mercredi 22 avril 2015

Un certain Cervantès - Christian Lax

Mike Cervantès, vétéran d’Afghanistan, a perdu un bras et a été capturé par les talibans au cours d’une mission. Libéré contre une rançon, son retour au pays n’a rien d’un long fleuve tranquille. En plein choc post-traumatique, Mike multiplie les coups de sang et se retrouve derrière les barreaux. C’est là qu’il découvre l’œuvre de son homonyme et s’identifie, par mimétisme, au héros de papier du 17ème siècle en lutte contre les moulins à vent. Une révélation qui va le pousser à se lancer sur les routes afin de combattre les injustices de son époque.

Une jolie transposition que nous propose Lax avec cet album, en soulignant que les combats symboliques de Don Quichotte ont leurs équivalents dans l’Amérique d’aujourd’hui. L’inquisition existe toujours, notamment à travers la censure ou le prosélytisme permanent des télévangélistes, tout comme les croisades menées en terres d’islam, tandis que l’ultralibéralisme, internet et Big Brother n’ont rien à envier à la contre-réforme. Le risque de chercher en permanence des parallèles était de tomber dans des comparaisons tirées par les cheveux. Pour le coup, l’écueil est évité et Lax, après quelques albums plus consensuels, revient à un discours très à gauche pour dénoncer un modèle occidental où la dignité humaine n’a plus sa place et un système broyant les démunis et les petites gens. Je retrouve ici l’auteur engagé que j’avais adoré à l’époque de sa série « Le Choucas ».

Parce que les temps ont quand même (un peu) changé, Rossinante a pris les traits d’une Ford Mustang et Sancho Pança ceux d’un clandestin péruvien. Pour le reste, Mike est le même antihéros poissard et illuminé  que « l’ingénieux chevalier ». Je le reconnais, sa posture altermondialiste a un petit quelque chose de déjà-vu et le propos apparaît par moments un poil simpliste. Mais au fond, ça ne m’a pas gêné. De toute façon, un personnage qui lit Bukowski, Selby, Fante, Buroughs et Eward Abbey trouvera toujours grâce à mes yeux, quels que soient ses défauts.

Graphiquement, le dessin au lavis est parfait pour nous emmener sur la route avec Mike, du sud de Kaboul à New York en passant par l’Arizona.

Un album forcément picaresque et truculent. Indispensable pour tout amateur de Cervantès qui se respecte. Ça tombe bien, j’en suis un.

Un certain Cervantès de Christian Lax. Futuropolis, 2015. 204 pages. 26,00 euros.


Une nouvelle lecture commune que j'ai le plaisir de partager avec Mo'.




La BD de la semaine est
 cette semaine chez Stephie








30 commentaires:

  1. Elle me fait très envie, celle-ci aussi. Cette semaine, la BD c'est encore chez moi. Je rajoute ton lien ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ça ne m'étonne pas qu'elle te fasse envie ;)

      Supprimer
  2. J'hésite.Le graphisme me plait mais l'histoire, je ne sais pas.
    A garder dans un coin de ma tête.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'histoire peut paraître tirée par les cheveux mais franchement, ce n'est pas le cas.

      Supprimer
  3. J'ai vraiment apprécié les passerelles faites entre les deux époques. Finalement, on ne fait que répéter des choses qui existent depuis des siècles et des siècles

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout le ressors de l'album tient sur ses passerelles et c'est parce que ne sonne "artificiel" que ça fonctionne.

      Supprimer
  4. Original on dirait (et j'ai lu deux fois don Quichotte)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai pensé à toi et à ton amour de Don Quichotte. J'espère que tu le trouveras à la bibli, j'aimerais beaucoup savoir ce que tu en penses.

      Supprimer
  5. ohhhhh voila qui me plait !
    merci à vous 2 pour cette BD et ces billets qui m'ont donné sacrement envie d'aller y voir de plus près...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis certain que ça va te plaire. Un album fait pour toi !

      Supprimer
  6. J'y viendrai à cette BD je crois, même si je ne suis pas une inconditionnelle de Cervantès ;-)
    J'aime beaucoup Lax et l'histoire titille ma curiosité,

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi je suis inconditionnel de Lax ET de Cervantès donc je ne pouvais pas passer à coté.

      Supprimer
  7. Une certaine lecture qui me tente beaucoup !

    RépondreSupprimer
  8. Tu m'as convaincue ! Mais cette BD n'est pas encore disponible dans ma bibliothèque, je vais devoir être patiente ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Elle vient tout juste de sortir, il va te falloir un peu de patience je pense.

      Supprimer
  9. L'angle entre les 2 Cervantès me tente bien !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est ce qui fait tout l'attrait de l'album.

      Supprimer
  10. Un bel album assez sous estimé, si l'on en croit les forums.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai lu quelques critiques négatives où il n'était fait aucune référence à Cervantès et Don Quichotte. Si l'on ne prends pas en compte cet aspect, impossible d'apprécier l'album.

      Supprimer
  11. Pourquoi pas, ça me tente bien !

    RépondreSupprimer
  12. Vos différents avis m'ont donné envie de découvrir au fil des semaines...je vais y venir!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il vient de sortir, tu as encore le temps de t'y mettre ;)

      Supprimer
  13. Oh ! Quand j'ai vu le titre, je me suis dit "aïe aïe mais on ne touche pas à Cervantes comme ça !", et puis, tes premières lignes plantant le contexte, avec Afghanistan, talibans, perdu un bras, pour moi, zéro risque que je sois tentée, et puis bam, le personnage qui découvre Don Quichotte en prison, l'identification, la transposition, aïe aïe, c'est que ça pourrait bien me parler tout ça ! Truculent et indispensable pour les amateurs de Cervantes, je suis foutue...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et le bras en moins (comme Cervantès), l'otage en terre musulmane (comme Cervantès) : il y a une double identification, à Cervantès et à Don Quichotte, autant te dire que c'est une lecture OBLIGATOIRE pour toi (et pour Keisha aussi, d'ailleurs je ne me lancerai pas dans Maus tant qu'elle n'aura pas lu cet album, na !).

      Supprimer
    2. Haha ok j'alerte Keisha illico !
      Bon je sens qu'il va falloir que je fasse un mini-détour par une bio condensée de Cervantès s'il y a autant de clins d'oeil à ne pas rater.

      Supprimer
    3. C'est mal barré, la bibli ne l'a pas. Mais je connaissais un peu la bio de Cervantès, blessé, prisonnier, etc d'ailleurs dans Don Qui il y a de l'auto bio (déjà, à l'époque... ^_^)

      Supprimer

Je modère les commentaires pour vous éviter les captcha pénibles de Google. Je ne filtre rien pour autant, tous les commentaires sans exception seront validés au plus vite, promis !