lundi 21 juillet 2014

La machine à influencer : une histoire des médias - Brook Gladstone et Josh Neufeld

« Nous avons les médias que nous méritons ». Voila comment se conclut ce foisonnant « essai graphique » (ben quoi, on parle bien de « roman graphique », j'ai le droit à mon néologisme, non?) retraçant l'histoire des médias aux États-Unis, de la guerre d'indépendance au conflit afghan en passant par la guerre de sécession, les deux guerres mondiales, le Vietnam et l'Irak. Mais le propos ne se limite pas au traitement médiatique des conflits. Brooke Gladstone décortique les pratiques journalistiques, leur influence, leur asservissement aux politiques et au monde de la finance. Pour autant, elle ne jette pas le bébé avec l'eau du bain, considérant que le problème vient avant tout du consommateur d'information, c'est à dire de nous : « nous avalons de plus en plus souvent l'info comme des fraises Tagada vautrés dans nos cybercanapés. Nous marinons dans un jus de pseudo-experts, assaisonné seulement des faits et opinion qui nous semblent acceptables. […] Et si les médias que nous choisissons nous abrutissaient aussi ? Et s'ils diminuaient notre capacité d'attention, attisaient nos bas instincts, érodaient nos valeurs, brouillaient notre jugement ? ».

A qui la faute si les JT sont aussi creux, anecdotiques ou hystériques ? Est-ce que les organes d'information doivent donner au public ce qu'il veut ou ce dont il a besoin ? Mais que veut le public ? De quoi a-t-il besoin ? Et existe-il un seul et unique public ? Cette question n'est qu'une parmi tant d'autres. L'ouvrage est pointu sans être indigeste. Toute la partie sur l'objectivité est passionnante, comme celle sur la censure ou les sondages, sans parler de la profonde réflexion sur les réseaux sociaux et le fait qu'aujourd'hui chacun de nous, grâce au net, peut être à la fois consommateur et producteur d'information. Et puis qu'on le veuille ou non, les médias nous influencent en permanence, même quand nous les critiquons ou que nous tentons de leur résister, Brooke Gladstone le démontre brillamment.

Graphiquement, Josh Neufeld (American Splendor), illustre avec simplicité et beaucoup de trouvailles visuelles un texte parfois très envahissant. Au final, La machine à influencer n'est pas un plaidoyer pro médias. Ce n'est pas non plus une charge virulente contre eux. L'analyse est beaucoup plus fine, dense, parfois ardue. Exigeante, quoi. Journalistique diront certain. Dans le sens le plus noble du terme.

La machine à influencer de Brook Gladstone et Josh Neufeld. Ça et là, 2014. 185 pages. 22,00 euros.




30 commentaires:

  1. Cela me semble en tout cas bien ambitieux ! La période couverte par cette album est... énorme !! En 180 pages, ont-ils le temps de réellement aborder leur sujet de façon... disons... objective ? Sans trop éluder ?
    Je connaissais Neufeld dont j'avais lu "A.D. - La Nouvelle-Orléans après le déluge". J'avais eu du mal, plus sur la forme comme sur le fond si mes souvenirs sont exacts. Du coup, je suis un peu sceptique sur celui que tu présentes.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Elle a dû faire des choix bien sûr mais je trouve que les exemples choisis illustrent parfaitement son propos. C'est une somme de travail considérable !

      Supprimer
  2. Tu me tentes pas mal, là, mais Mo a des bémols... A voir (en bibli)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si tu le trouves à la bibli, n'hésite pas.

      Supprimer
  3. Pour moi qui m'agace tous les jours à cause des médias qui font mal leur boulot (hypothèses plutôt qu'informations, choix de sujets antagonisants etc), cet ouvrage tombe à pic ! Je le note précieusement.

    RépondreSupprimer
  4. Le sujet semble intéressant mais un peu trop compliqué pour un été léger.
    Bonne journée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le sujet n'est pas léger en effet et le propos est très fouillé.

      Supprimer
  5. J'aime bien l'idée d'essai graphique.
    Cela m'a l'air bien dense et les sujets semblent assez pointus et je ne suis pas contre l'idée de le feuilleter avant de m'y plonger plus sérieusement.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dense et pointu, c'est exactement ça. J'ai mis beaucoup de temps pour le lire, il faut vraiment avoir le cerveau "disponible" pour en profiter au mieux.

      Supprimer
  6. Un histoire des médias français me conviendrait mieux en ce moment. Il y aurait déjà tellement à dire!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est un des reproches que l'on peut faire à ce livre, il très "américano-américain".

      Supprimer
  7. La conclusion ne peut être que bien sombre.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et bien pas tant que ça en fait. Elle est même plutôt optimiste je trouve.

      Supprimer
  8. J'avais justement eu une discussion récemment avec une amie blogueuse sur ce sujet et la toute-puissance des médias. J'affirmais que les médias étaient tous contrôlés par un groupe très restreint de personnes ce qui a pour conséquences la délivrance d'une info partielle et non objective. Mon amie était plus nuancée et soutenait que les médias en France sont assez libres. Pourtant un de mes amis historien et journaliste a lui-même fait les frais de ce cloisonnement des médias, il apportait un regard différent sur les événements liés au conflit entre l'Ukraine et la Russie ( il vit en Russie) et lorsqu'il a voulu postuler et revenir en France, on lui a clairement fait comprendre que ses prises de position le marginalisaient définitivement.
    Mais bon j'ai l'impression que cet essai graphique que tu présentes porte plus sur l'influence des médias sur le public que sur leur "contrôle" mais ça m'intéresse énormément tout de même. Je me jette dessus dès que je le vois !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as tout compris, on est beaucoup moins sur le contrôle des médias que sur l'influence qu'ils ont sur les consommateurs d'information.

      Supprimer
  9. J'avais hésité à demander ce titre chez Babelio. Il a l'air très intéressant.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Celui que j'ai eu chez Babelio m'a beaucoup moins plu que celui-là.

      Supprimer
  10. Très intéressant, je le lirais bien, mais ça m'a l'air assez touffu quand même, au vu de la planche.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est touffu, dense, pointu, bref, c'est du lourd !

      Supprimer
  11. Je suis très tentée par le sujet, travaillant en marketing, les médias sont une source d'influence non négligeable bien entendu et le bien pensant ou le choix de l'info à diffuser au grand public m'intéresse aussi. Bref je note, merci

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'espère que tu pourras le trouver à la bibliothèque, j'aimerais bien savoir ce que tu en penses.

      Supprimer
  12. Un livre qui pourrait beaucoup m'intéresser. Est-il également question du zapping des médias, c'est-à-dire du temps très court accordé à chaque info, délaissant le reportage pour l'actu qui fait le buzz ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce n'est pas un des aspects abordés, mais il y en a bien d'autres.

      Supprimer
  13. Trop dense et ambitieux pour mes neurones en vacances je pense... Malgré tout, le thème est intéressant !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est dense en effet. J'ai mis plusieurs semaines à le lire.

      Supprimer
  14. A voir le titre, je n'aurais pas cru que ce fut une BD.

    RépondreSupprimer
  15. C'est un doc-BD, pas vraiment une bd traditionnelle.

    RépondreSupprimer

Je modère les commentaires pour vous éviter les captcha pénibles de Google. Je ne filtre rien pour autant, tous les commentaires sans exception seront validés au plus vite, promis !