mardi 3 novembre 2015

Le premier mardi c'est permis (42) : La femme de papier de Françoise Rey

Drôle de destin que celui de ce livre devenu un classique de la littérature érotique contemporaine alors que les lettres qu’il contient n’étaient au départ pas vouées à être publiées.

Françoise Rey s’adresse à son « amour interdit » à travers une succession de missives torrides, inventant les situations les plus échevelées pour le titiller. Le portrait brossé de l’amant est des plus flatteurs, « une imposture » comme elle le reconnaît, mais une imposture nécessaire pour rendre chaque épisode toujours plus excitant. Lorsqu’elle avoue sa tromperie à son mari et lui faire lire les lettres, il lui rétorque : « J’ai lu ton ramassis. C’est de la merde. Tu enverrais ça à un éditeur, il te rirait au nez. » Et c’est parce qu’elle l’a pris au mot que ce « ramassis » est devenu un incroyable succès, tant critique que commercial.

Pour être honnête, tous les chapitres ne m’ont pas émoustillé. Celui où elle lève un gamin de 15 ans dans un bar, celui avec le travesti (!), la partie SM avec des crayons (!!) ou le délire scatologique (!!!) ont été difficile à avaler. Mais à coté de cela, il y a des passages d’une sensualité et d’un érotisme inouïs, un vocabulaire incroyablement riche pour dire les choses du sexe, une langue à la fois belle et crue derrière laquelle, malgré les apparences, on sent beaucoup de pudeur.

Alors oui, l’entreprise peut paraître servile, notamment en ce qui concerne la place de la femme par rapport à la toute puissance d’un homme lui imposant ses désirs, le plus souvent par la force. Mais les situations relèvent de la pure fiction, de l’exagération, et ces lettres représentent avant tout la manœuvre d’une femme follement éprise voulant faire plaisir à celui qu’elle aime. L’épilogue est d’ailleurs, par contraste avec ce qui précède, d’une sincérité et d'une intensité bouleversantes.

Un premier roman provocant, obscène et surtout hautement littéraire. Incontournable pour tout amateur d'érotisme qui se respecte.

Un dernier mot pour souligner la qualité de cette édition enrichie d'illustrations d'Alex Varenne, d'une postface et d'un passionnant entretien avec Françoise Rey.

La femme de papier de Françoise Rey. La Musardine, 2015. 270 pages. 18,00 euros.

Une lecture commune que j'ai le plaisir de partager comme chaque mardi ou presque avec Noukette. Pour le coup, on est loin d'une pépite jeunesse mais c'est l'occasion de prouver s'il en était encore besoin que l’éclectisme nous va comme un gant.



Plein d'autres lectures coquines chez Stephie,
parce qu'aujourd'hui c'est permis !









22 commentaires:

  1. Un peu de chaleur dans ce mardi si moche et pluvieux, voilà qui vient à point nommer ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. De la chaleur, il y en a, tu peux me croire !

      Supprimer
  2. Plus que ravie d'avoir partagé cette lecture si particulière pour moi avec toi... Nos avis se rejoignent, comme souvent. Tu le découvres, je le redécouvres... Et ce roman mérite qu'on en parle à nouveau... Un joli mardi tiens ! ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un joli mardi, on est d'accord. Et nos se complètent, même si nos sensibilités sont forcément différentes.

      Supprimer
  3. A la bourre pour le rendez vous ce mois ci ... je viens seulement de commencer ma lecture ! merci pour ce rappel

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'espère que tu es tombée sur une bonne pioche ;)

      Supprimer
  4. Ce sera ma lecture du mois prochain !

    RépondreSupprimer
  5. Le mot obscène me fait un peu peur. Même si c'est une notion hautement subjective.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Voila. Chacun pourra ressentir ces lettres de manière différente.

      Supprimer
  6. J'ai lu un autre livre de F. Rey et j'ai bien aimé l'écriture. Effectivement j'ai appris plein de nouveaux mots pour nommer le sexe masculin comme "GLAIVE"

    Pffftt n’exagérons rien ! ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Glaive, oui, c'est exagéré. En ce qui me concerne, j'en reste au coutelas :p

      Supprimer
  7. Je ne pense pas que ce livre est pour moi ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est quand même très particulier, je le reconnais.

      Supprimer
  8. Réponses
    1. Toi, tu ne veux même pas prendre la peine de lever ton bouclier :p

      Supprimer
  9. Est-ce que l'histoire dit si elle a quitté son mari? Parce que lui, il ne fait pas dans le littéraire...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Elle explique comment l'histoire s'est terminée en fin d'ouvrage, oui.

      Supprimer
  10. Le rouge me monte aux joues... Je note !
    Pour info, j'ai programmé un billet sur Venus Erotica pour demain matin... Ma première belle littérature érotique. ;) Et je la dois à la blogosphère (un peu ici, un peu chez Mina, un peu ailleurs, je ne sais plus où je l'ai picoré...)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai vu ton billet. Tu as encore de belles découverte à faire en matière de littérature érotique (et d'autres beaucoup moins belle, je te le concède ;) )

      Supprimer
  11. Celui là je l'ai lu au moins même s je ne suis sans doute pas une lectrice d'érotique qui se respecte :-D et j'ai beaucoup aimé en plus... J'ai lu d'autre choses d'elle ensuite et j'aime décidément son écriture :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'avais déjà lu deux autres de ses textes, mais celui-là est vraiment à part dans sa bibliographie, pas uniquement parce qu'il est le premier et le plus connu d'ailleurs.

      Supprimer

Je modère les commentaires pour vous éviter les captcha pénibles de Google. Je ne filtre rien pour autant, tous les commentaires sans exception seront validés au plus vite, promis !