dimanche 22 juin 2014

Haut Vol - Olivier Bleys

Dans sa roulotte tirée par un cheval famélique, l'acrobate Samson Vaillant broie du noir. En cette fin de 19ème siècle, son numéro n'attire plus les foules et l'homme a bien du mal à nourrir sa famille. Samson est un colosse à l'épaule fragile, un hercule qui a grandi en apprenant à briser des chaînes et tordre des barres de fer. Venu à l'acrobatie sur le tard, il se rend compte, à 49 ans, que son corps n'a plus l'agilité d'antan. En dernier recours, il s'adresse à Tiburce Lefranc, imprésario à la réputation sulfureuse et âpre en affaires. Tiburce lui propose un numéro inédit de voltige aérienne à l'aide d'une montgolfière. L'affaire est tentante, la rémunération alléchante, mais l'exercice particulièrement périlleux...

Un roman qui sort des sentiers battus. Point d'autofiction, point de réflexion sur des couples en perdition, la maladie où les maux de notre époque. Un roman hors du temps et des modes. De la littérature populaire dans le sens noble du terme. Olivier Bleys décrit avec beaucoup de tendresse le monde du cirque traditionnel, celui des forains à roulotte, nomades dans l'âme. Son écriture, classique sans être ampoulée, est d'une grande sensibilité. C'est un régal de retrouver ici l'atmosphère des champs de foire d'autrefois, de se laisser emporter par les descriptions pleines de poésie du vent et de la pluie, de l'avancée brinquebalante de la roulotte sur les pavés et dans la boue.

Un roman d'ambiance, délicieusement suranné, hommage sincère aux saltimbanques, à leur mode de vie et à leur code d'honneur si particulier qui poussera Samson et les siens à constater avec amertume que l'on n'échappe pas à son destin. J'ai vraiment passé un excellent moment de lecture et je constate, après Concerto pour la main morte, qu'Olivier Bleys est décidément un auteur de talent aux registres multiples et à l'univers totalement insaisissable.  


Haut Vol d'Olivier Bleys. Gallimard, 2014. 212 pages. 18,00 euros.




30 commentaires:

  1. Ah mais oui, il y a autre chose que l'autofiction, le couple et le deuil en littérature française :-) Moi qui aime tant le roman historique, je trouve qu'en effet, il nous éloigne de tout ça et du quotidien. Je ne me suis pas encore réconciliée avec Olivier Bleys, mais tes billets vont bien finir par m'y pousser.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si tu veux lui redonner sa chance, je te conseille ce roman.

      Supprimer
  2. Tu as raison, ça fait du bien (même si j'évite beaucoup l'autofiction, les problèmes de couples, les deuils et tout ça...)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ça m'a complètement dépaysé ce traitement romanesque "à l'ancienne".

      Supprimer
  3. S'il me plaît de lire les thématiques chères à notre époque, je suis aussi de celles qui n'hésitent pas à lire ce genre de roman... Alors pourquoi pas ?

    RépondreSupprimer
  4. L'auto-fiction ça peut aller s'il y a un contexte extérieur fort autour, mais ce n'est pas souvent le cas. Un auteur qui explore d'autres mondes que le sien mérite l'attention :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour moi, c'est clairement un auteur qui mérite l'attention.

      Supprimer
  5. Une traversée en montgolfière ou dans une roulote au 19ème siècle, je suis plutôt preneuse ! Mais on dirait que c'est mélancolique... non ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non ce n'est pas trop mélancolique, c'est un hommage sans tristesse.

      Supprimer
  6. "délicieusement suranné", encore une fois tu sais trouver des mots qui donnent envie! ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Que veux-tu, j'aime bien quand c'est "délicieusement suranné".

      Supprimer
  7. Oui, je confirme, tu trouves les mots pour nous tenter... Je note

    RépondreSupprimer
  8. Je n'ai pas été transportée par son "concerto pour la maon morte".. je passe !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Han ! Pourtant il y a avait tout pour en ressortir dépaysé et transporté !

      Supprimer
  9. J'ai beaucuop aimé le Concerto pour la main morte et je me dis, à lire ton billet, qu'Olivier Bleys aime les univers un peu décalés, pittoresques, le monde du spectacle... je note ce titre avec joie !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est ça, il aime ce qui est décalé je crois.

      Supprimer
  10. Je le note car j'ai beaucoup apprécié Concerto pour la main morte. Le thème est original ici et j'ai hâte de découvrir ce qu'il en a fait ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et moi je n'oublie pas que c'est grâce à toi que j'ai découvert cet auteur.

      Supprimer
  11. J'ai adoré ce livre, les 200 pages se lisent presque d'une traite. Je le recommande vivement !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as raison, je l'ai presque lu d'une traite !

      Supprimer
  12. De cet auteur, j'avais lu un roman sur la construction de la tour Eiffel, qui m'avait bien plu.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'ai lu que ses deux derniers romans mais j'aimerai en découvrir de plus anciens.

      Supprimer
  13. Enchantée par son concerto, je sens que je pourrais aussi succomber pour ce roman qui a effectivement l'air "différent"...!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si tu as aimé le concerto tu devrais apprécier celui-là.

      Supprimer
  14. Cette petite plongée dans le passé me tenterait plutôt...

    RépondreSupprimer
  15. Ah que j'aime ton billet et comme je suis d'accord avec toi....oui décidément cet auteur semble toucher un peu à tous les registres (je me suis notée le concerto ...qui fait partie des pépites, si j'accroche à son style je passerai à celui-là)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je me demande ce que tu penserais du concerto...

      Supprimer

Je modère les commentaires pour vous éviter les captcha pénibles de Google. Je ne filtre rien pour autant, tous les commentaires sans exception seront validés au plus vite, promis !