mardi 4 octobre 2016

Intimidation - Harlan Coben

Voilà, c’est fait, j’ai lu un thriller du grand maître du genre. Enfin il paraît que c’est le grand maître du genre, perso je n’y connais rien en thriller et je passe mon temps à dire que je fuis ce type de roman comme la peste.

Pourquoi cette lecture alors ? Parce que j’ai eu besoin de comprendre. Comprendre pourquoi ce Harlan Coben fascine ma femme à ce point. Pourquoi le soir venu, alors que je l’invite avec toute la conviction nécessaire à faire un gros câlin, elle me snobe pour rester avec Harlan. Et ce n’est même pas une excuse bidon genre « j’ai mal au crâne », non, non, c’est un sincère « attends, je termine mon chapitre » qui s’éternise tellement que je finis par m’endormir en me la collant derrière l’oreille. Donc j’ai voulu savoir ce que ce mec avait de plus que moi. Bordel.

Intimidation, c’est l’histoire d’un secret. Un secret révélé à Adam Price par un inconnu dans un bar. Un secret que sa femme lui cache depuis des années. Après avoir refusé de donner la moindre explication à propos de ce secret, l’épouse disparaît et envoie un mystérieux SMS. Disparition volontaire ? Enlèvement ? Meurtre ? Adam se lance à corps perdu dans une enquête dont il ne sortira pas indemne (je le vends bien, hein !).

La pile d'Harlan Coben au pied de notre lit...


Pourquoi ça fonctionne à ce point ? A vrai dire je me le demande. Ok, il y a un côté addictif. Ok, le gars prend son temps, il soigne les préliminaires, caresse la lectrice dans le sens du poil, la fait frissonner et la réchauffe quand il faut. Il change de point de vue comme on change de position pour offrir une respiration au cœur de l’action avant de mieux revenir aux fondamentaux. Il joue sur le tempo (lent, rapide, trépidant), donne le rythme et offre cette accélération finale qui fait la différence.

Mais punaise, il n'y pas non plus de quoi grimper aux rideaux ! Ça reste un page-turner, un truc dont on dévore les courts chapitres à toute vitesse pour connaître la suite sans s’arrêter sur la profondeur des personnages et de l’intrigue. L’écriture, truffée de dialogues, est plate comme le dos de la main et les grosses ficelles scénaristiques sautent aux yeux, même pour un novice du genre comme moi.

En gros, c’est mécanique : des enchaînements qu’on voit venir de loin, zéro prise de risque, aucune passion. Tout juste se contente-il de faire monter l’intensité crescendo (ce qui est déjà pas mal, je le concède). Pour autant, ce n’est pas parce qu’on a trouvé une technique efficace qu’il est interdit de varier les plaisirs. Où est l‘effet de surprise sinon ? Franchement, monsieur en fait des caisses mais on est à la limite de l’esbroufe. Ok, je suis un peu (beaucoup) de mauvaise foi sur ce coup-là. Mais je déteste l’idée qu’un auteur perturbe ma vie sexuelle, faut me comprendre. L’évidence c’est qu’il sait y faire et que j’ai du mal à soutenir la comparaison. L’enfoiré.

Intimidation d’Harlan Coben. Belfond, 2016. 375 pages. 21,50 euros.









87 commentaires:

  1. Que vois-je? Un polar ici? Me suis-je trompé de blog? Il va neigé, c'est certain...

    RépondreSupprimer
  2. Juste une question Jérôme, vu le nombre de pages que tu t'envoies annuellement, tu lui fais jamais le coup de la fin du chapitre à ta femme ? Parce que Coben, lui, c'est juste une fois par an qu'il publie un nouveau livre ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'utilise jamais ce genre de stratagème, non. En même temps, je suis toujours partant, moi :)

      Supprimer
  3. Excellent :) J'adore le ton de cet article. Et dis-moi est-ce que ça n'arrive JAMAIS dans l'autre sens ? Ta femme qui s'approche pour un câlin et toi qui préfère finir un bon roman noir américain ?! En tout cas d'accord avec toi pour la critique : en ai lu un, pour voir. Me suis laissée avoir pendant la lecture mais après réflexion, je n'en ai plus ouvert un seul autre !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ça n'est jamais arrivé, non. Il faut croire que j'ai le sens des priorités :p

      Supprimer
  4. il n'y a que toi qui puisse faire grimper ta femme aux rideaux :P
    Et j'adooooooooore Harlan Coben :D

    RépondreSupprimer
  5. Tu donnes le résumé de celui ci; hé bien je peux te dire que ça ressemble exactement aux autres! T'en as lu un, t'en as lu dix, alors j'ai vite abandonné.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ça tombe bien, je ne compte pas en lire plus d'un.

      Supprimer
  6. Mouarf. En fait, tu es jaloux. ;)

    RépondreSupprimer
  7. Tu es mon idole ! Harlan peut aller se rhabiller :-p

    RépondreSupprimer
  8. Ah j'adore ton billet ! Fou rire du matin 😂😂😂😂

    RépondreSupprimer
  9. Un titre surprenant par ici et un savant détournement ;)

    RépondreSupprimer
  10. oh mon dieu ! encore pire qu'un livre de fesses, un thriller d'Harlan ! je l'ai lu jeune quand je reprenais goût à lire, ma tante était aussi accro - ça se lit vite. Et non, s'il est connu pour les adaptations ciné, je n'ai jamais lu qu'il écrivait bien ! ce n'est pas ce que recherche ta femme d'ailleurs ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Elle cherche un moment de détente avant de s'endormir, je la comprends remarque.

      Supprimer
  11. Très bon billet :-) Moi Harlan, j'ai arrêté depuis longtemps, pour toutes les raisons que tu exposes. En fait, quand t'en as lu un, tu les as tous lus, parce que ce sont toujours les mêmes ficelles. Il y a bien mieux en matière de polars. Mais je comprends aussi qu'on puisse accrocher, je ne jette pas la pierre.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi non plus je ne juge absolument pas. Ce n'est pas vraiment à mon goût, rien de plus.

      Supprimer
  12. hahaha tu m'auras fait bien rire !
    j'aimerais bien connaître le point de vue de ta femme maintenant ^^

    bah Harlan Coben tu en lis un et tu aimes bien, tu en lis deux et tu t'aperçois que c'est TOUJOURS la même trame : il y a eu un drame (disparition, meurtre,accident) et quinze ou vingt ans après, alors que le protagoniste a enfin une vie tranquille, le passé le rattrape : peut-être qu'en fait son père/sa mère/sa copine n'est pas mort et vit caché sous une fausse identité depuis une décennie...et là des tueurs à gage arrivent pour le torturer et qu'il révèle ce qu'il sait. Et en fait c'est au choix son meilleur ami ou son oncle qui se cache derrière tout ça...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je crois aussi que dans beaucoup de ses romans il nous dit que l'on ne connaît jamais vraiment nos proches. Et pour le coup je suis assez d'accord avec lui.

      Supprimer
  13. "Ça reste un page-turner, un truc dont on dévore les courts chapitres à toute vitesse pour connaître la suite sans s’arrêter sur la profondeur des personnages et de l’intrigue."
    Ben voilà ! C'est exactement ça ce genre de littérature. C'est juste pour passer un bon moment, sans prise de tête, et aussi sans doute signe du temps où tout doit s'accélérer… tourner la page, tourner la page, tourner la page… vite la suite…
    Mais de là à renoncer à la bagatelle !…
    Cette critique a un poil (si j'ose dire…) de ressentiment bien légitime…
    :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Du ressentiment, je n'irai pas jusque là. Mais en tout cas il serait stupide de nier l'efficacité d'un tel roman, même si ce n'est pas du tout ce que je recherche dans la lecture.

      Supprimer
  14. Il est évident que ce type est un mauvais coup, ahahaha

    RépondreSupprimer
  15. Les premiers Coben sont très bons mais les nouveaux sont assez moyens donc j'ai arrêté de suivre :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ma femme n'en est qu'aux premiers, damned !

      Supprimer
  16. j'ai été obligée d'aller vérifier sur mon blog si j'avais lu un roman de lui et j'ai en effet lu et beaucoup aimé "Dans les bois" mais spontanément je ne m'en souvenais plus ;-) Je rejoins les autres pour dire que tu m'as fait rire avec ton billet ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "Dans les bois", je crois que ma femme l'a lu aussi.

      Supprimer
  17. J'adore ton billet ! :D
    Allez courage, tu devrais être tranquille jusqu'à l'année prochaine, maintenant. Il en sort bien un tous les ans, non ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Certes, mais la pile à lire est encore bien grande...

      Supprimer
  18. J'aime beaucoup la série des Myron Bolitar, le reste un peu moins mais c'est quand même l'un des seuls auteurs de polar qu'il m'arrive de lire... Donc il doit être doué !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je crois que c'est dans la série dont tu parles qu'elle vient de se lancer. Misère...

      Supprimer
  19. Excellent billet d'humeur, très drôle ! Je suis fan ! Perso, je ne connais pas l'auteur et n'ai pas envie de m'y coller...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne vais pas t'y encourager, crois-moi ;)

      Supprimer
  20. MDR ! C'est une façon de voir le rdv mensuel avec Stephie ... RDV que j'ai raté ce mois ci mais pas à cause de Harlan dont je ne suis d'ailleurs pas fan il me faut plus gore !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je me doutais qu'il serait trop tendre pour toi ;)

      Supprimer
  21. Ca fait bien longtemps que je n'ai pas lu un Harlan Coben ! Tu m'as fait beaucoup rire avec ton billet :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais je ne pense pas t'avoir donné envie de le relire ;)

      Supprimer
  22. Hihihihi sacré toi !
    Je n'ai jamais lu cet auteur mais je l'ai vu au QDP en 2015 et il signait à tour de mains tous ses livres !
    Tu n'a pas été intimidé alors ...
    Bonne soirée ... lecture alors ;-)
    Bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il a un succès fou, je ne peux pas le nier. L'enfoiré :p

      Supprimer
  23. Il est très grand Harlan Coben aussi.
    Ben oui, la taille, ça compte... ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu m'étonnes... C'est même le critère le plus important, non ? ;)

      Supprimer
  24. Un grand maître du genre en nombre d'exemplaires vendus oui. Pour le reste...
    J'ai lu plusieurs romans de lui, il y a eu du très bon, puis du très banal. Je ne le lis plus.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est carrément un des auteurs les plus lus en France. Du coup je ne regrette pas de l'avoir découvert.

      Supprimer
  25. comme toi je n'apprécie pas les thriller, mais comme mon mari n'est pas accro non plus, je n'ai pas de raison d'en lire ;-)

    RépondreSupprimer
  26. Mouarf ! A une époque j'ai lu tous les Coben, l'homme ne se la mettait pas sur l'oreille mais presque ;-)
    Depuis, je me suis lassée, il faut croire que je suis une femme infidèle. J'ai donné tous mes Coben à ma voisine, je lui ai rajouté mes Levy et mes Musso, tu aurais vu ses yeux. Pas certaine d'avoir contribué à l'amélioration de sa vie sexuelle par contre mais cela ne me regarde pas ! :-D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'espère qu'elle s'en lassera comme toi ;)

      Supprimer
  27. Ahahaha, je crois que c'est un de tes meilleurs billets du "1er mardi c'est permis" ! Bon j'ai lu un Coben (parce que bon, je pars toujours du principe "lire avant de juger" quand j'ai de gros a priori), et ça m'a suffi. Tu décris bien la mécanique du livre. Bon après, ça plaît à certains, tant mieux.;-) Je me souviens d'une queue interminable pour une dédicace au SDL Paris d'il y a 6 ans par là.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vu son succès, son talent n'est pas à mettre en cause. Comme je le dis (et le pense sincèrement), il sait y faire.

      Supprimer

  28. PTDRRRRRR « L’enfoiré » !!! Mon pauvre Jérôme, désolée pour ta vie sexuelle, que veux-tu, y’a des auteurs comme ça qui savent s’y prendre, faudra réviser tes préliminaires! ^^
    Maudit que tu m’as fait rire avec ton billet!!! mdrrr

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Va falloir que je me mette à son niveau, c'est pas gagné :)

      Supprimer
  29. Excellent ! C'est peut-être ça le secret: des chapitres courts mais efficaces... ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est mécanique et répétitif mais ça fonctionne.

      Supprimer
  30. J'ai renoncé à Coben depuis longtemps, quand tu en as lu un tu les as tous lus, mais je suis ravie de voir qu'il te donne l'occasion de faire un excellent billet qui m'a beaucoup amusée !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On va voir le verre à moitié plein alors :)

      Supprimer
  31. Mouarf !!!
    Moi, j'aimerais bien entendre la version de ta femme un jour !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Elle ne parlera qu'en présence de son avocat !

      Supprimer
  32. moi aussi je suis tombé dans le piège en me disant : bon aller j'en lis un pour voir. Je me souviens très bien du moment (sur la plage). Résultat, j'ai cramé au soleil car je ne pouvais lâcher ce fichu bouquin. Je me suis énervé car j'ai du reconnaître que ça fonctionnait à merveille. un vrai page turner mais qui pour moi reste un gros moment de détente. Ce qui est très bien en soi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis tout à fait d'accord avec toi, la lecture détente c'est parfait, surtout quand on a des journée compliquées que l'on veut terminer de façon agréable.

      Supprimer
  33. Bravo pour ce billet qui m'a bien fait rire

    RépondreSupprimer
  34. L'avantage, c'est que maintenant que tu en as lu un, tu les as tous lu :D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas faux. Je n'y avais pas pensé en plus.

      Supprimer
  35. Quoi, sous tes yeux, ta femme te préfères à ce Coben !!! Attends, tu en lis, tu les as tous lus ! c'est pô juste. Je te propose un autodafé de ses bouquins vous dansez nus autour du feu, et pi c'est tout !! Bonne nuit

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah non, pas d'autodafé, je ne peux pas imaginer brûler un livre quel qu'il soit.

      Supprimer
  36. J'adore ta chronique !!! J'ai lu deux ou trois Harlan Coben. Je me suis rendue compte que les histoires étaient construites de la même façon. Et je n'en ai plus relu. Sinon tu peux te consoler en te disant qu' une fois que ta femme aura lu tous ses bouquins, tu n'auras à subir ça que lors la sortie d'un nouveau livre. :-D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est une façon positive de voir les choses au moins :)

      Supprimer
  37. Jérôme ton introduction m'a faite mourir de rire !

    RépondreSupprimer
  38. Comme toi et beaucoup d'autres ici, je partage le désamour pour Harlan Coben et les thrillers en général!*boooring* Je me sens moins seule, du coup... ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quelque part, c'est l'avantage de la littérature, il y en a pour tous les goûts.

      Supprimer
  39. Ce billet arrive seulement ce matin dans le fil d'actualité.
    Ton billet me fait rire ! Mister B., aussi, est parfois à la merci d'un livre. "Tu viens te coucher ?" "Non, attends..., encore une page." "Mais tu m'as déjà dit ça tout à l'heure !!!"
    Sinon, Harlan Coben n'est pas LE maître du thriller.

    RépondreSupprimer
  40. Le bandeau sur le livre disait pourtant "Le boss du thriller" ;)

    RépondreSupprimer
  41. ha ha ha qu'est ce que j'aime ce billet !!!! mon pauvre j'espère que ta femme lit vite vu la pile de Coben qui traine au pied du lit !!!!! elle risque de te rester derrière l'oreille un bon moment... J'ai lu du Coben il y a des années mais je trouve ses thrillers sans saveurs du coup je n'ai pas d'excuses valables pour refuser les calins de mon mari ... quoique je lis beaucoup de thriller moi aussi ;) le bonsoir à madame ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Elle lit vite, oui, j'ai au moins cette chance :)

      Supprimer
  42. J'ai bien aimé ses premiers polars qui mettent en scène Myron Bolitar. Je trouve qu'il est pince-sans-rire et que le personnage ne se prend pas au sérieux. Mais pour autant, je ne ne ressent pas de furieuse envie de poursuivre et ce roman-là... ne me tente pas réellement :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je crois que madame est plein dans la série des Myron... je suis pas sorti de l'auberge !

      Supprimer
    2. Je n'ai pas compris ta réponse m'sieur :( Il n'y a pas Myron Bolitar dans "Intimidation". Si ? Kékidi en fait ? ^^

      Supprimer
    3. Intimidation elle ne l'a pas encore lu, elle est dans les Molitar (il y a Myron et puis une autre série avec son cousin, son fils, son neveu ou je ne sais qui).

      Supprimer
  43. J'ai lu ton billet la semaine dernière mais à mon grand dam je n'ai pas pu commenter ! QUe tu m'as fait rire ! Alors, le Harlan je l'ai vu à QDP en 2013 et il est MOCHE, il fout les jetons avec ses petits yeux noirs porcins, brrrrrblobloblo ! J'en avais lu un justement histoire de dire...beurk...et j'aime les polars, mais les BONS ! Je ne dis pas qu'ils ne sont pas efficaces, je comprends même les mécanismes qui font qu'on les aime, ce sont des rouages bien huilés pour éloigner les femmes de leurs maris jusqu'à la fin, ou vice-versa ! Mais crois-moi, dès qu'elle se sera lassée de cette médiocrité, elle s'empressera d'aller te décoller le truc que tu as derrière l'oreille ! Warf ! :D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On finit par se lasser de tout il parait, il va juste falloir que je montre patient ;)

      Supprimer
  44. Il était aujourd'hui à la foire du livre de Bruxelles ! Et il y avait une foule impressionnante de fan, et surtout féminines😀! Je ne me suis pas attardée sur ses romans.

    RépondreSupprimer

Je modère les commentaires pour vous éviter les captcha pénibles de Google. Je ne filtre rien pour autant, tous les commentaires sans exception seront validés au plus vite, promis !