mercredi 25 juin 2014

Blankets - Craig Thompson

Blankets, c’est le manteau de neige. Celui qui recouvre chaque hiver la petite bourgade du Wisconsin où a grandi Craig Thompson. Métaphoriquement, c’est aussi celui qui recouvre d’une chape d’ignorance et d’intolérance les familles ultra-chrétiennes du coin. Né dans une de ces familles, Thompson est élevé à coups de Bible, dans un environnement ultraconservateur n’autorisant aucune fantaisie. Ce pavé de 600 pages est l’autobiographie à peine romancée de son adolescence.  

A l’école, Craig est un élève dont la sensibilité à fleur de peau lui vaut d’être malmené par ses camarades. A la maison, son attirance pour le dessin et les activités artistiques est inacceptable. Dans un camp de vacances religieux (« Pendant une semaine, notre liberté cessait sous prétexte de partager, autour du Christ, des activités récréatives avec d’autres jeunes chrétiens »), il rencontre la belle Raina dont il va tomber amoureux fou. Avec elle il découvre la joie des plaisirs charnels mais aussi les remords et la culpabilité. Difficile de s’écarter des préceptes du Nouveau Testament quand on vous les inculque comme des mantras depuis l’enfance. Craig est mal dans sa peau, il ne parvient pas à s’affirmer dans un environnement violent, dans cette Amérique profonde repliée sur elle-même. Il se cherche, supporte difficilement la transformation de son corps (« je n’admettais pas que l’âme enfermée dans mon corps d’enfant puisse être transplantée dans un corps grotesque d’adolescent ») et parvient à couper le douloureux cordon le liant à sa communauté en partant pour la ville peu après son vingtième anniversaire.

Récit d’initiation, histoire d’amour, confidence autobiographique aux vertus cathartiques, Blankets est une œuvre colossale dans tous les sens du terme, aussi intime que pudique. La capacité de Craig Thompson à se dévoiler aussi subtilement est absolument remarquable. Visuellement son noir et blanc est d’une rare élégance et les trouvailles graphiques disséminées au fil des pages, notamment pour retranscrire les émotions, montrent à quel point ce dessinateur peut faire preuve d’inventivité.

Que du positif donc. Sauf que je m’attendais à être totalement bouleversé par cet album et que ça n’a pas été le cas. Je n’ai pas été touché par l’histoire, je n’ai développé aucune empathie pour le personnage, me contentant de voir les choses de loin, avec un certain détachement. Peut-être est-ce trop autofictionnel, peut-être que les trop nombreuses (et pourtant indispensables) références religieuses ont fini par me lasser. J’ai du mal à analyser le pourquoi du comment mais je ne peux pas me mentir et crier au chef d’œuvre alors que je me suis pas mal ennuyé au cours de cette lecture. Une question de ressenti avant tout car en en ce qui concerne la qualité du travail de Craig Thompson, il n’y a vraiment rien à redire.

Blankets de Craig Thompson. Casterman, 2012 (édition spéciale à l’occasion des 10 ans de la collection « Écriture »). 590 pages. 29,50 euros.

Les avis de Bouma, Canel, DidiMango, Mo', Moka, Noukette, Valérie









45 commentaires:

  1. Dommage... J'ai été beaucoup plus emballée que toi. J'ai aimé la façon dont il transmet les sentiments intenses du premier amour. Et, comme toi, j'ai adoré les dessins noir et blanc.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je m'attendais à être emballé pourtant.

      Supprimer
  2. Bon, je le note ou pas ? Je vais voir si la bibliothèque l'a.
    Bonne journée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si, il faut que tu le notes, c'est un incontournable.

      Supprimer
  3. Ben alors mon comm n'est pas passé? Blogspot, le retour du bug...
    Bon, je disais, pas d'urgence, de toute façon ce livre est dans mes deux biblis (j'ai bien dit deux ^_^)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il est dans toutes les bibliothèques dignes de ce nom, pas possible autrement !

      Supprimer
  4. Il fait partie des albums qui m'ont le plus touchée, de ceux qui m'ont enfin fait aimer la BD. Les réactions ne peuvent pas toujours être unanimes mais j'encourage quand même Sandrine à noter ce titre! Il le mérite. Bonne journée, Jérôme!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je l'encourage aussi et je comprends que l'on puisse être profondément touché par cet album et cette histoire.

      Supprimer
  5. Je fais partie des convaincues. Mais je t'aime suffisamment pour accepter nos différents ressentis.
    Tu liras tout de même Habibi dis ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Franchement ? Je ne sais pas si je lirai Habibi...

      Supprimer
  6. Ce que tu reproches à Blankets, je le reproche moi à Habibi. C'est superbe et fouillé mais ça ne m'a pas touchée. Blankets par contre, si.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Voila qui ne m'encourage pas à lire Habibi...

      Supprimer
  7. 600 pages de BD...pour moi c'est à la limite de 4ème dimension...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je comprends que pour toi ce soit un défi impossible à relever !

      Supprimer
  8. je l'ai lue il y a quasi 10 ans, et c'était un méga coup de coeur...il faudrait que je la relise, pour voir si mes impressions ont changé

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est un méga coup de cœur pour beaucoup de monde.

      Supprimer
  9. Tiens, je pourrais reprendre le commentaire de Valérie ... sauf que j'ai rapidement arrêté la lecture de "Habibi".
    "Blankets" m'avait beaucoup plu, en revanche (malgré les références religieuses). Mais bon, les BD, comme les romans, nous "parlent" ou pas ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Voila, ça nous parle ou pas. Et là je suis un peu resté de marbre on va dire...

      Supprimer
  10. Pour moi un vrai coup de coeur !

    RépondreSupprimer
  11. Mince ! Un roman graphique phare pour moi. Vas-tu lire Hadibi ?

    RépondreSupprimer
  12. Une des toutes premières BD chroniquées que le blog, et un coup de coeur à l'époque. Je n'ai pas le souvenir d'avoir été gênée par l'omniprésence de la religion je dois dire...
    Me reste à lire Habibi... Il prend la poussière le pauvre...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ben alors, tu n'as pas d'excuse pour le laisser prendre la poussière si tu as tant aimé Blankets.

      Supprimer
  13. Bonsoir,
    et bien pour ma part j'ai tellement aimé Habibi !
    Les dessins de Craig Thompson sont si beaux ♥ J'avais noté à l'époque ce titre et je le lirais c'est sur.
    Quand ah ben ça c'est inconnu...
    Bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le lien sur mon blog :
      http://imagimots.blogspot.fr/2012/07/habibi-de-craig-thompson.html

      Supprimer
    2. Je m'empresse de rajouter ton lien ;)

      Supprimer
  14. Tu as peut-être vu trop d'avis positifs sur ce titre. Du coup, ton degré d'attente devait être assez important (enfin j'imagine ^^)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai que j'en attendais beaucoup. Trop sans doute...

      Supprimer
  15. Les références religieuses, ça a aussi été le too much, pour moi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On devrait pouvoir faire abstraction de ce genre de choses mais ça a été plus fort que moi.

      Supprimer
  16. Je ne sais pas encore si je le lirai mais l'épaisseur m'effraie.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il faut le lire par étape, impossible de l'engloutir d'un seul coup selon moi.

      Supprimer
  17. Comme tu le soulignes, une oeuvre colossale. Un très bon souvenir de lecture d'hiver (je me souviens encore après des années l'ambiance de cette bd, c'est rare).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai que l'ambiance hivernale est parfaitement rendue, je ne peux pas le nier.

      Supprimer
  18. Je commencerai déjà par Habibi qui attend dans ma PAL.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ça peut-être une bonne option de commencer par Habibi.

      Supprimer
  19. J'avais été complètement bouleversée par "Blankets", j'ai même eu du mal à me remettre de certaines scènes. Et le dessin est tellement, tellement beau... Comme Valérie, j'ai autant aimé "Habibi" mais ai été moins happée, moins émue. Mais ce type est quand même SUPER FORT !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis d'accord, il est super fort et son dessin est magnifique. Pour le reste...

      Supprimer
  20. J'ai eu le même sentiment que toi : cette BD n'a pas réussi à me toucher !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je me rends compte que l'on est plusieurs dans ce cas, ça me rassure.

      Supprimer
  21. Me suis toujours demandée si j'aurais un coup de coeur avec Blankets qui suscite tellement d'enthousiasme. Je pense que j'aimerais, que je serai impressionnée par le travail de l'auteur, mais je pressens que ce ne sera pas le coup de coeur non plus. Je me trompe peut-être. Curieuse de ton avis sur Habibi maintenant.^^ Je suis passée à ça du coup de coeur mais quand même, quelle histoire, quelle oeuvre magistrale !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On ne peut qu'être impressionné par le travail de Craig Thompson mais ça ne débouche pas forcément sur un coup de cœur. Quant à Habibi, je ne sais pas si je le lirai un jour...

      Supprimer
  22. C'était mon premier roman graphique et un gros coup de coeur! Pour rebondir sur ce que tu disais chez moi concernant Habibi, puisque le graphisme de Blankets t'a plu et que c'est surtout l'histoire trop autofictionnel qui t'a déplu, tu peux peut-être quand même tenter son dernier ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je sais qu'il n'y a rien d'autofictionnel dans Habibi mais j'hésite quand même à me lancer. Un jour peut-être...

      Supprimer

Je modère les commentaires pour vous éviter les captcha pénibles de Google. Je ne filtre rien pour autant, tous les commentaires sans exception seront validés au plus vite, promis !