mardi 28 avril 2015

A ma source gardée - Madeline Roth

« On est le 18 août, j’aime un garçon qui en aime un autre, j’attends un enfant de lui, et j’ai mis le premier pull que j’ai trouvé dans l’armoire, alors qu’il doit faire vingt-six degrés, parce que cette nuit, en une seconde, j’ai eu peur de continuer la vie, comme ça. »

Voila, tout est dit. Je spoile à mort mais tant pis, l’intérêt du roman n’est pas selon moi dans l’histoire mais dans son traitement. Jeanne passe toutes ses vacances chez sa grand-mère.  Elle y retrouve Julie, Chloé, Baptiste, Tom et Lucas. « Pas une histoire d’amour. Une histoire d’amitié. Sévère. Inséparables, forcément. Bancals, des failles, des fous rires, des zones d’ombres, des mensonges sans doute, des nuits blanches, des mains, sans cesse dans d’autres mains. » De Lucas, Jeanne est follement amoureuse. Elle va se donner à lui comme elle ne s’est jamais donnée auparavant : « Dès que l’on se retrouvait seuls, Lucas prenait ma main, et puis ma bouche, et puis moi, tout entière. Et c’était la plus belle chose qui m’était jamais arrivé dans ma vie. » Sauf que Lucas n’est pas vraiment celui qu’elle croit et que l’amour absolu qu’elle lui porte n’est, malgré les apparences, pas réciproque.

Je disais que l’histoire comptait moins que son traitement et c’est réellement le sentiment que j’ai eu en refermant ce court roman. Parce que Madeline Roth dit la douleur affective, le chagrin qui vous laboure les entrailles, le vertige de la perte comme rarement je l’ai lu dans un texte pour ados. Le monologue de Jeanne est aussi puissant que lucide, aussi sincère que touchant. Lucas est en elle, partout, tout le temps, cicatrice béante marquant ses chairs au fer rouge, tatouage qui électrise chaque grain de peau et n’a rien d’éphémère. C’est la confession d’un déchirement, avec une fenêtre ouverte sur une possible reconstruction. Mais la trace restera indélébile, quel que soit l’avenir. Magistral.

A ma source gardée de Madeline Roth. Thierry Magnier, 2015. 60 pages. 7,20 euros.

Un titre ramené du dernier salon du livre. J’y étais, évidemment, avec Noukette, nous ne pouvions, évidemment, que le lire ensemble.


L’avis de Moka











17 commentaires:

  1. Celui ci me fait de l'oeil depuis sa sortie :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne connais quelqu'un qui pourra te le prêter ;)

      Supprimer
  2. C'est tout ce que j'aime ce roman... C'est beau et ça bouleverse. Et c'est tellement bien écrit... Une auteure-pépite à suivre de près !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pense que l'on sera au rendez-vous de ses prochains romans ;)

      Supprimer
  3. Han le spoiler O_O Bravo hein ;)
    M'en fiche, je le veux quand même !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu vois, il n'est pas si grave que ça le spoiler ;)

      Supprimer
  4. Elle me tente beaucoup cette histoire !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dès qu'il y a des cœurs brisés, ça te plait ;)

      Supprimer
  5. Ah je ne connaissais pas, je note. Un roman jeunesse qui a l'air d'être intéressant et émouvant.

    RépondreSupprimer
  6. Magistral ... rien que ça ? je note

    RépondreSupprimer
  7. Magistral. Dans la bouche de Jérôme. Et le billet de Noukette qui va avec.
    Bon et bien c'est commandé :D
    Vite vite que je le reçoive !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sur ce coup-là, tu peux nous faire confiance ;)

      Supprimer
  8. je suis d'accord avec toi. Magistral. Elle dit si bien la morsure de ce premier amour qui n'est plus partagé...

    RépondreSupprimer

Je modère les commentaires pour vous éviter les captcha pénibles de Google. Je ne filtre rien pour autant, tous les commentaires sans exception seront validés au plus vite, promis !