vendredi 19 février 2016

Les cahiers d’Esther : Histoires de mes 10 ans - Riad Sattouf

Autant vous le dire d’emblée, je kiffe Esther. Grave.

Elle a 10 ans et est en CM1 dans une école privée (parce que son père pense qu’il y a trop de violence dans les écoles publiques). Son père, elle l’aime d’amour (et ça, ça me plait énormément !). Avec son frère de 14 ans, c’est plus compliqué (« Il n’a pas seulement l’air con, il l’est »). Esther vit à Paris dans un modeste appartement. Elle doit partager sa chambre avec son frangin et part en vacances en colo. Esther, elle est fraîche et pétillante, c’est une gamine bien dans sa peau, à la fois naïve et lucide, qui ne se prend pas la tête et ne se laisse pas marcher sur les pieds. Elle trouve que les garçons sont fous, horribles et méchants, elle rêve d’un iPhone 6, est fan de Kendji Girac, Tal et Beyoncé. Elle pourrait regarder Raiponce en boucle et connaît tous les Disney par cœur. Son avenir est tracé, elle sera chanteuse et remplira les stades. Une gamine comme les autres quoi.

L’album regroupe des historiettes d’une page prépubliées dans l’Obs entre octobre 2014 et octobre 2015. Esther se raconte. A la maison, à l’école, avec son frère, son père, ses copines. En feuilletant l’album avant de m’y lancer, j’ai tiqué devant la surcharge de texte présente sur chaque planche. Mais à la lecture, ça passe tout seul. Esther est une fille, donc elle est bavarde, rien de plus normal (je sais de quoi je parle, j’en ai quatre à la maison).

Bon, je vais être un peu méchant. Je n’ai pas pu m’empêcher de comparer Esther avec Pico Bogue (je ne sais pas si vous connaissez et si vous aimez Pico Bogue mais je sais que vous aimez bien quand je suis un peu méchant). Esther et Pico posent chacun leur regard d’enfant sur le monde qui les entoure. Celui de Pico m’agace fortement. J’ai lu tous ses albums (pour me convaincre à chaque fois que ça ne pourrait jamais coller entre lui et moi). Ses réflexions poético-philosophiques ne me touchent pas du tout. En fait je suis incapable d’apprécier ces mots d’auteurs mis dans la bouche d’un enfant, je trouve que tout sonne faux.

Avec Esther le charme opère parce qu’elle s’exprime à hauteur de petite fille. Une petite fille pas avare de gros mots, confrontée à un environnement souvent vulgaire, violent et cruel, mais dans lequel elle a trouvé sa place. Elle se demande ce qu’est un pédé, trouve que Violetta est la meilleure série du monde, côtoie des renois et des rebeus, pense que pour être belle il faut être souple et blonde, j’en passe et des meilleurs. En deux mots, elle est crédible (prends en de la graine Pico !).

La vie d’Esther sonne juste parce que Riad Sattouf a recueilli le témoignage à la source. Esther est la fille d’un couple d’amis .Chaque semaine, il échange avec elle, lui pose des questions, la laisse raconter les événements qui l’ont marquée. Avec ce matériau brut, il construit ses histoires au plus près de la réalité. Comme ses camarades de classe, Esther ne s’embarrasse pas de jugement, ni de la peur de blesser. La méchanceté gratuite ne la choque pas, ni le fait qu’une cour de récré se résume souvent à un clivage entre gros durs et souffre-douleurs. Son regard innocent et sans filtre, fortement (et logiquement) imprégnée par la société qui l’entoure, dresse au fil des pages le portrait infiniment juste d’une enfant de notre époque. Et ça fait un bien fou, même si ça pique un peu parfois.

Les cahiers d’Esther : Histoires de mes 10 ans de Riad Sattouf. Allary éditions, 2016. 54 pages.

Une lecture commune que j’ai le plaisir de partager avec Framboise et Philisine (merci pour le cadeau et, une fois encore, félicitations pour la bonne nouvelle que tu m’as annoncée en début de semaine !).








51 commentaires:

  1. Après l'Arabe du futur, je continuerais bien avec Riad Satouff. Il va y avoir une suite à celui-ci ? Je me suis embarquée à acheter la série de "L'arabe du futur" mais je ne vais peut-être pas faire de même avec celle-ci.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il aimerait suivre Esther jusqu'à ses 18 ans ans, il devrait donc y avoir d'autres tomes.

      Supprimer
  2. De mon côté, j'aime beaucoup l'humour de Pico alors je ne suis pas sûre d'apprécier celui d'Esther :P
    (vous allez finir par avoir raison de moi... il faudrait qu'avant la fin de l'année, je sorte de mes préjugés. J'avais eu le tort de commencer ma découverte de Sattouf par "Pascal Brutal"...)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mochéwie, moi aussi j'aime bcp Pico, il me fait bien rigoler tu sais ;-) c'est pourquoi, avec certitude, je peux dire, fonce chérieeeeee, FONCE ! Riad est pour toi, je le sais, je le sens, je le ....
      Sinon Jérôme, aime bcp ton billet et aime encore plus que tu aimes Esther et Riad ;-) Grand merci pour cette délicieuse lecture commune et grand baiser <3

      Supprimer
    2. Elle va relire Riad, Mo, de gré ou de force :p

      Supprimer
  3. C'est exactement cela : l'honnêteté à l'état pur et oui, Riad Sattouf nous sort tout brut de décoffrage. J'ai mis du temps à m'installer chez Esther mais je me suis fait avoir malgré moi : et cela, c'est assez fort et totalement réjouissant !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis d'accord, c'est grisant de se laisser emporter de la sorte !

      Supprimer
  4. et merci pour la spéciale dédicace qui me touche ! Grosses bises

    RépondreSupprimer
  5. Bon, Jérôme, merci, tu as mis le doigt sur ce qui m'agace chez Pico Bogue (qui ne me fait pas rire, ce gamin sentencieux moyennement sympa, je l'ai lâché rapidement)(en tant qu'adulte je ne le supporterais pas dans mon environnement)
    Alors que Esther, découverte en fin d'Obs, j'aime!

    RépondreSupprimer
  6. Je pense que je vais kiffer Esther !!! C'est marrant, je n'ai jamais accroché avec Pico Bogue non plus, alors qu'on me l'avait vendu comme un nouveau Calvin et Hobbes. En effet ses réflexions ne sont pas crédibles...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour moi Pico n'arrive pas à la cheville de Calvin et Hobbes :)

      Supprimer
  7. lecture prévue je ne sais quand. J'adore Pico mais je me retrouve dans ta critique, j'ai aussi toujours trouvé qu'il était bien trop mûr pour un gamin et ça en devient presque insolent et malsain parfois.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais oui, malsain, c'est ça, tu as trouvé le mot juste !!!!!

      Supprimer
  8. Là, je mets tout de suite de côté mon peu d'appétence pour la BD, et je me note ces Cahiers qui m'ont l'air formidablement fins, intelligents et plaisants à lire !

    RépondreSupprimer
  9. je l'ai feuilleté et déjà bien aimé ; Cet auteur a beaucoup de talent.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce n'est pas moi qui vais te contredire !

      Supprimer
  10. Depuis Pascal Brutal que j'ai vraiment détesté je n'ai jamais retenté Riad Sattouf mais là, tu es très convaincant...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il ne faut pas s'arrêter sur un échec ;)

      Supprimer
  11. Pico Bogue n'est ni blond ni souple, je n'vois que ça.

    Super billet, on ne peut plus passer à côté de la pétillante Esther!

    RépondreSupprimer
  12. Je le veux depuis sa parution évidemment ! Mais faut sérieusement que j'avance dans ma PAL avant de me donner le droit d'acquérir d'autres livres, ce ne serait vraiment pas raisonnable sinon.:-)

    RépondreSupprimer
  13. J'adore cet auteur à l'humour décapant...

    RépondreSupprimer
  14. Je n'ai pas encore lu des Bd de Riad Sattouf. Mais ça ne tardera pas.
    Et moi j'aime beaucoup Pico et sa sœur Anna Anna. Je ne sais pas sur le fond mais les dessins à l'aquarelle de Pico sont vraiment de toute beauté et à priori le dessin de Riad Sattouf me charme moins...
    Bises et bon WE

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je reconnais que niveau dessin, celui de Pico est plus "esthétique" ;)

      Supprimer
  15. Et voilà ma WL va encore augmenter :p

    RépondreSupprimer
  16. Alors moi j'aime beaucoup Pico ! mais j'essayerai bien Esther quand même ...

    RépondreSupprimer
  17. Ca fait envie et ça plairait certainement à ma fille aussi, je note.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi aussi je vais le proposer à ma fille.

      Supprimer
  18. Je le note ton plaisir est contagieux

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aime quand mon plaisir est contagieux ;)

      Supprimer
  19. Ah mais je croyais que tout le monde aimait Pico Bogue (pas trop ma tasse de thé non plus mais j'osais à peine le dire).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il ne faut pas hésiter à dire ce que l'on pense tu sais ;)

      Supprimer
  20. A tenter pour me "réconcilier" avec Rias Sattouf. :)

    RépondreSupprimer
  21. Hou HOU, le p'tit Duc n'a pas accroché mais qui sait si un jour touché par une de ses productions... Merci, @ Bientôt, Grybouille

    RépondreSupprimer
  22. Moi je kiffe Pico, grave ! Cela dit, rien ne dit que je n'aimerais pas cette gamine qui ressemble quand même furieusement à mes mômes et à mes élèves... L'un n'empêche pas l'autre ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'un n'empêche pas l'autre, non. Et cette Esther, tu risques fort de croiser ton chemin un jour, c'est moi qui te le dis :p

      Supprimer
  23. Elle m’a l’air attachante comme tout cette petite Esther, trop envie de la découvrir! Ça me fait craquer aussi qu’elle aime son papa avec tout cet amour! « Quatre filles à la maison ».... :D

    RépondreSupprimer
  24. Je le veux ! Vite vite vite ! :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ça ne m'étonne pas, tu es une femme de goût ;)

      Supprimer

Je modère les commentaires pour vous éviter les captcha pénibles de Google. Je ne filtre rien pour autant, tous les commentaires sans exception seront validés au plus vite, promis !