jeudi 5 mars 2015

Pike - Benjamin Whitmer

Une fois n'est pas coutume, je profite du lancement aujourd'hui même de "Neonoir" pour remonter un billet vieux de plus de deux ans et vous parler du premier titre de cette nouvelle collection des éditions Gallmeister, un roman qui m'avait scotché à l'époque.

Pike est un gros dur qui s’est rangé des voitures. Depuis son retour à Cincinnati, il vit de petits boulots qu’il effectue avec son pote Rory. Sa fille Sarah, qu’il n’a pas vue depuis qu’elle avait six ans, vient de mourir d’une overdose. Sarah a eu une fille, Wendy. La gamine d’une dizaine d’années débarque chez son grand-père, qu’elle ne connait pas, avec pour seul bagage un chaton prénommé Monster. Pike savait que Sarah se prostituait pour payer ses doses, mais il voudrait retrouver les vrais responsables de sa mort. Pour cela, il va devoir s’immerger dans les pires quartiers de Cincinnati, de squats de junkies en motels miteux. Une plongée effroyable dont il ne sortira pas indemne…

Pour un premier roman, Benjamin Whitmer fait fort, très fort, et nous plonge dans cette Amérique où "on se fait grossir à la bière jusqu'à ce que le cœur lâche définitivement". Lire Pike, c’est comme avaler une cuillère à soupe de Tabasco cul-sec. Ça gratte, ça brûle, ça vous donne envie de hurler. On à beau se dire qu’à un moment où l’autre les choses vont s’adoucir, on se trompe lourdement et l’effet reste hautement abrasif. Des années que je n’avais pas lu un roman aussi noir. La tension et la violence permanentes vous laissent au bord de la nausée. L’écriture de Whitmer, très visuelle, offre des descriptions d’une froideur clinique. Les pires exactions sont exposées sans aucun jugement, comme si tout cela était absolument naturel.

Pike n’est pas un polar. Au-delà de son effet coup de poing évident, de sa grossièreté, de son coté sordide, de ses dialogues au couteau, c’est un texte d’une infinie tristesse dans lequel il ne faut se lancer que si l’on a le cœur bien accroché.

Pour l’écrivain Stephen Graham Jones, « voici le noir dans toute sa splendeur, ce que le genre devient lorsqu’il renonce à se montrer gentil – une force dramatique brutale rongée jusqu’à l’os qui vous promène de page en page. » Pas mieux.

Pike, de Benjamin Whitmer, éditions Gallmeister, 2015 (1ère édition en 2012). 288 pages. 16,00 euros.

Extrait : "Il est possible de tellement s'éloigner du lieu d'où l'on vient que tout retour est impossible. Tout vrai retour. On peut briser tous les ponts avec son passé, il suffit d'être prêt à s'amputer d'un bout de soi-même que l'on ne craindra pas de regretter le reste de sa vie. Et il faut se préparer à accepter la merde, quelle qu'elle soit, qui viendra combler le trou."

Les avis de From the Avenue et Keisha







52 commentaires:

  1. Heureusement que tu préviens! Ce roman est trop sombre pour moi. Je vais l'éviter. J'en ai assez des livres sur la drogue, les junkies et les endroits miteux. Trop c'est trop!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je te comprends, la littérature peut parfois être d'une incroyable dureté.

      Supprimer
  2. Une bouchée de Tabasco ? Ca doit piquer, en effet....

    RépondreSupprimer
  3. froid, clinique et très visuel... tentée...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si le genre te convient tu vas te régaler.

      Supprimer
  4. En effet, cela semble être du lourd. Du piment dans le challenge : merci, Jérôme !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est du lurd en effet... et très culotté pour un 1er roman.

      Supprimer
  5. Je jubilais en commençant ton billet "ouais... il lit un polar", tu as cassé mes illusions... je pleure...bon en tous cas je n'ai pas le coeur assez accroché pour cette lecture, je passe.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ne perd pas espoir, il se pourrait bien que je tâte du polar bientôt^^

      Supprimer
  6. Je ne te remercie pas pour ce billet enthousiaste...j'adore les livres noirs et en plus c'est Gallmeister ! Je n'ai plus qu'à acheter...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est quand un même un Gallmeister très éloigné du nature writing.

      Supprimer
  7. Noir c'est noir... Bon, pas pour l'instant, même si c'est gallmeister;.. (que j'aime!)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Du Gallmeister, certes, mais atypique par rapport au retse de leur catalogue.

      Supprimer
  8. Réponses
    1. Si mes comptes sont bons, ça doit faire 8 !

      Supprimer
  9. A mon prochain programme de lecture. Je prépare le verre d'eau pour le Tabasco...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je crois que le verre d'eau n'y suffira pas^^

      Supprimer
  10. Je constate à relire mon commentaire que depuis je l'avais lu (merci pour le lien). Ouaip, c'est du brut de noir, comme je disais dans mon billet : 'le chaton s'en sort'.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et son deuxième roman sort à la fin du mois !

      Supprimer
  11. Ca a l'air bien noir, tout de même. Et le côté grossier ne me tente pas plus que cela.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est noir ET grossier ET violent, aucun doute là-dessus ;)

      Supprimer
  12. Trop pour ma petite pomme... A++

    RépondreSupprimer
  13. Trop noir mon mon coeur de midinette je pense... ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ouh-là, oui, pas du tout pour les midinettes ce texte !

      Supprimer
  14. Outch... Pas pour moi ça... du moins pas en ce moment...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Même plus tard, je crois que ce ne sera jamais pour toi ;)

      Supprimer
  15. La collection a l'air prometteuse, en effet !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai deux autres titres qui attendent sur ma pal...

      Supprimer
  16. Il va falloir que je me penche sérieusement sur cette nouvelle collection...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Elle devrait te plaire cette collection.

      Supprimer
  17. quelle chouette nouvelle dis-moi !!! bon bah tu m'as devancé, j'ai ressorti le billet concernant PIKE. Merci pour le lien !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je crois que l'on va se régaler avec cette collection.

      Supprimer
  18. Je ne crois pas que ce livre soit pour moi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est très spécial, je le reconnais.

      Supprimer
  19. zut mes commentaires n’apparaissent pas , je disais en gros que l'actualité m'apportait , en ce moment assez d'horreur comme ça!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est pas faux. Et je te concède qu'il y a des lectures bien plus légères ;)

      Supprimer
  20. Je vais le lire c'est obligé !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! :D

    RépondreSupprimer
  21. Pas pour moi en ce moment alors ...

    RépondreSupprimer
  22. bon bon bon, ce ne sera pas pour moi hein, j'ai déjà du mal avec les romans noirs, mais là vraiment non...Je suis une chochotte tu sais bien

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui je sais et clairement, ce n'est pas pour toi !

      Supprimer
  23. Très noir, très violent ? Même pas peur ! Je note ! Et si en plus c'est bien écrit....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Disons que l'écriture est percutante.

      Supprimer
  24. Je viens de finir de lire ce matin. J'ai adoré - je dois publier ma chronique. L'auteur vient chez moi, enfin dans ma ville la semaine prochaine. Hâte de le rencontrer !
    Perso, j'avais adoré ma visite de Cincinnati et leur super musée moderne, il m'a donné une vision totalement différente ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Son nouveau roman attend sur le haut de ma pal, j'ai hâte de m'y mettre !

      Supprimer
    2. Tu l'as ? Je vais l'acheter mercredi et lui faire signer par la même occasion ;-)

      Supprimer
    3. Oui je l'ai et je compte bien le lire très vite.

      Supprimer
  25. Bon, j'ai envie de te faire confiance avec ce Pike :-))

    RépondreSupprimer

Je modère les commentaires pour vous éviter les captcha pénibles de Google. Je ne filtre rien pour autant, tous les commentaires sans exception seront validés au plus vite, promis !