mardi 21 avril 2015

Géant - Jo Hoestlandt

« Le destin, parfois, est d’une grande cruauté envers les enfants, et les histoires sont pleines de ces destinées que la mort d’un parent vient frapper. Louis ne lisait pas ces histoires, mais elles l’ont rattrapé. »

Après la mort inattendue de son père, Louis doit abandonner sa vie dans les marais et le métier de berger auquel il se destinait. Contraint de partir pour la ville avec sa mère, le garçon va à l’école de temps à autre, mais il préfère effectuer de menus travaux pour gagner un peu d’argent. Avec ses nouveaux copains il apprend les jeux et les codes de la rue, parfois dans la douleur. Et le jour où Sofia, son père Jozef et la petite Maria emménagent sur son palier, Louis ne se doute pas que ces nouveaux voisins vont changer son existence…

J’ai eu la chance de faire venir Jo Hoestlandt dans une classe il y a quelques années et j’avais été frappé par sa douceur, sa gentillesse et son empathie naturelle envers les élèves qui lui faisaient face. Et bien j’ai envie de dire que l’on retrouve un peu de tout ça dans ce roman. C’est un texte assez triste et mélancolique mais est également porteur d’espoir. L’écriture est pleine de sensibilité, à la fois simple et poétique, le ton est juste, la question du deuil abordée de manière subtile, pudique.

Quelque part, « Géant » est un roman initiatique, un roman pour découvrir que le malheur peut aussi aider à grandir, même s’il est toujours difficile de grandir « sans ». Grandir sans l’un de ses parents et grandir sans trahir sa mémoire.

Une belle leçon de vie.

Géant de Jo Hoestlandt. Magnard, 2014. 112 pages. 8,90 euros. A partir de 8 ans.


Une nouvelle pépite jeunesse que je partage avec Noukette.









22 commentaires:

  1. Le dessin de couverture promet un beau graphisme au fil des pages et tu me donnes envie de découvrir cette histoire. Elle peut nous aider à aborder un sujet délicat avec les enfants.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Complètement. Et il y a quelques jolies illustrations à l'intérieur.

      Supprimer
  2. Tout m'a l'air charmant. Et la couverture est adorable ! ce petit berger sur ses échasses... Je note.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les échasses ont un rôle très important dans l'histoire.

      Supprimer
  3. Jo Hoestlandt écrit toujours des textes fins et intelligents. Tu parles très bien de ce titre que je note tout de suite.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai, elle a une sensibilité bien à elle qu'elle transmet parfaitement dans ses textes.

      Supprimer
  4. Réponses
    1. C'est beau, triste et finalement plein d'espoir.

      Supprimer
  5. Je ne suis pas fan absolue de littérature dite jeunesse mais quand l'écriture est belle, je n'ai rien contre ! Je note celui-ci !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il y a des pépites incroyables en littérature de jeunesse tu sais ;)

      Supprimer
  6. J'ai beaucoup aimé ce livre. Des beaux messages sans tomber dans les clichés.

    RépondreSupprimer
  7. J'ai adoré ce petit roman, profondément poétique, mélancolique et tout simplement beau...! Une bien jolie parenthèse que je suis plus que ravie d'avoir partagée avec toi...!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est un roman à part, aucun doute. Pas vraiment dans l'air du temps on va dire. Peut-être pour ça qu'on l'a autant aimé, non ?

      Supprimer
  8. Ce roman a l'air doux et poétique. Je note donc

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est un roman à noter les yeux fermés.

      Supprimer
  9. Un roman sensible comme tu sais si bien les dénicher!

    RépondreSupprimer
  10. J'aime la sensibilité de cet auteur.

    RépondreSupprimer
  11. Quel est l'epoque dans ce livre ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'époque n'est pas précisée. Mais je dirais que ça se déroule au 20ème siècle.

      Supprimer

Je modère les commentaires pour vous éviter les captcha pénibles de Google. Je ne filtre rien pour autant, tous les commentaires sans exception seront validés au plus vite, promis !