mardi 6 novembre 2012

Le premier mardi c'est permis (11) : Mémoires de fanny Hill, femme de plaisir

Cleland © Bernard Pascuito 2008
Un bouquin trouvé en brocante. Le problème avec les livres érotiques achetés d’occasion, c’est qu’on risque à tout moment de tomber sur des pages collées. Pas que ça me dégoûte (pensez donc, j’en ai vu d’autres...) mais si je dois utiliser le coupe papier, il y a un risque de déchirure et je n’aime pas abîmer les livres. En tout cas le problème ne s’est pas posé avec celui-là parce qu’il était dans un état impeccable. Jamais lu à mon avis. Pourtant c’est un classique : « le plus grand roman érotique anglais de l’âge d’or du libertinage » dixit l’éditeur. Son auteur, John Cleland, l’a écrit en 1749 alors qu’il était emprisonné pour dettes. L’ouvrage demeurera son seul succès et le rendra riche, lui évitant de retourner au cachot. Le récit est tellement « audacieux » pour le puritanisme anglais que la perfide Albion n’autorisera sa publication officielle qu’en 1963. En France, c’est Apollinaire, au début des années 20, qui offrit la première édition érudite de Fanny Hill, lui donnant par la même ses lettres de noblesse littéraire. Dans la version d’Apollinaire, les passages les plus « compromettants » étaient relégués en notes de bas de page. Cette édition de Bernard Pascuitto peut donc être considérée comme la première publication intégrale et non expurgée de ce que nombre de lecteurs considèrent comme un chef d’œuvre.

Pour créer le personnage de Fanny Hill, Cleland s’est inspiré de Fanny Murray, une prostituée de 17 ans qui était l’idole des aristocrates londoniens. Sous la plume du romancier, Fanny raconte ses expériences à travers deux longues lettres où elle décrit sa vie misérable à la campagne, son arrivée sans le sou dans la capitale, son initiation dans une fameuse maison close puis sa spécialisation dans les orgies les plus débauchées. On suit donc au fil des pages la transformation d’une oie blanche en prostitué de luxe. Mais le récit s’attarde également sur les considérations liées au savoir-vivre. Fanny insiste longuement sur la bonne attitude à adopter face à une clientèle haut de gamme et exigeante. L’intérêt réside aussi dans l’évolution de la jeune fille. D’abord pure et innocente, elle acquiert vite l’expérience suffisante pour comprendre comment profiter au mieux de sa situation. Fanny devient une forte femme, intelligente, clairvoyante. Loin d’être une incontrôlable nymphomane (comme les prostitués de Pierre Louÿs par exemple), Fanny ne dédaigne pas le plaisir, mais elle place aussi la vertu au-dessus du vice, ne perdant jamais de vue le fait que ses nombreuses expériences lui ont surtout permis de trouver sa place dans le monde et n’ont pas fait d’elle une débauchée.

Il n’y a rien de glauque dans le récit de Cleland. Les clients sont classe, jamais violents. Même l’adepte du fouet se révèle au final un garçon plutôt gentil. Bien sûr, on est souvent proche d’une certaine forme de caricature, mais je préfère retenir le bonne humeur et la joie de vivre qui traverse le récit. Dans ses deux lettres, Fanny s’attarde, non sans humour, sur les descriptions physiques de ses michetons. Pour ce qui est du passage à l’acte, les choses sont davantage suggérées qu’exprimées dans les moindres détails. Un style très imagé qui m’a beaucoup plu, surtout si l’on y ajoute l’emploi quasi constant d’un passé simple délicieusement désuet : « Comment pûtes-vous m’abandonner ? ».

Bref, je ne suis pas mécontent d’avoir découvert ce grand classique. Voila un roman libertin finalement assez peu émoustillant qui m’a pourtant fait passer un excellent moment de lecture.


Mémoires de fanny Hill, femme de plaisir, de John Cleland. Bernard Pascuito éditeur, 2008. 220 pages. 20 euros.


Une lecture commune que j'ai le plaisir de partager avec Marie.

Allez zou, rendez- vous chez Stephie pour découvrir
les autre lectures inavouables du mois


22 commentaires:

  1. SI c'est peu émoustillant, c'est décevant...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ben non, justement, parfois, la suggestion a du bon^^

      Supprimer
  2. Un classique bien écrit plus qu'un truc glauque? Tant mieux!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, il y a un peu de ça. Disons que l'ensemble reste assez joyeux même si la vie d eFanny n'a pas été des plus faciles.

      Supprimer
  3. Mouarf, les pages collées !!!!!

    RépondreSupprimer
  4. Si la suggestion est bien écrite, en effet, ça peut être plaisant!

    Quant à moi, ce mois-ci j'ai suivi tes conseils, avec Les Combattants du feu. Merci!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'espère que tu as aimé les beaux pompiers !

      Supprimer
  5. J'adore le passé simple désuet ... Et j'avais bien aimé Fanny aussi, même si la trame érotique en est devenue très classique avec le temps, le côté catalogue d'expériences, je veux dire. Je me souviens avoir plus souri à la lecture du "Sopha" de Crébillon fils et des "Bijoux indiscrets" du petit père Diderot ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. A l'époque, c'était révolutionnaire, surtout en Angleterre. La France était la terre du libertinage alors que le Grande-Bretagne commençait à peine à s'y mettre.

      Supprimer
  6. A y est, j'ai réussi à écrire mon billet!
    Je vois qu'on a le même ressenti positif, pour une raison à peu près similaire, mais, à te lire, j'ai l'impression qu'on n'a pas lu la même histoire et que j'ai raté quelques épisodes.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ta version condensée t'a en effet fait raté quelques épisodes. En tout cas je suis content de voir que nous avons eu le même ressenti, je craignais que tu sois beaucoup plus sévère que moi (tu as une expérience de lectrice tellement supérieure à la mienne par rapport à ce genre d'ouvrage que ton analyse est forcément plus fine).

      Supprimer
  7. Tu m'as l'air d'être tombé sur une petite pépite du genre ! Parfois, franchement, ça fait du bien ! Et jamais entendu parler de ce classique non plus...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oui, une lecture fraîche, légère et agréable, ça fait du bien comme tu dis.

      Supprimer
  8. Et tu ne nous dis pas combien de pages tu as dû décoller...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'ai rien eu à décoller, cet exemplaire était en super état !

      Supprimer
  9. ah ah ah ! jusqu'à aujourd'hui je n'avais jamais pensé aux pages collées ;) Franchement je devrais m'inscrire à ce challenge, juste pour découvrir ça ! hihi

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aimerais beaucoup découvrir une de tes lectures inavouables !

      Supprimer
  10. arf, je n'ose pas encore passer le cap de la publication de ces lectures ! Mais la littérature asiatique que j'affectionne en regorge, de très beaux textes souvent ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'avais jamais pensé à littérature asiatique dans le cadre de ce challenge mais c'est vrai que c'est une très bonne idée. Il y a des textes érotiques très raffinés, notamment en Chine.

      Supprimer
  11. Je connaissais Benny Hill mais pas Fanny. Je note si je devais un jour croiser sa route. Pour une fois, ta lecture pour Stéphie m'intéresse.

    RépondreSupprimer
  12. M'étonnerait qu'ils soient tous les deux de la même famille.
    Content que cette lecture t'intéresse. Je ne sais pas encore ce que je vais faire le mois prochain mais je ne serais sans doute pas aussi classique^^

    RépondreSupprimer

Je modère les commentaires pour vous éviter les captcha pénibles de Google. Je ne filtre rien pour autant, tous les commentaires sans exception seront validés au plus vite, promis !