dimanche 13 juillet 2014

L’effet postillon et autres poisons quotidiens - Julien Jouanneau

Il vous est déjà arrivé, à l’apéro, de vous retrouver avec un noyau d’olive en bouche et aucune solution « élégante » pour vous en débarrasser ? Et bien pour Julien Jouanneau, « proposer des olives non dénoyautées témoigne d’un manque d’attention délibéré, voire haineux de la part des hôtes ». Il tient d’ailleurs le même discours à propos des tomates cerises (impossible à embrocher avec une fourchette et giclant partout dès que l’on croque dedans).

Mais son courroux ne se limite pas aux aliments. Dans cet ouvrage, il liste les (petits) tracas et autres poisons qui gangrènent son quotidien. Et tout y passe : la pendaison de crémaillère (« un gang bang d’emmerdements »), la bronzette à la plage, les notices de médicament, le convive assis en face de vous au restaurant qui postillonne dans votre assiette, les voyages en train, la piscine, les toilettes publiques, les jours de pluie où il faut éviter les baleines de parapluies pour ne pas finir éborgné, les cheveux gras, les gargouillis gastriques, le morceau de nourriture qui vous reste entre les dents après un repas et vous accompagne jusqu’au soir dans tous vos rendez-vous importants, les supermarchés, les livres de bibliothèque cradingues et bourrés de bactéries, les mouches, les chocolats visuellement engageant qui cachent en leur sein un alcool au goût immonde, la mauvaise haleine, etc.

Vous l’aurez compris, Julien Jouanneau est un râleur. Un vrai de vrai. Et en bon râleur, il force le trait à la moindre occasion, considérant que la source de ses emmerdements vient forcément d’autrui. Si on se dit que certains des « enfers ordinaires » présentés sont observés avec justesse, on ne peut s’empêcher de déceler (souvent) beaucoup de mauvaise foi dans les arguments avancés. Personnellement, étant un adepte convaincu de la mauvaise foi, je trouve l’exercice brillamment mené. Mais je comprendrais parfaitement que ce recueil de ronchonnements permanents et finalement assez anecdotiques agace au plus haut point. Une chose sûre, ce n’est pas un livre à lire d’une traite, mieux vaut y picorer avec parcimonie pour éviter l’indigestion.

Une jolie plume, un grincheux misanthrope dans lequel je me suis parfois retrouvé, bref, voila un recueil que j’ai dégusté avec un évident plaisir.


L’effet postillon et autres poisons quotidiens de Julien Jouanneau. Rivages, 2014. 170 pages. 12 euros.





26 commentaires:

  1. Je pourrais m'y retrouver, je ne déteste pas non plus une bonne dose de mauvaise foi.

    RépondreSupprimer
  2. A découvrir par petitss bouts, oui, ça me dit (et je ne risque rien avec les olives, car je déteste)(donc je dois les enlever sur les pizzas, ah mon bon monsieur, chacun ses enquiquinements)

    RépondreSupprimer
  3. Réponses
    1. Voila, il faut le lire par petits bouts.

      Supprimer
  4. je crois que même avec parcimonie je vais bouder ce charmant monsieur à qui je dédie mon clafoutis aux cerises plein de noyaux ! ah ah ah ! Moi les emmerdeurs ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis certain qu'il aurait beaucoup de mal avec ton clafoutis !

      Supprimer
  5. Je vais le lire (surtout après ce que tu m'as dit de la toile cirée), mais est ce que j'aurai le courage de continuer mon blog après cela. il aura tout dit je le crains ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu DOIS absolument le lire, je crois qu'il a écrit ce petit livre rien que pour toi ;)

      Supprimer
  6. Les ronchons nous cernent -surtout quand il pleut- et j'avoue que je n'ai pas très envie de les retrouver dans les livres que je lis...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Celui-là est un ronchon comme on en croise rarement je pense.

      Supprimer
  7. Le début m'alléchait, mais j'avoue que j'ai du mal avec trop de mauvaise foi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il y a de la mauvaise foi mais pas que. C'est aussi par moments très pertinent (et drôle).

      Supprimer
    2. En effet, c'est aussi drôle et littéraire, enfin j'espère! :-)
      Julien Jouanneau

      Supprimer
  8. Au quotidien , on a souvent un ronchon dans notre entourage et souvent on l'aime beaucoup malgré tout .mais je n'augmenterai pas la dose avec ce livre sinon bonjours les dégâts.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je te comprends, à la maison c'est moi qui endosse souvent le rôle du ronchon alors cette lecture ne m'a posé aucun problème !

      Supprimer
    2. @ evalire Oh si vous pouvez justement, ça décompresse totalement. Et il ne s'agit pas de ronchonnage classique, c'est aussi très littéraire. :-)
      Julien Jouanneau

      Supprimer
  9. M'agacerait vite, le bonhomme, je crois. Précisément parce que je suis ronchonne aussi.
    Euh, laisser le noyau dans l'olive, c'est pas pour préserver le goût ? Comme le noyau de cerise dans le clafoutis, celui du pruneau dans le far breton ? Je dis ça, j'en sais rien, j'aime pas les olives ! ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est mieux pour le goût mais une fois le noyau en bouche, comme tu ne vas pas l'avaler, il faut s'en débarrasser. Et là, à part le cracher, même discrètement, dans ta main, par terre ou dans un cendrier, il n'y a pas 36 solution. Et toutes ces solutions sont inélégantes au possible, c'est ce qui agace le monsieur. Alors que sans noyau, pas d'emmerdement...

      Supprimer
  10. Merci à vous pour ce joli post. :-)
    Julien Jouanneau

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas de quoi. J'ai apprécié votre ouvrage, il aurait été dommage de ne pas le dire ;)

      Supprimer
  11. Oulala, trop de râleurs sur ma ligne de métro et pas trop envie d'un râleur de plus !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui mais là c'est un râleur écrivain ;)

      Supprimer
  12. Ronchon toi...? Allons, allons... je n'y crois pas une seule seconde ! ;-)
    Mais je lirai ce bouquin, en picorant comme tu dis, il a bizarrement atterri chez moi !

    RépondreSupprimer

Je modère les commentaires pour vous éviter les captcha pénibles de Google. Je ne filtre rien pour autant, tous les commentaires sans exception seront validés au plus vite, promis !