mercredi 5 novembre 2014

Le linge sale - Rabaté et Gnaedig

Après vingt ans derrière les barreaux, Pierre Martino retrouve la liberté. Trompé par sa femme, il avait voulu l’assassiner avec son amant dans l’hôtel où ils avaient l’habitude de se retrouver. Mais il s’était trompé de chambre et avait tué un autre couple avant de blesser un des policiers venus l’interpeller. Libéré pour bonne conduite, le prisonnier modèle n’a rien oublié et il est bien décidé à terminer la mission qu’il n’avait pu achever deux décennies plus tôt. Et comme entre temps son ex s’est mariée avec l’amant, il imagine que la tâche n’en sera que plus facile. La vengeance est un plat qui se mange froid mais que l’on peut parfois avoir bien du mal à digérer…

Un récit tenant à la fois du polar rural, de la chronique sociale et de la comédie de mœurs. La nouvelle famille de l’ex-femme est beauf jusqu’au trognon, vivant de rapines dans une maison délabrée en pleine cambrousse. Père, mère, enfants et grands-parents dorment sous le même toit, vident les bouteilles à l’unisson et jurent comme des charretiers. Un quart monde décrit avec humanité et sans misérabilisme. C’est sordide mais jamais cynique, Rabaté n’étant pas du genre à se mettre au-dessus de ses personnages. Et c’est aussi très drôle, tant grâce aux dialogues plein de gouaille qu’aux péripéties pathétiques vécues par cette bande de pieds nickelés ingérable. Le cocu assassin est quant à lui un antihéros aigri et déterminé, tendant méticuleusement et patiemment la toile qui doit lui permettre de prendre sa revanche. Tellement déterminé qu’il en deviendrait presque sympathique et que l’on souhaiterait de tout cœur le voir mener à bien son entreprise.

Si ce linge sale est bien du Rabaté pur jus, je n’en ferais pas mon préféré. Dans la même veine, Crève saucisse et La marie en plastique m’avaient plu davantage. Ici, la fin, grinçante à souhait, est bien trouvée mais le reste est par moment poussif. Il faut dire aussi que j’ai eu beaucoup de mal avec le trait particulièrement naïf de Sébastien Gnaedig qui ne sert pas au mieux le scénario, c’est le moins que l’on puisse dire. Une lecture agréable, du bon Rabaté mais pas de l’excellent Rabaté.

Le linge sale de Rabaté et Gnaedig. Vents d’ouest, 2014. 126 pages. 19,50 euros.








26 commentaires:

  1. Bon, j'ai encore plusieurs Rabaté à lire avant de me lancer dans celui-ci mais il est évident que j'y plongerai un jour

    RépondreSupprimer
  2. J'entends tout de même tes réserves même si tu y mets les formes. Pas très sûre de le lire mais... qui sait.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. S'il arrive jusqu'à ta bibliothèque, tu feras l'effort ;)

      Supprimer
  3. Rien que du bon Rabaté sans l'excellence, c'est déjà pas mal!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout à fait, ça reste au-dessus du lot.

      Supprimer
  4. Je te rejoins sur le dessin, il ne me plaît pas non plus beaucoup...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il n'est pas très engageant on va dire...

      Supprimer
  5. Bah, je ne suis pas très tentée par le sujet, ni le dessin...

    RépondreSupprimer
  6. Il ne m'a pas trop tenté à sa sortie celui-ci... je le laverai mais sans certitude

    RépondreSupprimer
  7. Disons que je n'en ferai pas une priorité de celui là... Mais si je le croise en médiathèque, j'y jetterai un Neil, j'aime bien Rabaté moi... ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi aussi j'aime beaucoup Rabaté. Et je l'aime toujours autant après cette lecture/

      Supprimer
  8. Pas tentée, même si ton billet me plaît, mais je note l'auteur que je n'ai jamais lu...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si tu ne l'as jamais lu, il faut corriger ça au plus vite !

      Supprimer
  9. Toujours pas lu Rabaté donc je ne commence pas par celui si je comprends bien.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je te conseille de commencer par les petits ruisseaux.

      Supprimer
  10. Je suis toujours novice en ce qui concerne Rabaté, je ne note donc pas celui ci pour le moment!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je te ferais la même réponse qu'à Sandrine, commence par les petits ruisseaux.

      Supprimer
  11. Bon, Rabaté et moi, ça ne colle pas alors je passe.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah, mince. Il a pourtant tout pour plaire cet auteur.

      Supprimer
  12. Bon je retiens qu'il n'est pas indispensable.

    RépondreSupprimer
  13. A lire donc. Mais pas d'urgence :-)

    RépondreSupprimer

Je modère les commentaires pour vous éviter les captcha pénibles de Google. Je ne filtre rien pour autant, tous les commentaires sans exception seront validés au plus vite, promis !