mercredi 10 février 2016

Alvin - Dillies et Hautière

Ne pas comparer l’incomparable. C’est avec ce leitmotiv en tête que je me suis lancé dans ce diptyque reprenant l’univers du chef d’œuvre Abélard. Ne pas comparer l’incomparable pour éviter toute déception, car il m’apparaissait évident avant le coup qu’Alvin ne pourrait pas rivaliser avec le poussin rêveur et cueilleur d’étoiles qui avait fait fondre mon petit cœur tout mou.

Ce postulat de départ posé, j’ai pu retrouver avec plaisir Gaston, l’ours bougon compagnon de route d’Abélard. Un Gaston mélancolique, travaillant comme manœuvre sur des chantiers et noyant son blues le soir venu dans un bar où il retrouve la jolie Purity, avec laquelle il passe quelques moments d’intimité tarifée. Avant de succomber sous les coups d’un client aviné, la belle demande au plantigrade de s’occuper de son fils Alvin. Prendre soin d’un gamin teigneux et turbulent n’ayant pas sa langue dans sa poche n’enchante pas vraiment Gaston, mais une promesse est une promesse. L’assistance publique ne voulant plus du garnement, l’adoption par un riche couple tournant au fiasco, Gaston se résout à ramener l’enfant dans le village natal de sa mère, dans le sud profond.

J’avoue que je n’ai pas vraiment su par quel bout prendre cette histoire. D’abord un peu déçu par le manque d’originalité du duo Gatson/Alvin. Le père malgré lui à la froideur de façade qui a en fait un cœur gros comme ça et le gosse pénible mais finalement touchant et fragile, cela m’a paru un poil stéréotypé et manquant de subtilité (ne pas comparer, ne pas comparer, ne pas comparer…). Manque de subtilité encore dans le second tome dénonçant les méfaits d'un discours pseudo-religieux alimentant la haine ordinaire et la stigmatisation d’une population (les « emplumés à bec ») considérée comme inférieure et dégénérée. Le parti pris est certes limpide mais il manque cruellement de nuance. Dernier détail qui m’a gêné, une happy end bien trop mielleuse à mon goût, surtout après l’émotion tragique de la fin d’Abélard (punaise, on a dit qu’on ne comparait pas !!!!!!).

Reste (encore heureux !) de nombreux points positifs. Le fabuleux dessin de Renaud Dillies, offrant une humanité débordante aux animaux qu'il met en scène, son jeu sur les couleurs, ses gros plans si explicites, ses trouvailles graphiques pleines de charme, sa capacité à rendre expressif le moindre silence, etc. Et cette poésie qui surgit du chapeau d'Abélard dont Gaston a hérité, la tendresse et l'émotion jamais surjouées, des séquences magnifiques où le dessin et les dialogues s'unissent parfaitement... bref, le plaisir de lecture est là et bien là, ça ne fait aucun doute.

Un diptyque que je conseille donc plus que fortement malgré mes bémols, c'est une évidence (et pas un mot de plus sur Abélard, non mais !).
  

Alvin T1 : L’héritage d’Abélard de Dillies et Hautière. Dargaud, 2015. 56 pages. 14,00 euros.
Alvin T2 : Le Bal des Monstres de Dillies et Hautière. Dargaud, 2016. 56 pages. 14,00 euros.

Une lecture commune que je partage avec Mo et Noukette. Je ne pouvais rêver meilleure compagnie pour suivre les traces d'Alvin et Gaston.





36 commentaires:

  1. Je passe juste ici pour te dire bonsoir... Et te dire que je te relirai vraiment, plus tard. Mais je sais que tu me comprendras.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bien sûr que je te comprends. Et je sais aussi que tu l'as lu maintenant ;)

      Supprimer
  2. Sans comparer, je lirai plus volontiers Abelard.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il faut commencer bpar là de toute façon ;)

      Supprimer
  3. Ne pas comparer, ne pas comparer... Difficile tout de même quand on sait que 1/ c'est le même duo d'auteurs, 2/ et donc le même dessin, les mêmes couleurs, 3/ le même monde (et même Gaston est là)... et ce chapeau !!
    Oui, je suis bien d'accord : c'est beau mais un peu fade (comparé à Abélard ^^)

    RépondreSupprimer
  4. Je me procure le tome 2 très vite....
    Un univers graphique qui me plait.

    RépondreSupprimer
  5. Réponses
    1. Ben alors, qu'est-ce que tu attends ? ;)

      Supprimer
  6. Moi g adoré !
    Suis une romantique et pis c'est tout, et la fin a fait grand bien à mon ptit cœur tout mou !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La fin... je ne l'ai pas ressentie comme toi on va dire ;)

      Supprimer
  7. Tss... Alvin n'est pas Abélard et, je le répète, tant mieux...! Les auteurs peuvent continuer à écrire autour d'Abélard autant qu'ils le veulent, moi je suis preneuse... Je rêverai par exemple d'un diptyque centré sur Gaston maintenant...!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un nouveau diptyque, je suis tenté de te dire pourquoi pas ;)

      Supprimer
  8. Je viens de recevoir le 1... et j'ai hâte de m'y plonger après la lecture de vos billets. Je ne pourrais pas comparer avec Abélard que je ne connais pas encore...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Finalement ce n'est pas plus mal de ne pas pouvoir comparer.

      Supprimer
  9. Je n'ai lu ni Abélard ni Alvin mais à force de les voir chez vous ça donne envie :0)

    RépondreSupprimer
  10. J'ai adoré Abelard moi aussi. Je ne mettrai pas la barre trop haut pour Alvin, en espérant ne pas être trop déçue.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne pense pas que tu seras déçue au final.

      Supprimer
  11. Si je dois craquer pour une BD dans les mois à venir (tu constates ma consommation de décroissante en la matière^^) ce sera pour Abélard... mais j'aime lire tes billets BD ! ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Asphodèle. Et à choisir, je te confirme qu'Abélard est LA priorité.

      Supprimer
  12. Bon, faudrait déjà que je découvre ce fameux Abélard je pense. Ça pourrait bien me plaire je pense !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je le pense aussi, très, très fortement !

      Supprimer
  13. J'ai découvert Alvin en recevant le premier tome à la librairie. Ouvrant au hasard et émerveillé par le trait et les couleurs, je l'emporte chez moi et le dévore, des étoiles dans les yeux et dans la tête.
    Je le vends notamment à une jeune cliente à qui je demande la fois d'après si elle a aimé. Forcément elle a adoré et m'annonce qu'elle a emprunté Abélard à la bibliothèque et que c'est magnifique aussi.
    Moi "hein ?! Quoi ?! Avant Alvin, y'avait déjà quelque chose ?! Et j'étais pas au courant ?!"
    Et donc moi de commander derechef les deux tomes d'Abélard et de n'avoir donc pas été déçu par Alvin découvert avant. Mais tout de même un peu par la fin du tome 2 qui vient d'arriver, comme toi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et Abélard, tu l'as lu ? Tu vas le préférer je pense.

      Supprimer
  14. Avec toi je vais me faire un stock de BD incroyable ;)

    RépondreSupprimer
  15. Bon, il faut que je commence par Abélard ;-)

    RépondreSupprimer
  16. Tant pis pour les bémols je veux les deux quand même.

    RépondreSupprimer
  17. Quand j'aurai besoin de suggestions de Bd à lire, je saurai ou venir cogner... ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aurai quelques titres à te donner, pas de souci ;)

      Supprimer

Je modère les commentaires pour vous éviter les captcha pénibles de Google. Je ne filtre rien pour autant, tous les commentaires sans exception seront validés au plus vite, promis !