mardi 2 février 2016

Le premier mardi c'est permis (45) : Contes libertins du Maghreb - Nora Aceval

« Je les entends, les femmes de Nora Aceval, ses sœurs et ses cousines, ses tantes et ses amies des Hauts-Plateaux. Elles racontent dans leur langue, libre, libertine, défiant les interdits entre rires et exclamations heureuses, les audaces des femmes qu’elles seraient dans la clandestinité, qu’elles sont ? […] Séquestrées, sous haute surveillance nuit et jour, leur virginité jalousement gardée par la tribu intraitable, mariées à des vieillards ou à des avares, convoitées par des Tolbas (religieux) concupiscents et fourbes, leur imagination ne connait pas de limites. Elles inventent les fictions les plus folles, les plus extravagantes, efficaces toujours. Pour elles, l’amour de l’amour triomphe, pour les amants, ils répondent dans un bel élan viril au désir des femmes, pour les maris, ils sont convaincus de l’innocence de l’épouse… » (Leila Sebbar)

Une belle rencontre au salon du livre de Creil en novembre dernier. Nora Aceval et Leïla Sebbar derrière la même table, devant elles quelques ouvrages dont celui-ci. L’une y a retranscrit des contes licencieux collectés auprès de femmes nomades et paysannes des Hauts-Plateaux maghrébins, l’autre en signe la préface. La discussion s’engage, Nora m’explique comment elle a recueilli ces contes transmis par les femmes entre elles de génération en génération. Une forme d’oralité pleine de grivoiserie mais pas uniquement, où affleure souvent une critique sociale, politique et religieuse. Chaque année elle arrive dans les villages avec son petit magnéto pour les enregistrer « à la source ». Et chaque année les femmes accourent pour lui en raconter de nouveaux, tout en s’étonnant qu’elle fasse le voyage de France  pour « des histoires si désuètes ». Nora tient à cette collecte, la sauvegarde de ce répertoire s’apparentant pour elle à un devoir de mémoire.

Le livre est superbe, magnifié par les dessins à l’encre de Chine de Sébastien Pignon. Chaque conte fait deux ou trois pages. Dans ces contes, les femmes sont volages, elles usent et abusent de stratagèmes pour tromper leur époux, pour attirer à elles celui qu’elles désirent, pour cacher la perte de leur virginité avant le mariage. On y croise des femmes à « la vulve heureuse », des femmes faussement naïves menant les hommes par le bout du nez, des femmes délurées, des femmes rancunières. Certains textes sont très drôles (« La bougie »), d’autres donnent dans la fable à la morale savoureuse. C’est léger et joyeux, étonnant et audacieux. Un régal.


Contes libertins du Maghreb de Nora Aceval. Éditions Al Manar, 2008. 110 pages. 18,00 euros.













34 commentaires:

  1. Oh mais c'est un petit bijou que tu nous as déniché ici...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je reconnais que c'est une belle trouvaille ;)

      Supprimer
  2. Rhooooooo Leila Sebbar qui en signe la préface ! Conquise je suis ! Merci pour cette belle découverte ;-)
    mille bises coquines ;-)

    RépondreSupprimer
  3. Réponses
    1. Le hasard fait parfois bien les choses ;)

      Supprimer
  4. c'est agréable de se dire que la vie sous toutes ses formes palpite sous tous les climats, les civilisations, les traditions et les religions.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai, et il est important d'en rendre compte.

      Supprimer
  5. je ne commente jamais les "mardi c'est permis" parce que ce n'est pas ma tasse de thé, mais là, le contexte est très intéressant !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce n'est pas tout à fait un mardi comme un autre ;)

      Supprimer
  6. Des femmes à la vulve heureuse... Waouh, c'est si joliment écrit et avec les dessins à l'encre de chine, cela me semble à un beau livre, au sujet, ma foi, fort passionné.

    RépondreSupprimer
  7. la discussion a eu l'air d'être sympa :) (mais bon je passe mon tour aussi :D )

    RépondreSupprimer
  8. Moi j'aime déjà ces femmes qui bravent la fausse morale et la pondibonderie de ces hommes enlisé dans un obscurenrisme qui doit leurs rendre la vie bien triste. Alors vive "le mardi c'est permis" !

    RépondreSupprimer
  9. Exactement comme Violette, en ce qui me concerne.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai fait une bonne pioche alors ce mois-ci ;)

      Supprimer
  10. Intéressant cette collecte de contes (imm)oraux.:-) Je pourrais presque me laisser tenter. Presque.

    RépondreSupprimer
  11. Je ne suis pas étonnée que tu aies réussi à nous dénicher un tel bijou...

    RépondreSupprimer
  12. J'adore l'idée de recueillir la memoire des femmes sur ce genre de sujet - c'est si rare :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ça ne doit pas être très courant, c'est vrai.

      Supprimer
  13. Amusante "l'histoire" de ce livre et ce besoin de consigner ces récits oraux. La démarche me plaît en tout cas

    RépondreSupprimer
  14. Quand les femmes se racontent... Coup de coeur pour celui-ci! Quelle chance de l'avoir entre les mains et d'avoir pu faire cette rencontre au salon du livre...! :D

    RépondreSupprimer
  15. Le libertinage et les femmes du Maghreb, en voilà un livre original ! Et si en plus le contenu est à la hauteur, quoi demander de mieux ?
    Belle trouvaille, bravo

    RépondreSupprimer

Je modère les commentaires pour vous éviter les captcha pénibles de Google. Je ne filtre rien pour autant, tous les commentaires sans exception seront validés au plus vite, promis !