mercredi 28 novembre 2012

Dernière station avant l’autoroute

Daeninckx et Mako
© Casterman 2010
Le personnage principal, dont on ne connaîtra jamais le nom, est officier de policier judiciaire. Il fait les permanences de nuit. Toujours le premier sur les scènes de crime. Une prostituée flinguée à bout portant, un sénateur retrouvé raide comme un passe lacet dans une chambre d’hôtel miteuse, des squatteurs carbonisés dans un incendie… Au petit matin, il refile les enquêtes à l’équipe de jour. Juste là pour faire le sale boulot, il ne mène aucune investigation. Un loup solitaire au bord de la rupture qui ne s’est jamais remis d’une intervention sur un accident de train épouvantable. Ses collègues pensent qu’il est rincé, au bout du rouleau. Des jeunes gus aux dents longues lorgnent sur sa place et son patron ne peut pas le blairer. Le couperet tombe, il est muté dans un commissariat pourri au nord de Paris. Son nouveau chef est un ripou de première qui l’entraîne dans sa chute. Heureusement, une femme va lui maintenir la tête hors de l’eau avant qu’il ne sombre définitivement.

Vous savez sans doute que je ne suis pas fan de polar. En roman, je n’en lis quasiment jamais. En BD, je me contente du duo Tardi/Manchette. Mais quand j’ai vu Mako tout seul derrière sa table de dédicace au salon du livre de Creil la semaine dernière, j’ai pas pu m’empêcher d’engager la conversation. Et puis j’aime bien ce qu’il fait avec Daeninckx. J’ai découvert leur duo avec Octobre noir (merci Valérie !) et j’ai enchaîné avec Texas Exil. Dernière station avant l’autoroute est leur troisième collaboration. C’est l’adaptation d’un roman d’Yves Pagan. Mako m’a expliqué que c’était une histoire très autobiographique puisque Pagan était flic dans une équipe de nuit et qu’il a été traumatisé par un accident de train. Devenu écrivain, il s’est fait remarqué avec La mort dans une voiture solitaire ou encore L’étage des morts qui a été adapté au cinéma sous le titre Diamant 13 avec Depardieu et Olivier Marchal.

Dernière station avant l’autoroute est un récit noir de chez noir. Glauque, désespéré, avec une absence totale d’illusion sur le genre humain. Le quotidien du flic désabusé est retranscrit avec un réalisme glaçant. Ça sent vraiment le vécu à plein nez. Le seul souci pour moi, c’est la conclusion, beaucoup trop optimiste et en total décalage avec le reste. Quelque part, il vaut mieux terminer sur une note d’espoir mais j’avoue que voir cet homme finir avec son flingue dans la bouche prêt à appuyer sur la gâchette m’aurait paru plus cohérent.
   
En tout cas niveau dessin, c’est toujours un régal. Le jeu sur les ombres et l’absence de lumière renforce l’atmosphère oppressante et crépusculaire de la nuit. Pour une fois que je trouve un intérêt à la mise en couleur !
Finalement je me rends compte qu’à petite dose le polar me convient. Je n’y reviendrais pas toutes les semaines mais je dois reconnaître que quand c’est aussi bien réalisé, ça le fait, comme disent les jeunes.  

Pour info cet album remporté le prix polar du One shot au festival de Cognac 2010.

Dernière station avant l’autoroute de Mako, Daeninckx et Pagan. Casterman, 2010. 98 pages. 17 euros.  

Daeninckx et Mako © Casterman 2010





26 commentaires:

  1. J'avais eu un ressenti similaire au tien quand j'ai découvert le dénouement de "La position du tireur couché". Il y a parfois des fins qui viennent gâcher le reste...
    Je note en tout cas. Un petit polar de temps à autre est toujours appréciable ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le problème avec la fin c'est un ressenti purement personnel. Je pense qu'une majorité de lecteurs préfèrera cette sortie teintée d'espoir et d'optimisme. C'est juste moi qui doit être un peu bizarre de temps en temps^^

      Supprimer
  2. Je n'aime pas spécialement les polars mais celui-ci me tente beaucoup. Le fait que ce soit un récit autobiographique doit donner beaucoup de force au récit !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, c'est un vrai plus, mais encore fallait-il le savoir. Si je n'avais pas discuter avec Mako je ne l'aurais jamais su^^

      Supprimer
  3. Bonjour Jérôme, Une BD qui ne sera pas pour moi. Alors je passe...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je te comprends, c'est un genre très particulier.

      Supprimer
  4. J'aime beaucoup les polars même s'il me faut des pauses entre chaque livre du même genre. Je note au cas où je tomberai dessus.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il est sorti il y a plus de deux ans, on peut peut-être le trouver à la bibliothèque.

      Supprimer
  5. Vivement le résultat du meilleur polar 2012 !!
    Je note celui que tu propose en tout cas ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je te dirais que je ne sais même pas à quelle période de l'année se déroule le festival de Cognac.

      Supprimer
  6. J'avais déjà lu un avis sur cette BD mais où ? Je note. C'est marrant ce que tu dis sur la fin, exactement mon ressenti (à quelques différences près bien sur, ce n'est pas la meme histoire) que j'ai eu pour Wisconsin. Cela dit, tu vas te régaler !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Après t'avoir lu, j'ai hâte de me lancer dans Wisconsin ;)

      Supprimer
  7. Ce n'est pas ce dont j'ai envie en ce moment, j'ai envie de fraîcheur et d'optimisme ! Mais je vais noter quand même, pour plus tard :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est sûr que si tu cherche de l'optimisme et de la fraîcheur, cet album-là n'est pas pour toi^^

      Supprimer
  8. Moi par contre, je suis fan de polar. Je note donc ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En effet, si tu aimes les polars, c'est un incontournable !

      Supprimer
  9. J'ai lu plusieurs titres de cette collection mais je n'accroche jamais...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi je n'ai lu qu'un autre titre dans cette collection, Les amis de Pancho Villa. Mais c'était très différent, rien à voir avec un véritable polar.

      Supprimer
  10. Bon, moi qui aime le polar, je ne suis pas fan de ce genre en BD... Oui, je suis compliquée, je sais...! ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ça n'a pas grand chose à voir un polar en roman et un polar en BD, donc je comprends ton point de vue.

      Supprimer
  11. Avec Daenninckx au scénario, je me laisserai bien tenter.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il fait partie des rares romanciers qui ont su s'adapter au format de la BD. Beaucoup d'autres se sont noyés en voulant scénariser des albums.

      Supprimer
  12. J'aime bien les dessins mais je ne veux pas d'histoires trop sombres en ce moment. Je retiens le nom de Mako en tout cas.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu peux retenir son nom. En plus il est très sympa !

      Supprimer
  13. Ah mais je t'en prie. La semaine prochaine, je parlerai aussi de Daeninckx chez moi mais ce ne sera pas pour une BD. J'aime son côté engagé.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Toujours pas lu un de ses romans de mon coté. Mais je pense que ça viendra un jour, moi aussi j'aime son engagement.

      Supprimer

Je modère les commentaires pour vous éviter les captcha pénibles de Google. Je ne filtre rien pour autant, tous les commentaires sans exception seront validés au plus vite, promis !