jeudi 23 avril 2015

La divine Chanson - Abdourahman A. Waberi

« Un jour, après une course-poursuite mémorable, à bout de souffle, il m’a confié que je suis sa lune. Je lui ai rétorqué qu’il est mon soleil. Nous avons éclaté de rire. Un rire franc et massif, sous les yeux des passants ahuris. Était-il sérieux ou d’humeur taquine, je ne le saurais jamais. Par contre, je peux vous garantir que pas une fois je ne l’ai quitté d’une semelle car le soleil n’est rien sans la lune, et la lune rien sans le soleil. »

Celui qui écrit cela est un chat. Un chat qui parle de son maître, Sammy Kamau-Williams, « pianiste solo, auteur-compositeur, poète, éveilleur de conscience ». Le Djiboutien Abdourahman Waberi signe avec cette « Divine chanson » une biographie très romancée de Gil Scott-Heron (1949-2011), héros de la contre culture américaine, musicien de génie surnommé le Dylan noir et considéré par beaucoup comme l’un des pères du rap. Dans une note d’intention, l’auteur précise qu’il « n’était pas question d’écrire la biographie de Gil Scott-Henderson, l’intéressé s’en est chargé lui-même. » Beaucoup de libertés donc dans cet hommage empruntant « les chemins escarpés de la fiction ».

Paris, le chat confident, l’inséparable ami, relate quelques épisodes marquants de la vie de son « soleil » : ses concerts inoubliables, son enfance difficile dans les jupes de sa grand-mère au fin fond du Tennessee, son engagement politique, sa quête poétique, la fascination qu’il a exercé sur toute une génération d’artistes, mais aussi les démons  qui n’ont eu de cesse de le harceler (drogue, alcool) et l’on conduit à plusieurs reprises derrière les barreaux.

L’écriture est magnifique, tout en lyrisme contenu. La voix du chat, aérienne et subtile, offre une distance où les souvenirs et la nostalgie ne souffrent d’aucune pesanteur. Au-delà du simple portrait, l’auteur propose une réflexion bien plus large sur le monde noir, liant musique et spiritualité, nous emmenant de l’Afrique au Brésil, d’Haïti au sud des États-Unis. Loin du classicisme formel que l’on trouve d’habitude dans ce genre d’exercice, Waberi donne à cette biographie très romancée un air de conte oriental au rythme jazzy imparable.

La divine Chanson d’Abdourahman A. Waberi. Zulman, 2015. 235 pages. 18,50 euros.

PS : l’œuvre écrite de Gil Scott-Heron (roman et mémoires) est publiée en France par les éditions de l’Olivier.

L'avis de Jostein

Extrait :

« Sa voix, jadis forte, qui s’éraille, se grippe et se brise comme au bord d’un sanglot n’en est que plus touchante. Le public, les Noirs surtout, est profondément ému par le personnage squelettique, hirsute, vieilli avant l’âge. Une marionnette suspendue aux phalanges d’un dieu farceur de carnaval : le Baron Samedi qui hante les cimetières du Nouveau Monde.
Ils savent par quoi Sammy est passé. Et si l’alcool et la drogue épaississent ses traits, si le tabac embrume ses cordes vocales, ils lisent sur son masque de revenant une douleur, un passé qu’ils connaissent depuis la nuit de la cale du bateau négrier. »










30 commentaires:

  1. Alors là...non mais là ... bref, ce matin, à la librairie je cours ;-)
    merci jeune homme et une belle journée à toi
    mille bizzzz

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu dois absolument découvrir cet auteur !

      Supprimer
  2. Mon premier livre raconté par un chat, mais un chat talentueux, enrichi de ses expériences de plusieurs vies et capable de reconnaître le talent de son nouveau maître. Et l'on redécouvre Gil Scott-Héron, nom qui m'était inconnu même si je reconnais quelques titres. Merci pour le lien

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est un bel hommage rendu par le félin à son maître !

      Supprimer
  3. j'avoue que le nom de me parlait pas non plus, bonne idée que ce livre!

    RépondreSupprimer
  4. Je crois avoir vu soit un itw (dans Entrée libre) ou dans LGL car ça me parle vraiment... sinon l'histoire du chat roux, me fait penser à un autre Dylan - dont les frères Coen ont voulu témoigner :Llewyn Davis. Dans le film, le chanteur de folk se trimballe avec un chat roux...

    Bon je le note car ce livre est sans doute également un beau témoignage sur la culture américaine (et le Tennessee pour moi).

    Merci !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il y a un long passage sur le Tennessee (et en particulier sur la ville de Savannah).

      Supprimer
  5. A priori je ne me jetterai pas forcément dessus mais ce chat narrateur là, ça m'intrigue... (Commentaire très constructif, je te l'accorde ^^)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu peux écrire ce que tu veux, je trouverais toujours cela constructif ;)

      Supprimer
  6. tu en parles très bien ! je suis tentée !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est un éditeur que tu apprécies en plus ;)

      Supprimer
  7. le chant ne me dit pas grand chose, je pense que le livre est original , mais peut être trop pour moi!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est une narration vraiment particulière qui ne conviendra pas à tout le monde, c'est une certitude.

      Supprimer
  8. Moi l'idée du chat qui raconte me touche beaucoup ... Bien tenté et trés tentant...

    RépondreSupprimer
  9. très original. J'aime les romans qui mettent en scène un musicien, on t trouve généralement quelque chose de lyrique, de chantant et de poétique

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Voila, c'est exactement ça, lyrique, chantant et poétique.

      Supprimer
  10. J'ai pensé aussi à Inside Llewyn Davis des frères Coen, quand j'ai entendu parler de ce roman. Je l'ai acheté pour Mr K et la bonne nouvelle est qu'il l'a aimé, et qu'il est maintenant dans ma PAL ! :)

    RépondreSupprimer
  11. Je mesure la portée de mon ignorance, je ne connaissais pas ce musicien... La seule chose qui pourrait m'attirer dans ce livre c'est la narration qui n'est pas banale.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce ne sera peut-être pas un argument suffisant pour te convaincre alors ;)

      Supprimer
  12. Musique ? Afrique ? Un chat ? Comment pourrai-je résister ??? Je l'avais repéré aussi chez Jostein mais tu enfonces le clou.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas la peine de résister devant autant d'arguments qui te parlent ;)

      Supprimer
  13. Le chat qui parle, ce n'est pas le genre qui m'attire, mais tu en parles tellement bien !

    RépondreSupprimer
  14. Tout devrait me tenter là-dedans, auteur africain, un chat, un chat qui parle en plus, l'univers jazz, le voyage de l'Afrique au Brésil et compagnie, mais je ne sais pas, j'ai quelques doutes et réticences. Une expérience de lecture assez moyenne, pas très convaincante, avec un autre roman de l'auteur (Aux Etats-Unis d'Afrique), et puis ce chat qui parle me dérange malgré ma passion sans borne pour les chats, et par voie de conséquence, les livres avec chat dedans. Bon, à voir, ce livre a vraiment eu de bons échos...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je sens que le bouclier prend le dessus sur la tentation. Tant pis !

      Supprimer
  15. Je l'ai noté et je suis très tentée par cette lecture

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vraiment un roman qui sort des sentiers battus.

      Supprimer

Je modère les commentaires pour vous éviter les captcha pénibles de Google. Je ne filtre rien pour autant, tous les commentaires sans exception seront validés au plus vite, promis !