vendredi 20 mars 2015

Americanah - Chimamanda Ngozi Adichie

Ifemelu quitte le Nigeria pour poursuivre ses études aux États-Unis. La jeune femme laisse derrière elle son grand amour Obinze et débarque sur le sol américain pleine d’espoir. Pendant quinze ans, elle tentera de trouver sa place dans un pays où la discrimination n’est pas un vain mot avant de revenir finalement vers son pays natal. Entre temps elle aura vécu plusieurs histoires de cœur plus ou moins compliqués et aura surtout connu un immense succès grâce à son blog « Observations diverses sur les noirs américains par une noire non-américaine ».

Adichie déploie sur 500 pages une fresque sociale ample et sensible, une expérience de l’exil riche de rêves et de désillusions. Elle propose également une réflexion profonde sur la condition noire, du Nigeria aux Etats-Unis, mais vue par une « intelligentsia » aisée et cultivée très éloignée de la réalité quotidienne je trouve. Ifemelu côtoie en Amérique des blancs bobos pour lesquels antiracisme rime forcément avec charité. Quant à ses amis noirs, profs d’université et artistes, ils incarnent un esprit de gauche élitiste et pédant qui me hérisse le poil. De retour au Nigeria, elle évolue au milieu d’une diaspora enrichie par la corruption et fascinée par un mode de vie consumériste à l’occidentale. J’ai bien saisi le coté souvent satirique du propos mais il n’y a personne dans cette galerie de portraits pourtant riches en couleur qui trouve grâce à mes yeux. Finalement mon passage préféré restera son arrivée en Amérique chez sa tante et ses premiers pas sur le campus où, sans le sou, elle tire le diable par la queue.

A part ça j’ai aimé l’insolence d’Ifemelu, sa volonté sans faille de se construire seule malgré les obstacles. Mais son caractère, sa relation aux autres souvent pleine d’arrogance et d’un certain mépris la rendent assez antipathique et ne m’ont pas permis de m’attacher à elle.

Autre bémol (oui, je sais, ça commence à faire beaucoup), la fin sirupeuse et dégoulinante de guimauve donne des faux-airs de bluette à un roman qui se veut, et à juste titre, bien plus ambitieux qu’une simple histoire à l’eau de rose.

Je me demande quand même pourquoi je ne me suis pas davantage laissé embarquer par ce texte moderne et enlevé. Peut-être parce qu’il est trop féminin ? Peut-être parce que mes références littéraires sur la condition noire sont venues parasiter ma lecture. Quand on a en tête Chester Himes, Ernest J. Gaines, Walter Mosley ou Iceberg Slim, les billets d’Ifemelu sur son blog ou les réflexions de ses amis paraissent bien fades. Quoi qu’il en soit, je ne regrette pas une seconde d’avoir découvert ce roman-fleuve et la voix d’une auteure à la personnalité très marquée.

Americanah de Chimamanda Ngozi Adichie. Gallimard, 2015. 524 pages. 24,50 euros.

Une lecture commune que j'ai le plaisir de partager avec Enna.

Les avis de Cathulu, Clara, CunéEva, Hélène, KathelLeiloona, Papillon.











64 commentaires:

  1. c'est marrant, parce que je ne peux pas nier tous les bémols que tu avances, c'est vrai et pourtant, ça ne m'a pas empêché d'avoir un coup de coeur ;-) J'ai vraiment aimé découvrir "l'envers du décor" d'une catégorie de personnes que je ne connais pas.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Là dessus je te rejoins et ce fut une vraie découverte pour moi aussi. Mais ce ne fut pas suffisant pour que j'y trouve mon compte.

      Supprimer
  2. Figure toi que j'en suis à la moitié de ma lecture, j'ai lu ton billet avec attention, je ne crains pas les spoilers de ta part. C'est intéressant mais je n'ai pas de coup de coeur.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis d'accord, c'est intéressant, je ne peux pas le nier.

      Supprimer
  3. Bon je vais relire Himes et lire enfin pour la première fois Gaines, il est temps. Je reconnais que j'ai zappé les passages sur son blog...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et moi j'ai lu d'autres passages en diagonale...

      Supprimer
  4. Pas un coup de cœur non plus pour moi, mais j'ai apprécié (pour une fois) qu'il n'y ait pas de personnage particulièrement aimable dans ce roman. Puisque le thème est le racisme, ça évitait l'écueil "vilains blancs/gentils noirs"... Ah, les amis américains d'Ifemelu sont bien horripilants, oui ! Obinze aurait pu être le personnage le plus sympathique, du moins quand il est en Angleterre, une fois revenu au Nigeria, il l'est moins.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'avais pas pensé à ça mais tu as raison, on est assez loin de clichés habituels.

      Supprimer
  5. j'ai vraiment aimé ce livre !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je sais. Et tu n'es pas la seule, loin de là !

      Supprimer
  6. Je n'ai lu aucun des auteurs que tu cites (mais je note !) donc j'ai trouvé qu'elle parlait très bien du racisme, mais j'ai les mêmes bémols que toi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Elle a une vision très moderne de la question en tout cas, même si je l'ai trouvée parfois sans nuances.

      Supprimer
  7. Je vois que toi non plus, tu n'as pas pu t'attacher à Ifemelu à cause de son caractère.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il faut bien reconnaître qu'elle n'est pas particulièrement sympathique.

      Supprimer
  8. Un avis mitigé est parfois aussi intéressant qu'un avis trop enthousiaste...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En tout cas j'essaie toujours d'argumenter au maximum mes avis mitigés ;)

      Supprimer
  9. Tu es le premier à avoir des réticences sur ce roman, du coup je me dis que je peux attendre un peu pour le lire et relire Chester Himes !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Relire Chester Himes, voila une très bonne idée !

      Supprimer
  10. Bof, pas très tentée même si il est sûrement très intéressant. Je passe mon tour pour celui-ci.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En plus c'est un pavé alors si tu n'accroches pas tu risques de trouver ça très long.

      Supprimer
  11. Pour le coup tes bémols ne me font pas peur et je pense qu'il me plaira ! On est souvent plus exigent lorsqu'on a beaucoup lu sur un sujet, ce qui me semble être ton cas ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne sais pas si j'ai beaucoup lu sur le sujet mais la façon d'en parler ici ne m'a pas totalement convaincu.

      Supprimer
  12. J'hésite encore à le lire... :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est la meilleure façon de se faire sa propre idée en tout cas.

      Supprimer
  13. Tu as sans doute raison, on peut passer à côté d'un roman parce qu'on ne le trouve pas à la hauteur des autres déjà lus sur le même thème. Je crois que ça m'a fait pareil avec Les douze tribus d'Hattie que les blogueurs ont adoré (mais que j'ai comparé à Toni Morisson).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On ne peut jamais s'empêcher de comparer et parfois je crois que c'est un vrai défaut.

      Supprimer
  14. Voici la première chronique qui me fait douter. Et ce qui m'inqiète le plus, c'est la fin en guimauve.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah oui, pour le coup elle est allée à fond dans la guimauve !

      Supprimer
  15. Ohlala... je ne connais aucun des auteurs. Je suis penaude !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ben pourquoi ? Rien de grave tu sais, même si je les adore, ni plus ni moins.

      Supprimer
  16. mouais mouais mouais, il ne me fait pas envie celui-là... pour une fois je repars de chez toi sans envie d'acheter un livre, c'est assez rare que pour être noté :D

    RépondreSupprimer
  17. J'y reviendrai à mon retour de vacances. Je l'ai fini, jeté mes impressions en brouillon (tellement brouillon que je ne sais pas si je me comprendrais à la relecture), avec une certaine difficulté tellement se livre m'a évoqué de choses et m'a parlé. Pour moi, pas un coup de coeur non plus (presque) mais c'est mon incontournable de l'année (mais on n'est qu'en mars^^). En te lisant rapidement, j'avais l'impression que je pouvais discuter et débattre des heures sur certains points que tu soulèves, mais à l'oral. C'est un livre qui m'a beaucoup fait parler d'ailleurs haha. Bon, j'espère qu'à mon retour ce sera encore tout frais dans ma tête tout ça (j'en doute).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est un livre qui soulève plein de questions, qui est engagé et m'a fait découvrir plein de choses, je serais stupide de le nier. Pour autant je n'est pas vraiment pris de plaisir à le lire et c'est bien dommage.

      Supprimer
  18. Effectivement, tu n'es pas très emballé !

    RépondreSupprimer
  19. Le sujet ne m'emballe pas plus que ça... Je passe mon tour pour cette lecture.

    RépondreSupprimer
  20. Je retiens tes bémols mais il me tente toujours quand même...

    RépondreSupprimer
  21. "mais vue par une « intelligentsia » aisée et cultivée très éloignée de la réalité quotidienne je trouve"

    Mais ces gens existent aussi. La condition noire aux Etats-Unis (je parle de ce que je connais), c'est James Robertson comme Oprah Winfrey.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as raison, c'est gens-là existent, leur influence est même de plus en plus importante et c'est une excellente chose. Mais dans ce roman, leurs réflexions et leurs comportements m'ont laissé de marbre.

      Supprimer
  22. Ce billet est très musical, plein de bémols... Il est minuit, je suis fatiguée et dis n'importe quoi... Ton point de vue est intéressant et vient contrebalancer ce que j'ai déjà lu sur ce roman.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un billet musical ? En effet, tu dois être crevée ;)

      Supprimer
  23. Je pourrais encore faire abstraction du côté pédant (pas sûr) mais alors ce que tu dis de la fin; je pense que j'aurais du mal. Je préfère retenir les auteurs que tu cites.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La fin est clairement ma plus grosse déception.

      Supprimer
  24. Je l'ai lu et tu viens de me rappeler que je dois écrire ma chronique : j'ai adoré sincèrement :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Beaucoup de monde a adoré et je m'en réjouis sincèrement.

      Supprimer
  25. Une lecture que j'ai beaucoup aimé pour ma part.

    RépondreSupprimer
  26. Je crois que c'est le premier post mitigé que je lis !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'avoue que je n'en ai pas vu non plus beaucoup d'autres mitigés.

      Supprimer
  27. Réponses
    1. Et elle n'est pas la seule, la très grande majorité a adoré je crois.

      Supprimer
  28. Je viens de le finir et je n'ai pas encore rédigé mon billet mais je te rejoins sur de nombreux points.

    RépondreSupprimer
  29. Finalement, malgré nos bémols, on s' est quand même laissés emporter sans faiblir : )

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai eu quelques moments de flottements mais dans l'ensemble et pour un tel pavé, je l'ai lu quand même lu très vite, c'est un signe qui ne trompe pas chez moi.

      Supprimer
  30. Je découvre ton blog grâce à Keisha;
    Je vois qu'on a pas mal de lectures communes, dont Mosley et d'autres. J'ai beaucoup aimé ce livre, mais (si tu lis mon billet) c'est parce qu'il m'a "parlé" ayant vécu aux USA, à une époque où le racisme était encore bien présent (mais il est tjs là au vu des derniers évènements); j'en parle un peu dans mon billet. Ce qui m'a passionné dans son livre, ce n'est pas l'histoire d'amour (je ne l'ai pas acheté pour ça du tout), c'est sa vision d'Africaine envers les Afro-américains et cette intelligentsia de la bourgeoisie noire américaine ...
    J'avais la chance d'avoir autour de moi d'autres personnes venant des 4 coins du monde, plongés au fin fond du Tennessee et ce ne fut pas de tout repos.
    J'ai aussi trouvé Ifemelu passionnante mais arrogante (mais elle vient d'un milieu privilégié et on le sent) mais j'ai bien aimé le fait qu'elle ne cherche jamais à vernir, à effacer certains traits, ici c'est brut.

    Moi j'ai eu des avis mitigés pour d'autres livres totalement encensés par la critique (l'affaire Québert... ) donc je te comprends.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai qu'elle ne cherche jamais à arrondir les angles. Ce n'est pas un trait de caractère que j'apprécie, même si peux parfaitement le comprendre. Après, oui, elle offre une autre vision du racisme et surtout elle en offre une vision très contemporaine, bien plus que Gaines et même que Mosley finalement.

      Supprimer
  31. Bon... Comme tu le sais je l'ai laissé en plan (pour l'instant du moins j'espère...) à la page 150. Pas de coup de coeur à l'horizon je pense... Affaire à suivre...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bon, Comme tu le sais, je doute fortement de ta capacité à venir à bout de ce pavé avant la fin de l'année ;)

      Supprimer
  32. J'ai bien aimé moi, le point de vue est original (du moins pour moi), j'ai lu beaucoup d'auteurs afro-américains mais voir l'amérique et ses contradictions à travers les yeux d'une nigériane - certes venant d'un milieu aisé et éduqué - qui selon ses propres dires n'est devenu "noire" qu'une fois passé l'océan... ça ça sortait des sentiers battus :-) D'une certaine façon le séjour d'Obinze en Angleterre est beaucoup moins original, dans la mesure où on a déjà vu et lu ce genre de chose. Après est-elle sympathique, Idemelu, je en sais pas trop effectivement mais elle semble... réelle :-) Une lecture qui soulève un tas de sujets en tout cas :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un point de vue original, qui sort des sentiers battus et une lecture qui soulève un tas de sujets, je suis bien d'accord avec toi.

      Supprimer

Je modère les commentaires pour vous éviter les captcha pénibles de Google. Je ne filtre rien pour autant, tous les commentaires sans exception seront validés au plus vite, promis !