite musique des mots, il ne m'a donné aucun plaisir.

Charlotte de David Foenkinos. Gallimard, 2014. 220 pages. 18,50 euros.

Une nouvelle lecture commune que je partage, une fois de plus, et c'est toujours le même plaisir, avec Noukette.

Les avis de Blablablamia, Laure, Laurie, L'irrégulière, Mango, Sandrine, Unchocolatdansmonroman






62 commentaires:

  1. J'aime que vos avis soient si différents et qu'ils aient cependant des points d'achoppement. Je vais le lire, il est dans ma liseuse et je suis très curieuse. Moi, j'ai lu trois autres romans de lui. Et j'aime beaucoup son humour. Certains disent qu'il n'a pas de plume... qu'il écrit des trucs sirupeux (cf. La délicatesse). Moi, il a su me faire rire, pleurer. Et je trouve qu'on reconnaît sa plume, qu'on l'aime ou non.
    Merci pour ton billet

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Rien de sirupeux dans ce roman en tout cas. Pour le reste, c'est une question de ressenti, comme toujours.

      Supprimer
  2. Je dois être une extrémiste car je n'ai rien senti des intentions de l'auteur parce que ce style dont tu parles m'a hermétiquement bloquée à tout le reste...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ça ne fait pas de toi une extrémiste, c'est juste que tu n'as pas passé la barrière du (non)style.

      Supprimer
  3. Je pense le lire, mais pas tout de suite, et c'est le premier roman de D. Foenkinos que j'ai envie de lire. L'auteur semble vraiment sincère et honnête dans sa démarche comme tu le soulignes avec l'extrait que tu donnes, il ne donne pas l'impression de l'avoir écrit de cette manière pour faire parler de lui, et rien que pour ça, je le lirai.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sincère et honnête, je crois qu'il est impossible d'en douter.

      Supprimer
  4. visiblement la forme de ce roman est la pierre d'achoppement, ça me rendrait curieuse tiens :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est un choix formel qui ne laisse pas insensible en tout cas.

      Supprimer
  5. J'ai aimé lire La Délicatesse et quelques autres titres mais j'ai fini par me lasser de Foenkinos. C'est dommage.

    RépondreSupprimer
  6. Pas très envie à cause de cette époque que je ne lis pas. Je le feuillèterai quand Mister B le lira...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce n'est pas non plus l'époque que je préfère, en littérature ou ailleurs.

      Supprimer
  7. Le style pourrait me déplaire même si je me sens intéressée par l'histoire de cette peintre...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. A toi de voir si tu te laisses tenter ou pas.

      Supprimer
  8. J'ai très peur de la forme choisie par Foenkinos pour porter son histoire et ton billet n'est pas là pour me rassurer. Mais c'est vrai que l'on sent une grande sincérité dans sa démarche à chaque fois qu'il en parle. On verra si son livre croise ma route ou non.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. S'il croise ta route, tu pourras te faire ta propre opinion.

      Supprimer
  9. sa passion m'a beaucoup touchée à LGL, le sujet m'intéresse beaucoup, je me souviens de l'exposition Charlotte Salomon au MAHJ en 2006. Je note tes réserves, et me ferai mon propre avis dans les semaines qui suivent, c'est un roman que je compte lire très bientôt

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tant mieux si tu le lis bientôt, je me demande ce que tu vas en penser.

      Supprimer
  10. C'est un de mes coups de coeur de cette rentrée !

    RépondreSupprimer
  11. Foenkinos est un auteur qui ne m'attire pas du tout, peut-être parce qu'il est trop médiatisé et qu'on en entend trop parler, j'ai comme un ras-le-bol. ( ça me fait pareil avec Tatiana De Rosnay, Delphine De Vigan, Emmanuel Carrère et plein d'autres ...)
    Et après avoir lu la critique de Sandrine et vu ce que tu dis sur le style, je sais déjà que je ne lirai jamais ce titre-là s'il m'arrivait de vouloir lire cet auteur.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est sûr que pour être médiatisé, il l'est, et pas qu'un peu !

      Supprimer
  12. Aïe Aïe Aïe c'est bien ça qui me faisait peur : le style et malgré que là il soit "habité", sincère, qu'il ait tout donné ! La délicatesse m'avait copieusement agacée mais j'ai un ami qui est fan (nul n'est parfait) et je lui ai promis de lire celui-ci, parce que je ne suis pas obtuse (lalala, grandes orgues) et que j'aime aussi laisser des secondes chances... mais bon, ce que tu en dis ne me rassure pas...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Apparemment, c'est très différent de ce qu'il a fait avant, alors qui sait...

      Supprimer
  13. Tu confirmes mon manque d'envie de le lire.

    RépondreSupprimer
  14. Rien qu'à lire tes commentaires sur l'absence de style et d'émotion, je sens que ce bouquin n'est pas pour moi. Et comme j'ai plein d'autres tentations par ailleurs, je ne vais pas me forcer.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as bien raison de ne pas te forcer. maquerait plus que ça !

      Supprimer
  15. Comme toi j'ai beaucoup aimé Kinderzimmer, j'ai donc trop peur d'être déçue... et puis de toute façon, ce n'est pas pour moi en ce moment !

    RépondreSupprimer
  16. Je n'ai jamais eu envie de lire Foenkinos, sauf cette fois-ci, parce qu'il a le mérite de sortir cette artiste de l'ombre. J'entends les réserves sur la forme, ailleurs que chez toi également. Je le prendrai à la bibliothèque pour me faire une idée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Rien de tel que de se faire sa propre idée ;)

      Supprimer
  17. Tu as lu deux des aspirants au Prix Goncourt ! C'est marrant parce que tout ce que tu dis, c'est ce que je pressentais de ce roman d'après tout ce que j'en ai lu... du coup, vu tout ce qu'il y a de passionnant à découvrir, je n'ai pas très envie de tester...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai lu deux romans qui ne l'ont finalement pas gagné. Mais c'est bien le dernier de mes soucis.

      Supprimer
  18. Malgré les avis élogieux déjà lus, j'ai toujours eu une réticence, déjà parce que je n'aime pas son style, ou son non style ... Et de deux, parce que je trouve qu'il surfe sur une mode ... Kinderzimmer qui rencontre un joli succès, puis tiens celui-ci sur un thème assez similaire ... Pff.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne sais pas s'il surfe sur la mode, je crois qu'il portait ce livre en lui depuis des années. Mais c'est une période de l'histoire très présente en littérature en ce moment, tu as raison.

      Supprimer
  19. ouhhh qu'est-ce que je ne l'aime pas cet auteur! J'avais détesté La délicatesse!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et moi je n'ai pas du tout envie de lire ses romans précédents.

      Supprimer
  20. Le duo Noukette-Jérôme est toujours aussi convaincant !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et pourtant nos avis sont finalement assez différents sur ce coup-là.

      Supprimer
  21. Je le testerai bien quand même ...

    RépondreSupprimer
  22. C'est marrant, moi j'ai aimé cette mise à distance qu'impose le style choisi (ou non-style peu importe...) J'ai aimé ce roman, je persiste, c'est un bon roman... Quoi qu'on en dise ! ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et tu as bien raison de persister. J'ai adoré ton billet, même si je ne partage pas tout à fait ton point de vue.

      Supprimer
  23. Je le lis juste au dessus, et je suis comme Noukette, j'ai aimé aussi cette mise à distance, et je pense que c'est des une raison pour lesquelles, j'ai plongé dedans avec autant de régal. J'insiste aussi pour mon coup de coeur, c'est quand même un bon livre ! :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu n'es pas la seule à en avoir fait un coup de cœur et tu as bien raison de le revendiquer.

      Supprimer
  24. En général j'apprécie cet auteur ùais pourtant ce livre ne me tente pas plus que ça!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il est très différent de ce qu'il fait d'habitude d'après ce que j'ai compris.

      Supprimer
  25. Pas du tout tentée, pourtant je n'ai rien de particulier contre l'auteur. J'avais lu et plutôt bien apprécié La délicatesse, mais j'ai l'impression que ça me suffit.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Alors tu peux en rester là, tu trouveras bien autre chose à lire de toute façon (Le soleil des Scorta par exemple...).

      Supprimer
  26. Pas tentée non plus, malgré le thème : l'écriture de Foenkinos m'agace terriblement. Sans parler du personnage...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne connais rien du personnage mais son écriture, sur ce texte-là, ne soulève chez moi aucun enthousiasme.

      Supprimer
  27. Je n'ai pas lu Valentine Goby car justement j'ai très "peur" de cette période en lecture, je crois donc que l'écriture simple de Foenkinos dans ce livre (d'autant qu'il la justifie bien) qui met à distance le lecteur m'a convenu pour cette raison mais je comprends bien ton point de vue, intéressant de lire cela...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La mise à distance était le meilleur procédé selon lui, je respecte son choix, même s'il ne me convient pas vraiment.

      Supprimer
  28. moi j'ai aimé pour la découverte de Charlotte Salomon , son style ne m'a pas géné et j'aime bien la façon dont tu en parles. C'est très honnête.
    Par contre je n'ai pas du tout aimé Kinderzimmer , comme quoi!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comme quoi, tous les goûts sont dans la nature et c'est tant mieux ;)

      Supprimer
  29. Oui c'est exactement ce qui me retient : le style. J'aime rarement (à part chez Bernheim peut être) le sujet/verbe/complément.
    En revanche la trajectoire de Charlotte me tente quand même (en plus ça se passe chez moi), mais il va pouvoir attendre un peu, il y a dans tes bémols quelque chose de rédhibitoire...je vais laisser reposer tout ça.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu peux attendre la tranquillement la sortie en poche pour te faire ta propre idée.

      Supprimer
  30. J'ai lu de lui "la délicatesse" j'avais apprécié, mais sans aucune envie de relire un autre livre de lui. Pourtant il apparait que ce livre est très différent des sirops qu'il a écrit auparavant. Je pense que je me laisserai faire et le lirai

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'ai rien lu d'autre de lui mais il semble en effet que ce texte soit très différent de ce qu'il a fait auparavant.

      Supprimer
  31. il est dans ma PAL vu plusieurs comm je serai moins surprise sur la forme du coup !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il se lit très vite, tu peux t'y plonger dès que possible ;)

      Supprimer

Je modère les commentaires pour vous éviter les captcha pénibles de Google. Je ne filtre rien pour autant, tous les commentaires sans exception seront validés au plus vite, promis !