samedi 19 juillet 2014

Les cavaliers afghans - Louis Meunier

En 2002, Louis Meunier abandonne une carrière de cadre toute tracée pour s'engager dans une ONG et partir en Afghanistan afin d'aider à la reconstruction du pays après la chute des talibans. Désireux de s'immerger dans la vie et les traditions de son pays d'accueil, il apprend la langue et découvre avec fascination le buzkashi, un combat équestre où hommes et montures se disputent avec une violence inouïe la carcasse d'un veau qu'il faut déposer dans un cercle tracé au sol pour marquer un point. Rêvant de devenir un cavalier du buzkashi, un tchopendoz, Louis meunier se met en quête d'un cheval et d'une équipe acceptant de l’accueillir.

Le récit se découpe en trois grandes parties et commence par son arrivée sur place et ses difficiles premiers pas professionnels ainsi que le début très compliqué de sa carrière de tchopendoz. La seconde partie, que j'ai trouvée la plus passionnante, relate la traversée du centre pays effectuée à cheval, en 2005. Un périple de deux milles kilomètres entre les montagnes et les vallées de l'Hindou Koush avec trois chevaux et un compagnon afghan, à la rencontre des populations les plus isolées du pays. Dans la dernière, nous sommes en mars 2006 et Louis Meunier s'est installé à Kaboul, où il a créé sa société de production audiovisuelle, réalisant des reportages et des documentaires tout en continuant à vivre pleinement sa passion pour le buzkashi.

J'ai beaucoup aimé cette plongée pleine de tendresse mais aussi d'une grande objectivité dans l’Afghanistan « des seigneurs et des chefs de guerre, une société moyenâgeuse où ne survivent que les plus forts. Dans cette contrée secouée depuis toujours par les combats, les intrigues et les luttes de pouvoir. »  L'auteur conjugue à l'analyse géopolitique parfois assez poussée son ressenti intime, son émerveillement devant la nature sauvage et indomptable qui l'entoure et la richesse de ses rencontres avec la mosaïque d'ethnies (Ouzbeks, Turkmènes, Pashtouns, Tadjiks, Hazaras, arabes, etc) croisées au fil de ses pérégrinations. Admirable aussi sa lucidité devant son statut de « Khareji », d'étranger qui, quoi qu'il fasse et quelles que soient les amitiés qu'il parvient à nouer, ne pourra jamais s'intégrer totalement dans la société afghane (« les alliances et les amitiés des afghans avec les étrangers sont intéressées et temporaires »).

« Les cavaliers afghans » est un récit initiatique autant qu'un témoignage éclairant sur ce qu'est l’Afghanistan d'aujourd'hui, loin du triptyque « taliban-burqua-attentat » servi par les médias occidentaux pour stigmatiser un pays à la réalité bien plus complexe. C'est aussi et surtout une magnifique invitation au voyage qui ravira les lecteurs épris de grands espaces et de liberté.

Les cavaliers afghans de Louis Meunier. Kero, 2014. 330 pages. 20,00 euros.

L'avis enthousiaste d'Aaliz




29 commentaires:

  1. Je l'ai déjà noté ailleurs, je surligne, surtout pour le témoignage de l'intérieur sur un pays réduit aux attentats dans les medias, comme tu le soulignes.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vraiment un autre regard porté sur le pays. Et ce n'est pas pour autant un témoignage d'adoration, c'est très lucide je trouve.

      Supprimer
  2. Je ne crois pas qu'il soit pour moi ce livre, malgré le côté "éternel étranger" de l'auteur et celui qui nous offre une autre vision d'un pays que l'on ne connaît qu'à travers les médias. Mais je sais que je peine à entrer dans ces récits. Par contre, mon père l'adorerait (cheval, grands espaces, geo politique; il ne lui en faut pas tellement plus pour être heureux).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Alors voila un cadeau tout trouvé pour ton père !

      Supprimer
  3. J'admire les gens qui, par passion, parviennent à intégrer une société à ce point différente de la leur...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'avoue que je n'aurais pas pu faire ce qu'il a fait, surtout par rapport au buzkashi.

      Supprimer
  4. ah enfin un livre qui dénote sur cet étrange pays je le note bien vite
    Luocine

    RépondreSupprimer
  5. Oh là là, je crois que ce livre va m'intéresser. Merci de m'avoir permis de le découvrir !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Connaissant ton goût pour les récits de voyage, il devrait te plaire !

      Supprimer
  6. C'est sur qu'il me plaira celui là ! merci

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. N'hésite pas, moi je me suis régalé !

      Supprimer
  7. Ouf ! Irrésistible ! Noté ! J'ai eu une pensée rapide pour Les cavaliers de Joseph Kessel, magistral ! L'as-tu lu ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En fait, le livre de Kessel est celui qui lui a donné envie de vivre cette aventure, il n'arrête pas d'y faire référence. Et non, je ne l'ai pas lu ;)

      Supprimer
    2. Surtout, c'est une raison supplémentaire pour toi de le lire ;)

      Supprimer
  8. Vraiment intéressant même si j'ai un énorme bémol pour la passion de l'auteur pour le sport cruel que semble être le buzkashi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est violent mais pas forcément cruel. C'est surtout une tradition ancestrale.

      Supprimer
  9. Contente de voir que le voyage t'a réussi à toi aussi ! Et oui, voilà un ouvrage qui donne envie de faire ses valises au plus vite ! J'adore ces livres qui nous proposent autre chose sur ce pays que ce que nous servent les médias. Et on comprend d'autant plus pourquoi les étrangers sont de plus en plus mal perçus par les afghans. Louis est tombé à une époque où les rencontres étaient encore possibles et relativement faciles. Aujourd'hui, malheureusement, ce n'est plus le cas mais on ne peut vraiment pas leur en vouloir. Le pire est que l'histoire se répète sans cesse mais sans que les "politiques" comprennent et retiennent la leçon. Dans l'ouvrage de Dalrymple sur la guerre anglo-afghane, l'auteur rapportait une discussion qu'il avait eu avec des autochtones. L'un d'eux lui a dit que les américains avaient commis la même erreur que les anglais, et que ce serait bientôt le tour des chinois... Quelle tristesse ... Un si beau pays ... :(

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai oublié de te remercier pour le lien donc merci ! ( et j'ajoute le tien sur mon billet )

      Supprimer
    2. On comprend qu'il a vécu cette expérience au meilleur moment. Avant ou après, cela n'aurait pas été possible. En tout cas j'ai découvert un pays fascinant.

      Supprimer
  10. Le seul regard littéraire que j'ai sur ce pays reste Les Hirondelles de Kaboul. L'occasion de m'ouvrir à d'autres horizons...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et franchement, c'est un très beau récit.

      Supprimer
  11. Je n'aurais jamais jeté un œil sur ce récit sans ton avis je dois dire...

    RépondreSupprimer

Je modère les commentaires pour vous éviter les captcha pénibles de Google. Je ne filtre rien pour autant, tous les commentaires sans exception seront validés au plus vite, promis !